Hôpital des armées René-Le Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ancien hôpital des armées René-Le-Bas
Image illustrative de l’article Hôpital des armées René-Le Bas
Image illustrative de l’article Hôpital des armées René-Le Bas
Façade de l'ancien Hôpital des Armées René Le Bas
Présentation
Coordonnées 49° 38′ 40″ nord, 1° 38′ 27″ ouest
Pays France
Ville Cherbourg-Octeville
Adresse 61, rue de l'Abbaye
50100 Cherbourg-en-Cotentin
(ancienne adresse) Hôpital des Armées René-Le-Bas 50115 Cherbourg-Armées
Fondation 15 février 1869
Fermeture 26 juin 2002
Organisation
Type Centre hospitalier des armées
Affiliation École du service de santé des armées de Lyon-Bron
École du service de santé des armées de Bordeaux

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Géolocalisation sur la carte : Cherbourg-Octeville/France/Basse-Normandie

L'hôpital des armées René-Le-Bas, connu localement comme l'hôpital maritime de Cherbourg, est un ancien hôpital de la Marine, situé à Cherbourg-en-Cotentin. Créé sur décision de l'empereur Napoléon III en 1858, il est terminé en 1871. Il ferme ses portes en 2002.

Le site héberge depuis 2011 l'École supérieure d'arts et médias de Caen - Cherbourg après l'échec d'autres projets en lien avec l'industrie création audiovisuelle et multimédia.

Histoire de l’hôpital (1869–2002)[modifier | modifier le code]

C’est après la guerre d'indépendance des États-Unis et l'échec des opérations navales en Manche sous le Premier Empire qu’il est décidé de construire à Cherbourg le grand port qui manque alors en France. La nécessité d'un hôpital en cette même place devient évidente. Sous la Révolution française, on transforme l'ancienne abbaye Notre-Dame du Vœu en hôpital. 500 malades peuvent y loger.

En août 1858, l'empereur Napoléon III et l'impératrice Eugénie viennent inaugurer la dernière tranche des travaux du port de Cherbourg. L'empereur décide alors la construction d'un nouvel hôpital militaire non loin de l'ancienne abbaye. Il est inauguré le 15 février 1869, mais il n'est vraiment achevé qu'en 1871.

Il comporte des salles de 40 m de long, 9 m de large et 4,5 m de hauteur sous plafond et jusqu’à 44 malades par salle. Un pavillon des contagieux est construit pour héberger les malades atteints de typhoïde, rougeole, scarlatine, tuberculose et choléra dans une ville qui comptait à la fin du XIXe siècle 6 000 militaires et 4 500 ouvriers.

L'hôpital vit les grandes découvertes médicales : l'anesthésie, les découvertes pasteuriennes, l'électricité médicale et la radiographie. Un bloc opératoire moderne est installé en 1913. Tout le long la guerre 1914-1918, 700 à 800 blessés sont soignés dans l’hôpital sans discontinuer. Durant la Seconde Guerre mondiale, les forces d'occupation allemande disposent des lieux et y construisent un blockhaus qui existe toujours.

Le 9 novembre 1982, le centre hospitalier est baptisé « René-Le-Bas », du nom du premier médecin militaire à rallier les forces navales françaises libres[1].

L'hôpital des armées cesse de fonctionner le 26 juin 2002 pour des raisons politiques (livre blanc en 1994). Une grosse partie des activités médicales sont transférées à l'hôpital Louis Pasteur, le reste des activités sont transférées au centre hospitalier régional universitaire de Caen.

Le pôle culturel (depuis 2002)[modifier | modifier le code]

Plusieurs projets de réhabilitation visant à faire de l'ancien hôpital un pôle culturel échouent successivement.

En 2002, Jean-François Le Grand, président du Conseil général de la Manche, propose à Jean-Paul Vuillin, directeur de l'EICAR, qui cherche à développer une antenne à son école parisienne, de s'implanter à Cherbourg-Octeville. À la suite de cette occasion, Jean-François Le Grand développe un projet de campus spécialisé dans le cinéma et l'audiovisuel, le Centre international des métiers artistiques et techniques de l'image et du son (CIMATIS), campus universitaire de 30 000 mètres carrés dans un parc de 10 hectares, comportant 225 chambres d'étudiants et un guest house de 30 appartements. Les collectivités locales ainsi que l'Europe investissent des sommes importantes (environ 33 millions d'euros) dans la réhabilitation et la modernisation du lieu. À la suite de difficultés financières et d'un redressement judiciaire en juillet 2006, l'établissement cherbourgeois cesse ses activités, mis en septembre 2006 en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Cherbourg-Octeville[2].

Sur le même site, en novembre 2006, l'Institut des métiers du cinéma de Normandie (IMC Normandie), parrainée par le réalisateur Jean Pierre Jeunet, propose trois formations : Réalisation, Animation et effets spéciaux et une formation d'acteur. L'école disparaît à son tour en 2010.

En 2008, le Campus des métiers de la culture et du multimédia s'installe dans l'ancien hôpital. Il héberge plusieurs centres de formation partenaires qui dispensent des enseignements dans les domaines de la photographie, de l’audiovisuel, du spectacle vivant, des musiques actuelles, et du multimédia[3]. Une formation photographie, de niveau Mastère (bac +5), ouvrira en septembre 2008, sous la forme d'une résidence d'artiste en Mastère 2. Coordonnée par des enseignants expérimentés issus d'écoles comme Gobelins, Louis Lumière ou Paris VIII, la première cession Mastère 2 ouvrira en septembre 2008 avec 12 artistes photographes résidents. L'année suivante, la formation devrait être ouverte à 16 candidats en Mastère 1 ainsi qu'en Mastère 2. Le Campus proposera d'autre part une formation de Technicien supérieur en intégration de données multimédia (diplôme homologué de niveau III) pour 20 étudiants, une de Chef de projet multimédia et un Bachelor Live marketing, des formations en spectacle vivant (éclairagiste architectural, formateur intervenant en cirque, régisseur de piste), en musiques actuelles (administrateur de lieu et de production, régisseur d’accueil en musiques actuelles...). Développé par l'Institut international de l'image et du son, Campus MCM proposera des formations de journaliste reporter d'images pour la conception de news et de magazines, des formations à la réalisation de documentaires grâce à la création d’une école de documentaristes. Faute de financement suffisant, le campus des métiers de la culture et du multimédia doit cesser ces activités en 2009.

De 2008 et jusque fin 2009, le site accueille également une partie des services techniques de la Communauté urbaine de Cherbourg, en attendant la construction d'un nouveau bâtiment destiné à ceux-ci dans le centre-ville.

Depuis octobre 2011, le site est occupé par l'École supérieure d'arts et médias de Caen - Cherbourg[4].

Dans le parc devant l'ancien hôpital se trouve depuis 2016 un jardin partagé, animé notamment par les associations Sharebourg et Colibris Cotentin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Embarqué à bord du sous-marin Surcouf, le médecin de 1re classe de marine René Le Bas disparait dans la nuit du 18 février 1942 dans la mer des Caraïbes, quand son bâtiment a coulé corps et biens avec tout son équipage, abordé accidentellement par un cargo américain ou coulé par méprise par un hydravion de l'US Air Force. Son nom figure sur la plaque apposée sur le monument en mémoire du Surcouf érigé sur la petite jetée du port de Cherbourg.
  2. Louis Laroque, « Clap de fin pour l'école de cinéma de Cherbourg « Copie archivée » (version du 14 mai 2008 sur l'Internet Archive) », Le Figaro, 12 juillet 2006
  3. « Culture et multimédia : ouverture d'une école », Ouest France, 4 mars 2008
  4. Ville de Cherbourg-Octeville, Le site cherbourgeois de l'ESAM C2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]