Jean Ier de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Lorraine et Jean Ier.
Jean Ier de Lorraine
Effigie Jean Ier de Lorraine.jpg

Effigie de Jean Ier, se trouvant sur la Porte de la Craffe, à Nancy.

Titre de noblesse
Duc de Lorraine
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Conjoint
Sophie de Wurtemberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Blason Lorraine.svg

blason

Jean Ier de Lorraine, né en février 1346, mort à Paris le , fut duc de Lorraine de 1346 à 1390. Il était fils du duc Raoul et de Marie de Châtillon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Six mois après sa naissance, son père Raoul fut tué à la bataille de Crécy et la régence fut assurée jusqu'en 1353 par sa mère et le comte Eberhard II de Wurtemberg.

En décembre 1353, pendant un séjour de l'empereur Charles IV de Luxembourg, Jean lui rend hommage pour le duché de Lorraine, et celui-ci le fit lieutenant général de l'Empire en pays mosellan.

Jean Ier participa aux côtés des chevaliers teutoniques à des Croisades contre les Lituaniens en 1356, puis de nouveau en 1365.

Il aida également le roi de France, combattit à la bataille de Poitiers le , aida le dauphin Charles à mater la révolte des Parisiens, et assista à son sacre le à Reims. Il partit également en Bretagne aider son oncle Charles de Blois à combattre le comte de Montfort, mais la guerre se termina par bataille d'Auray, le  : Charles de Blois fut tué, et Jean Ier et Bertrand Du Guesclin sont faits prisonniers. Dans les années qui suivirent, il aida Charles V, puis Charles VI à reconquérir les provinces perdues par le traité de Brétigny.

Mais, à la fin de son règne, il prit ses distances avec la cour de France, d'abord parce qu'il devait lutter contre les grandes compagnies qui pillaient, entre autres, son duché, et d'autre part parce que les officiers royaux, en réglant des litiges entre le duc et la noblesse lorraine, tentaient de renforcer l'influence du roi, et il se rapprocha de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne. Il mourut à Paris le où il se trouvait pour défendre sa cause devant le Parlement de Paris, à la suite d'une accusation des habitants de Neufchâteau pour abus de pouvoir.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Il épouse en 1361 Sophie de Wurtemberg (1343 † 1369), fille d'Eberhard II, comte de Wurtemberg, et d'Elisabeth de Henneberg. Ils eurent :

Sources[modifier | modifier le code]