Louis II de Vaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis II
Image dans Infobox.
Cénotaphe de Louis II dans l'abbaye d'Hautecombe.
Titre de noblesse
Baron
-
Prédécesseur
Successeur
Catherine de Savoie (d)
Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Famille
Maison de Savoie, Savoie-Vaud (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Jeanne de Savoie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Isabelle de Châlon-Arlay (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Catherine de Savoie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coa of the House of Savoy-Achaea.svg
Blason

Louis II de Savoie, dit Louis II de Vaud, né vers 1290 et mort vers 1349, est un prince issu de la famille de Savoie-Vaud, rameau de la maison de Savoie, devenu en 1302 baron de Vaud, titre qu'il conserve jusqu'à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

États italiens, Maison de Savoie, Louis II de Vaud (1302-1350), gros à la fleur de Lys, Pierre-Chatel, Argent

Louis de Savoie est le fils de Louis Ier de Savoie, fait baron de Vaud en 1286, et de Jeanne de Montfort[1],[2]. La date de sa naissance n'est pas connue. Le Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) donne une naissance entre les années 1283 et 1293[1]. Le site de généalogie MedLands donne l'année 1290 pour indication[2].

Il appartient à la famille des Savoie-Vaud, rameau de la maison de Savoie. Il porte donc le nom de Louis (II) de Savoie[1],[2], et parfois par commodité pour différencier les personnalités de cette famille de la branche aînée, celui de Louis (II) de Vaud.

Jeune, il combattit pour son oncle Amédée V de Savoie lors des luttes que ce dernier dut soutenir contre le dauphin de Viennois[3].

Baron de Vaud[modifier | modifier le code]

Louis II est connu pour son habileté politique : renonçant à ses droits sur le Comté de Savoie, il en obtint des avantages financiers pour sa baronnie de Vaud et développa l'administration par la rédaction en 1320 et 1339 de deux cartulaires de fiefs.

Il épousa Isabelle de Chalon-Arlay (fille de Jean Ier de Chalon-Arlay), ce qui lui permit de s'allier avec la haute noblesse comtoise.

Action militaire et diplomatique[modifier | modifier le code]

Il fut nommé sénateur de Rome en 1310, et accompagna l'empereur Henri VII jusqu'à son couronnement à Rome en 1312.

Durant les premières années de la guerre de Cent Ans, il combattit auprès du roi de France, Philippe VI de Valois. Il arriva trop tard à la bataille de Crécy (1346) selon certaines sources[1] en 1346, mais selon d'autres, « Louis de Vaud, nommé gouverneur de Douai, alors assiégé, pénétra dans cette place, en fit le siège, et laissa des preuves immortelles de son courage. Dans la bataille de Crécy, le baron de Vaud soutint avec ses hommes d'armes la retraite de l'armée française, et enfonça la cavalerie victorieuse du prince de Galles »[4].

Son seul fils mourut à la bataille de Laupen en 1339. Il légua donc par son testament de 1340 la baronnie à sa fille Catherine, (? - ), obtenant en 1341 l'accord du comte Aymon. Après le décès de ce dernier en 1343, il devint cotuteur du jeune Amédée VI.

Louis II de Savoie (Vaud) meurt entre le 18 et le [1]. Il est enterré à l'abbaye d'Hautecombe en Savoie[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Bernard Andenmatten, « Savoie, Louis II de (Vaud) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. a b et c Chapitre 8, « Vaud & Valais », section 8-B, « Barons de Vaud » « Louis II de Savoie », sur Medieval Lands, Foundation for Medieval Genealogy — fmg.ac (consulté en ).
  3. « Louis II de Savoie, baron de Vaud », rootsweb.ancestry.com, (consulté le ).
  4. (fr) Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la Maison royale de Savoie, Lyon, 1660, p.xx.
  5. (fr) Claudius Blanchard (Académie de Savoie), Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie avec pièces justificatives inédites, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, Tome 11 (1867), 744 pages ; page 236.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]