Gustave Delory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Gustave Delory
Gustave Delory en 1920
Gustave Delory en 1920
Fonctions
Député du Nord
Maire de Lille
Prédécesseur Géry Legrand
Successeur Charles Delesalle
Prédécesseur Charles Delesalle
Successeur Roger Salengro
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Lille, Drapeau de la France France
Date de décès
Parti politique Socialistes

Gustave Delory, né le à Lille et mort le dans cette même ville, est un homme politique français. Élu maire de Lille en 1896, il devient l'un des premiers maires socialistes de France, après Christophe Thivrier à Commentry (Allier) en 1882 et Henri Carette à Roubaix (Nord) en 1892.

La tombe de Gustave Delory dans le cimetière du Sud à Lille

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

  • 1857 : naissance le 10 septembre à Lille, dans une cave malsaine du quartier Saint-Sauveur, dans une famille d'ouvriers du textile.
  • 1869 : quitte l'école à onze ans pour travailler : apprenti régleur, peigneron, pelotonneur, retordeur.
  • 1873 : à quinze ans, adhère à la Fraternelle lilloise. Licencié, se retrouve au chômage.
  • 1879 : fréquente le Cercle républicain dirigé par Gustave Jonquet. Il vend le journal de Jules Guesde L'Égalité. Il crée en octobre avec Jonquet le Syndicat des filtiers[1], dont il devient secrétaire. Il est cantonnier à la Ville de Lille puis manœuvre aux ateliers d'Hellemmes.
  • 1880 : trésorier du Cercle.
  • 1881 : rencontre Jules Guesde lors d'une conférence en juin. Consacre dès lors sa vie au développement du Parti ouvrier dans le Nord.
  • 1882 : création du Parti ouvrier dans le Nord au congrès de Roubaix. Lance le 14 juillet avec Carrette et Jonquet Le Forçat.
  • 1884 : devient le premier animateur du Parti ouvrier, qu'il organise et développe dans tout le département. Licencié de l'usine de Fives, il devient cordonnier, colporteur de journaux puis gérant de l'estaminet, rue de Béthune.
  • 1888  : demande à son camarade de parti Pierre Degeyter de mettre en musique un poème d'Eugène Pottier. La composition chantée une première fois par la Lyre des travailleurs à l'estaminet La Liberté rue de la Vignette est adoptée en 1889 comme hymne de la Deuxième Internationale.
  • 1889 : nommé gérant de l'Imprimerie ouvrière, rue de Fives.
  • 1890 : arrêté après le 1er mai. Élu conseiller d'arrondissement.
  • 1896 : élu maire de Lille en mai après une coalition avec les radicaux.
  • 1898 : représente le Nord au conseil national du Parti ouvrier français (nouvelle dénomination du Parti ouvrier depuis 1893). Participe aux congrès nationaux et internationaux.
  • 1900 : réélu maire de Lille.
  • 1902 : élu député de la 3e circonscription de Lille. Réélu en 1906, 1910, 1914.
  • 1904 : perd le beffroi de Lille, les radicaux refusant toute coalition.
  • 1905 : reste secrétaire général de la Fédération du Nord. Entre à la commission administrative permanente (CAP) de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO).
  • 1913 : réélu conseiller général du canton de Lille Nord-Est. Devient vice-président du conseil général, poste qu'il utilise pendant la guerre pour venir en aide à la population du Nord.
  • 1916 : déporté à Holzminden, il en revient très affaibli.
  • 1919 : premier élu de la liste socialiste aux législatives de novembre. Élu maire de Lille, il regagne le canton de Lille Nord-Est. L'année suivante, il charge Émile Dubuisson de la construction de l’hôtel de ville.
  • 1920 : candidat des socialistes à l'élection présidentielle de septembre, il obtient 69 voix face à Alexandre Millerand (élu par 695 suffrages). Il dénonce le bolchévisme, refuse nettement l'adhésion à la IIIe Internationale et se prononce pour la motion Blum au congrès de Tours.
  • 1924 : tête de liste aux législatives, il obtient le plus mauvais score.
  • 1925 : tête de liste aux municipales mais, malade, laisse la place de maire à Roger Salengro. Il meurt le 17 août des suites d'une congestion pulmonaire. Funérailles grandioses.

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Filtiers, filtières : ancien nom de métier à Lille, désignant ceux qui, dans l'industrie textile, travaillent à la fabrication de fil à coudre.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Gustave Delory », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]