Arthur Notebart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arthur Notebart
Fonctions
Député de la 11e circonscription du Nord
Juin 1951Novembre 1958
Député de la 5e circonscription du Nord
6 décembre 1962
Député du Nord
Maire de Lomme
Successeur Yves Durand
2e président de la Communauté urbaine de Lille
19711989
Prédécesseur Augustin Laurent
Successeur Pierre Mauroy
Conseiller général du canton d'Haubourdin
19451982
Successeur Bernard Davoine
Biographie
Nom de naissance Arthur, Gustave, Louis
Notebart
Date de naissance
Lieu de naissance Lomme (Nord)
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Lille (Nord)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste

Arthur Gustave Louis Notebart né le à Lomme (Nord), décédé le à Lille (Nord), est un homme politique français. Autodidacte, il devient un véritable bâtisseur pour Lomme et la métropole lilloise.

Mandats et travaux[modifier | modifier le code]

Député[modifier | modifier le code]

Arthur Notebart est député socialiste de la 11e circonscription du Nord entre 1951 et 1958 puis de la 5e circonscription entre 1962 et 1986, enfin député du Nord entre 1986 et 1987[1], date à laquelle il donne sa démission[2].

Président de la Communauté urbaine de Lille[modifier | modifier le code]

Arthur Notebart fut le 2e président de Communauté urbaine de Lille entre 1971 et 1989.

Maire[modifier | modifier le code]

Arthur Notebart fut le maire socialiste de Lomme entre octobre 1947 et mai 1990, date à laquelle il démissionna à la suite d'une mésentente avec ses colistiers[3].

Conseiller général[modifier | modifier le code]

Arthur Notebart fut conseiller général socialiste du canton d'Haubourdin entre 1945 et 1982.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entre 1986 et 1988, l'Assemblée nationale, élue à la proportionnelle, ne comptait pas de circonscriptions.
  2. « M. Notebart (PS) abandonne son mandat de député », article dans Le Monde du 23 avril 1987.
  3. « M. Notebart donne sa démission de la mairie de Lomme », article dans Le Monde du 22 mai 1990.

Liens externes[modifier | modifier le code]