Gresin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gresin
Gresin
Gresin : mairie et église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Bugey savoyard
Intercommunalité Communauté de communes Val de Guiers
Maire
Mandat
Robert Charbonnier
2014-2020
Code postal 73240
Code commune 73127
Démographie
Gentilé Grésinois
Population
municipale
387 hab. (2015 en augmentation de 7,5 % par rapport à 2010)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 39″ nord, 5° 41′ 00″ est
Altitude Min. 238 m
Max. 730 m
Superficie 5,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Gresin

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Gresin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gresin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gresin

Gresin est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gresin est une commune située dans l'Avant-Pays savoyard dans le département de la Savoie. Elle est délimitée au sud et à l'ouest par Saint-Genix-sur-Guiers, au nord par Champagneux et au nord-est par Saint-Maurice-de-Rotherens.

Les agglomérations les plus proches sont Chambéry à 25 km à l'est, Lyon à 70 km à l'ouest, Grenoble à 60 km au sud et Annecy à 55 km au nord-est.

C'est un village à ne pas confondre avec le hameau de Grésin (commune de Léaz), dans le département de l'Ain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Gresin désigne très probablement le domaine de Gratius[1].

La commune a porté les formes anciennes de Grésin-Lépin-et-Molasses, Grézin-le Pin-et-Moulaces ou encore Gressin-Lepin-et-Molasses-en-Savoye[2], suite à l'absorption au cours de la période révolutionnaire (1790-1794), les communes des Molasses et du Pin[3].

Le toponymes des anciennes communes[1]
  • Le Pin serait la forme latine de Pinnus ;
  • Les Molasses dériverait de mollis (« mou »).

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Grazin (graphie de Conflans) ou Grèsi (ORB)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

On peut encore aujourd'hui voir les vestiges du passage d'une voie romaine qui servait à franchir les premières montagnes des Alpes pour les chariots. Les restes de cette voie peuvent être observés le long du chemin "le Terrailler" qui se situe dans les hauteurs du village.

Au cours de la période médiévale, la paroisse de Gresin appartient à la seigneurie de Gerbaix[5]. Au XIIIe siècle, elle fait partie de la châtellenie de Saint-Genix, dans l'organisation du comté de Savoie[5]

Les paroisses de Gresin et Le Pin, jusque là indépendantes, sont finalement au cours du XVIIIe siècle[6].

Au cours de la période d'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, à la suite du rattachement de 1792, la commune appartient au canton de Saint-Genix, au sein du département du Mont-Blanc[7]. Le village des Molasses est érigé en commune indépendante, tandis que Gresin porte le nom de Gresin-Le Pin[6].

Il existait autrefois une tradition dite du « saut du Truison », la rivière locale, pour les jeunes filles voulant connaître leur sort après le mariage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Robert Charbonnier SE Président de la communauté de communes depuis 2014

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Grésonards[2], bien que l'expression Grésinois, soit également utilisés.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2015, la commune comptait 387 habitants[Note 1], en augmentation de 7,5 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
396286417500569511480490471
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
439482495506438440404397348
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
307308311282271261285235184
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2015 -
201235263328338347368387-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Lépin-le-Lac se situe dans l'académie de Grenoble. À la rentrée 2017-2018, elle administre une école élémentaire publique (maternelle et élémentaire) qui accueille 48 élèves[11].

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par la presse quotidienne ou hebdomadaire régionale, notamment le Dauphiné libéré, avec son édition du Chartreuse et de Chambéry, l’Essor savoyard ou encore la Vie Nouvelle.

La commune dispose d'une newsletter et d'un Bulletin municipal, accessible en ligne depuis le site Internet de la commune.

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie ainsi que par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, Radio ISA et Radio Couleur Chartreuse. La chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie, notamment l'émission « La Place du village ». France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les fermes fortifiées[modifier | modifier le code]

Ferme fortifiée : La Tour.

Gresin compte deux fermes fortifiées, appelées Grosses maisons. Il s'agit de La Tour et de La Maréchale. Au XVIIIe siècle, Gresin était organisée autour de trois ou quatre grandes propriétés. Chacune d'elles comptant :

  • un bâtiment en pierre (et non en pisé) ;
  • une maison d’habitation massive avec un toit dauphinois pentu ;
  • une tour ronde ;
  • des jardins clos, un lavoir ;
  • une grange ;
  • des dépendances pour les ouvriers agricoles.


La plus importante ferme fortifiée, La Tour, a été construite au XVIe siècle.

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Pelouses sèches de Gresin.

Les Pelouses sèches de Gresin sont une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I (classée sous le numéro régional no 73000038) et font partie du réseau de zones humides, pelouses, landes et falaises de l'avant-pays savoyard, classé site d'importance communautaire Natura 2000. L'ensemble de pelouses et de végétations broussailleuses xéro-thermophiles couvre une surface de 77 hectares. De nombreuses espèces d'orchidées sont présentes en particulier le limodore à feuilles avortées ainsi que d'autres espèces de plantes protégées comme le saxifrage à bulbilles et la marguerite de la Saint-Michel[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire des communes savoyardes 1982, p. 345, Présentation.
  2. a et b « Grésin », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en mai 2018), Ressources - Les communes.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 21
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. a et b Histoire des communes savoyardes 1982, p. 345-346, Histoire - La Seigneurie.
  6. a et b Histoire des communes savoyardes 1982, p. 346, Organisation administrative et ecclésiastique.
  7. Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 137 p. (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 96-99.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « Savoie (73) > Gresin », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté en mai 2018).
  12. « Pelouses sèches de Grésin », Inventaire national du patrimoine naturel