Belmont-Tramonet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belmont.

Belmont-Tramonet
Belmont-Tramonet
Mairie et église de Belmont-Tramonet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Chambéry
Canton Pont-de-Beauvoisin
Intercommunalité Communauté de communes Val de Guiers
Maire
Mandat
Nicolas Verguet
2014-2020
Code postal 73330
Code commune 73039
Démographie
Population
municipale
561 hab. (2015 en augmentation de 2,37 % par rapport à 2010)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 37″ nord, 5° 40′ 48″ est
Altitude Min. 219 m
Max. 360 m
Superficie 5,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de la Savoie
City locator 14.svg
Belmont-Tramonet

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de la Savoie
City locator 14.svg
Belmont-Tramonet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belmont-Tramonet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belmont-Tramonet
Liens
Site web http://www.belmont-tramonet.fr/

Belmont-Tramonet est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Belmont est un toponyme composé de deux synonymes issus de langues différentes (doublet tautologique), en l'occurrence bel- qui est une base pré-celtique signifiant "hauteur" et mont qui vient du latin mons[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Bèrmon, selon la graphie de Conflans[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période d'occupation du duché de Savoie par les troupes révolutionnaires françaises, à la suite du rattachement de 1792, la commune appartient au canton de Pont-de-Beauvoisin, au sein du département du Mont-Blanc[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008      
mars 2008 en cours Nicolas Verguet    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 561 habitants[Note 1], en augmentation de 2,37 % par rapport à 2010 (Savoie : +3,19 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
384462490466650614585576538
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
509501473484464474431418372
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
356338339327325332313287348
1982 1990 1999 2005 2010 2015 - - -
341339405494548561---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle de Tramonet.
  • La chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs de Tramonet, construite en pisé. Mentionnée en 1703, elle date probablement du Moyen Âge. La sacristie et la nef ont été agrandies au XVIIIe siècle, elle a été restaurée en 1948 et 1990.
  • L'église paroissiale, restaurée au XIXe siècle.
  • Château de Belmont (XIIIe siècle) : cette ancienne résidence de la famille Perrin d'Athenaz fut léguée en 1850 par Xavier de Maistre à son neveu, Louis-Eloi Audifax de Buttet (1795-1877), chevalier de l'ordre des Saints Maurice-et-Lazare. Elle abrite depuis le début des années 1970 l'abbaye bénédictine Saint-Joseph de La Rochette.
  • La Pierre de Corbulon, ex-voto gallo-romain, dédiée à Jupiter.
Pierre de Corbulon IOVI.O.I
SEX.CORNEL.POLLIO
SUO ET CORNELI
CORBULONIS FRA
TRIS SUI NOMINE
À Jupiter, très bon et très grand
Sextus Cornelis Pollion
En son nom et celui de Cornelius
Corbulon son frère

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Mandrin, célèbre contrebandier français du XVIIIe siècle, avait pour habitude de traverser la frontière franco-savoyarde en passant par le village de Belmont. Il a été arrêté à quelques lieues de là, au château de Rochefort-Novalaise par les troupes des fermiers généraux français. Il fut roué vif sur la place des Clercs de Valence, le 24 mai 1755[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude HENNUY, Les bases KAM, BAL et BOL et leurs nombreux dérivés, Cahiers de toponymie belgo-française, Édition privée d'histoire, Thuillies (B) 1999.
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  3. Jules-Joseph Vernier, Étude historique et géographique sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis (réimpr. 1993) (1re éd. 1896), 137 p. (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129), p. 96-99.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. André Besson, Contrebandiers et Gabelous, Ed. France Empire, 1992.