Synagogue de Châlons-en-Champagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Synagogue de Châlons-en-Champagne
Vue générale
Vue générale
Présentation
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Ville Châlons-en-Champagne
Coordonnées 48° 57′ 17″ nord, 4° 21′ 43″ est

Géolocalisation sur la carte : Marne

(Voir situation sur carte : Marne)
Synagogue de Châlons-en-Champagne

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

(Voir situation sur carte : Champagne-Ardenne)
Synagogue de Châlons-en-Champagne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Synagogue de Châlons-en-Champagne
« Que tes demeures sont aimables ô Eternel Tsévaot! »
La rosace de la synagogue.

La synagogue de Châlons-en-Champagne est construite entre 1874 et 1875 sur les plans de l'architecte châlonnais Alexis Vagny[1] (1821-1888), et inaugurée en septembre 1875. Elle ressemble à une petite église de style hispano-mauresque. Elle est située 21, rue Lochet à Châlons-en-Champagne dans la Marne (51).

Sur la façade figure un verset biblique en hébreu tiré du psaume 84 : « Que tes demeures sont aimables ô Eternel Tsévaot! »

Cette synagogue est toujours en activité. Dans la même rue, juste en face, se trouve un temple protestant datant de la même époque (1880) d'architecture néogothique.

Historique de la présence juive à Châlons-en-Champagne[modifier | modifier le code]

La présence des juifs à Chalons remonterait au IIIe siècle[2]. Quoi qu'il en soit, elle est attestée par des documents du XIe siècle. Il existait à Châlons une école des disciples de Rachi, les Tossafistes.

Les juifs ont été expulsés lors de la Guerre de Cent Ans, pour une durée de plusieurs siècles. Puis ils sont revenus après la Révolution française, au début du XIXe siècle. Après la Guerre franco-prussienne de 1870, les juifs d'Alsace-Lorraine qui ne voulaient pas devenir allemands sont venus s'installer en masse dans la région.

Par la suite sont arrivés des juifs d'Europe centrale, et enfin, dans les années 1960, les juifs Pieds-Noirs d'Afrique du Nord.

Les arrestations du sont l’équivalent dans la Marne de la rafle dite du Vel’ d’Hiv’ en région parisienne des 16 et 17 juillet. Une plaque commémorative a été apposée sur la façade de la synagogue et inaugurée le dimanche .

Chaque année, en juillet, s'y déroule une cérémonie en mémoire des déportés.

Il est également possible de visiter la synagogue lors des journées du patrimoine.

Curiosités d'intérêt juif[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de cimetière israélite séparé à Châlons-en-Champagne, mais un carré israélite dans le cimetière de l'est, rue Kellermann.

Il existe à Châlons-en-Champagne, une « rue de la petite juiverie » et une « rue des juifs » qui se trouvent à proximité de la rue Lochet.

signalons également :

  • une maison ancienne à colombages dite de la « Petite Juiverie », dans la rue du même nom.
  • un ancien mikvé
  • des manuscrits hébraïques à la bibliothèque municipale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no IA51000407, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Diocèse ancien de Châlons-sur-Marne, histoire et monuments, Par Edouard de Barthélemy, Publié en 1861, page 15

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe quatre synagogues dans le département de la Marne : Châlons-sur-Marne, Épernay, Vitry- le-François et Reims.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Jarrassé, L'âge d'or des synagogues, Paris, Éditions Herscher, , 173 p. (ISBN 2-7335-0149-6)
  • Henry Schumann, Mémoire des communautés juives de Champagne-Ardenne, Bar-le-Duc, Impr. Lorraine Champagne publicité, , 58 p. (ISBN 2-9524750-0-8)