Synagogue de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Synagogue de Nantes
Façade de la synagogue de Nantes
Façade de la synagogue de Nantes
Présentation
Culte Judaïsme
Type Synagogue
Fin des travaux 1870
Site web www.synagoguedenantes.sitew.fr/#Accueil.AVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Ville Nantes
Coordonnées 47° 12′ 56″ nord, 1° 33′ 57″ ouest
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Synagogue de Nantes
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Synagogue de Nantes

La synagogue de Nantes, située dans le centre-ville de Nantes, en France, est une synagogue inaugurée en 1870.

Situation[modifier | modifier le code]

La synagogue de Nantes est située au no 5 de l'impasse Copernic, qui débouche entre les nos 14 et 16 de la rue Copernic.

Historique[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Nantes a été le centre de la communauté Juive de Bretagne.
Au XVIIe siècle, on note la présence de Marranes venus de Bordeaux.

Les Juifs obtiennent la reconnaissance de leurs droits civiques après la Révolution française.

Le consistoire de Nantes est créé en 1834. Le culte est alors pratiqué dans un oratoire de la rue Montesquieu. À partir de 1852, les offices se déroulent dans la rue de la Rosière-d'Artois. En 1866, ce temple est devenu trop petit, et la communauté juive entreprend des démarches auprès de la municipalité pour obtenir une aide financière et une autorisation de construire une synagogue. L'ingénieur de la ville, Léchalas, soutient le projet, affirmant que la subvention envisagée par la ville, 6 000 francs, est modique, compte tenu du fait que la subvention accordée aux protestants est de 40 000 francs, alors qu'il n'y a au plus qu'un rapport de 1 à 3 entre la population de ces deux communautés. La propriété du terrain (privé ou communal) est un point d'achoppement du projet. En outre, celui-ci provoque une polémique dans la presse, L'Espérance du peuple s'y opposant, Le Phare de la Loire y étant favorable. Finalement, l'édification du lieu de culte est autorisé en 1868. La mairie verse les 6 000 francs prévus ; le terrain est acheté pour un peu plus de 14 000 francs. Les fonds nécessaires sont levés par souscription[1].

Lorsque la synagogue est inaugurée, le , la communauté juive compte 200 personnes à Nantes[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Offices[modifier | modifier le code]

À la synagogue de Nantes, c'est le rite sépharade qui est généralement observé durant les offices (la majorité des pratiquants étant originaires d'Afrique du Nord). Le rite ashkénaze peut être également suivi, notamment durant les fêtes de Tichri : le Rosh Hashana (Nouvel an juif), le Yom Kippour et Souccot[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kahn et Landais 1992, p. 90-92.
  2. « consistoire israëlite de Nantes », synagogue de Nantes (consulté le 12 décembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Kahn et Jean Landais, Nantes et les Nantais sous le Second Empire, Ouest éditions et Université inter-âges de Nantes, , 300 p. (ISBN 2-908261-92-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :