Garganvillar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Garganvillar
Mairie de Garganvillar.
Mairie de Garganvillar.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Canton Beaumont-de-Lomagne
Intercommunalité Communauté de communes Sère - Garonne - Gimone
Maire
Mandat
Robert Descazeaux
2014-2020
Code postal 82100
Code commune 82063
Démographie
Population
municipale
674 hab. (2014)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 43″ nord, 1° 04′ 09″ est
Altitude 166 m (min. : 75 m) (max. : 188 m)
Superficie 22,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Garganvillar

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Garganvillar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Garganvillar

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Garganvillar

Garganvillar est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Garganvillarais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Garganvillar se situe à 60 km au nord-ouest de Toulouse et 30 km à l'ouest de Montauban, sur la rive gauche de la Garonne près de à sa confluence avec la Gimone.

Toponymie[modifier | modifier le code]

de Garganvilar en 1372[1], Garganvilla en 1573[2], Garganville[3], Garganvillar en 1720[4], Gurgauvilliers avant 1802[5], est changé en Garganvillars en 1802, Garganvillars en 1813[6], 1830[7] 1835 [8] et 1936[9], Garganvillar en 1913[10], 1925[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Garganvillar était fortifiée en 1367[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Garganvillar Blason De gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or; au chef bastillé de cinq pièces, cousu d'azur et chargé d'un léopard contourné accosté de deux coquilles, le tout d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 en cours Robert Descazeaux PS Conseiller général (1970-2008)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 674 habitants, en augmentation de 7,84 % par rapport à 2009 (Tarn-et-Garonne : 5,26 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 007 886 884 936 927 954 916 916 895
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
870 859 829 798 767 748 718 702 701
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653 640 630 556 550 526 537 524 528
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
489 449 405 462 484 509 601 665 674
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques de Garganvillar.
  • L'église paroissiale Saint-Jacques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil des historiens de la France: Pouillés, (1972), t. 10, Partie 2, p. 802.
  2. ÉBRARD (Jean, baron de Saint-Sulpice) Guerres de religion dans le sud-ouest de la France et principalement dans le Quercy d'après les papiers des seigneurs de Saint-Sulpice de 1561 à 1590 (1906), p. 1572.
  3. Ferdinand de Guilhermy, Inscriptions de la France du Ve siècle au XVIIIe, (1883), partie 5, p. 437.
  4. SAUGRAIN (Claude-Marin)Nouveau dénombrement du royaume, par généralitez, élections, paroisses et ... (1720), p. 289.
  5. DUVERGIERS (Jean Baptiste) Collection complète des lois, décrets d'intérêe général, traités (1826), t. 13, p. 280.
  6. VOSGIEN Dictionnaire geographique ou description des quatre parts du monde. (1813), p. 244.
  7. WAHLEN (Auguste) Dictionnaire géographie universel ..., (1830), t. 6, p. 168.
  8. VOSGIEN. Nouveau dictionnaire géographique universel et portatif de géographie. (1835), p. 269
  9. Mémoires de l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse. (1936), p. 194.
  10. Journal d'agriculture pratique, (1913), t.77, n° 1, p. 665.
  11. Bulletin archéologique, historique et artistique de la Société archéologique de Tarn-&-Garonne, (1925), t. 52 à 55, p. 62.
  12. Désastres causés par la guerre de Cent ans au pays de Verdun-sur-Garonne à la fin du XIVe siècle par Firmin Galabert
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .