Gérald Poussin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poussin.
Gérald Poussin
MurMigrateur-Poussin-Alexandre-Gavard Carouge 2010-3.jpg

Détail de la fresque Mur migrateur, Carouge, 2010.

Naissance
Nationalité
Activités

Gérald Poussin est un dessinateur de bande dessinée, illustrateur, peintre, sculpteur, plasticien et réalisateur suisse, né en 1946 à Carouge (Genève).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Artiste autodidacte, il s'illustre tout d'abord dans le film d'animation (Trou attention, 1970 - Colonel Zabu, 1970 Alphon au pays des merveilles, 1972 - La Nuit des Ploucs, 1977 - Téo Véra change de monde, 1979). Deux de ses films ont été présents à Cannes festival de court-métrage 1971. Il s’est fait connaître dans le dessin humoristique en publiant Gonocoque[1] puis en s'installant à Paris où il collabore à de nombreux journaux (Hara-Kiri, Zinc, Charlie Mensuel, L'Écho des savanes, Le Nouvel Observateur, Libération). En 2015, il témoigne de cette époque : « Je faisais partie de la famille, une famille de fêtards où l’on côtoyait Cabu, Wolinski, Reiser, Cavanna, le professeur Choron »[2].

Parallèlement à la publication d'albums de bandes dessinées (Tendance débile, 1979 - Papiers Gras, 1981 - Les aventures de Buddy et Flappo, 1983 - Le clan cervelas, 1986), il multiplie ses activités: peintre, sculpteur, illustrateur (les Fables de La Fontaine, 1996), affichiste, créateur de mobilier, tapis, bijoux, montres (pour Swatch, notamment).

Il est aussi auteur, créateur de décors, de costumes et interprète d'une pièce de théâtre (Buddy et Flappo brûlent les planches, 1983), de 17 sketches filmés pour la Télévision suisse romande (Robert le Coléoptère, 1994) et concepteur de décors et costumes pour le théâtre Am Stram Gram (Cacophonie, de Philippe Cohen, 1990), pour le Grand Théâtre de Genève (ballet La Bayadère, 1999) et pour le Théâtre de Carouge (Les Quiproquo, de Rodolphe Töpffer, 2004). Ses peintures de jardins d'épices du Kerala sont projetées en 2007 lors de l'opéra Alceste de Haendel.

Depuis 1970, il expose dans des galeries de Genève, Bâle, Zurich, Paris, Milan, Berlin, Tokyo, et dès 1985 des expositions rétrospectives lui sont consacrées :

Dès 1986, il s'associe à son épouse Geneviève Cuénoud[4], architecte, afin de réaliser les mandats de décoration qui lui sont confiés, notamment :

Depuis 1999, en dehors des grands projets de décoration, Gérald Poussin consacre l'essentiel de son temps à la peinture.

Publications[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées
  • Gérald Poussin, Farces et attrapes prolos, Petit-Lancy, Librairie Adversaire, , 31 p. (ISBN 2970001500)
  • Gérald Poussin et al., Nimbus présente le grand orchestre, Genève, Cumulus, , 92 p.
  • Gérald Poussin, Papiers gras, A. Michel Le Square, , 79 p. (ISBN 2226011072)
  • (de) Gérald Poussin et Aloys (trad. du français par D. Basler, R. Bonomo), Zig zag zoug : [Bildergeschichten], Zurich, éd. Moderne, , 57 p. (ISBN 3907010043)
  • Gérald Poussin, Le clan cervelas, Genève, L'Essai, , 66 p. (ISBN 2881860028)
Catalogue d’exposition
  • Gérald Poussin, Myriam Matthey-Doret (collab.) et Jean M. Marquis (collab.), Gérald Poussin, Musée de Carouge, 1992, Carouge, Ville de Carouge, coll. « Petite bibliothèque carougeoise », , 59 p.
Livres illustrés
  • Gérald Poussin et al., Drozophile, Genève, Kouma, , 47 cm (ISBN 9782970060413)
  • Gérald Poussin, Sorj Chalandon et Siné, Le catalogue des animaux disparus dans les marais d'amnésie, Paris, Les Cahiers dessinés, , 109 p. (ISBN 9791090875272)
Illustrations
  • En collab. avec le Laboratoire de démographie économique et sociale, Université de Genève ; sous la dir. de l'Équipe des Cahiers et Gérald Poussin (illustrateur), Vers un ailleurs prometteur... : l'émigration, une réponse universelle à une situation de crise ?, Paris ; Genève, Presses universitaires de France ; Cahiers de l'I.U.E.D., coll. « Cahiers de l'Institut universitaire d'études du développement », , 391 p. (ISBN 2130457037), chap. 22
  • R. Wuillemin, Gérald Poussin (illustrateur), Macé (illustrateur) et Tschopp (illustrateur), Hier, aujourd'hui, demain : un siècle pour vos sens : 1895-1995 (Firmenich), Genève, Publipartner, , 61 p.
    Existe aussi en anglais sous le titre Yesterday, today, tomorrow : a century for the senses : 1895-1995
  • Urs Frauchiger et Gérald Poussin (illustrateur) (trad. de l'allemand par Ursula Gaillard), Dans la mêlée : réflexions sur la culture en Suisse, Carouge, Zoé, , 173 p. (ISBN 288182272X)
  • Gérald Poussin, Les Fables de La Fontaine illustrées par Poussin, Carouge, Zoé, , 63 p. (ISBN 2881822584)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Quatre auteurs genevois de bandes dessinées : BDGE : Ab'Aigre, Aloys, Ceppi, Poussin : [exposition], Musée Rath, Genève, du 18 oct. au 25 nov. 1984, Genève, Musée d'art et d'histoire, , 16 p. (ISBN 2830600134)
  • Léonard Morand, « A propos de bandes dessinées : les grands hommes laids du petit Poussin », Revue du Vieux Genève, no 15,‎ , p. 75-82
  • Gérald Poussin co-mix-t : Gewerbemuseum Basel, Museum für Gestaltung, 5. Oktober bis 24. November 1985 : Le Manoir de la Ville de Martigny, du 2 février au 2 mars 1986 : Centre d'action culturelle d'Angoulême, du 20 octobre au 15 novembre 1986 : Centre culturel suisse à Paris, fin 1986-début 1987, Bâle, Gewerbemuseum Basel, , 96 p. (ISBN 3857000597)
  • « Gérald Poussin au Manoir : le jeu et son miroir », Le Nouvelliste, no 32,‎ , p. 25
  • Françoise Jaunin, « Du Poussin au menu : de la BD à la vaisselle en passant par le théâtre, et d'Angoulême à Martigny, il sème à tous vents ses confettis et son humour loufoque », Le Matin, no 37,‎ , p. 14
  • « «Art-immo» : Poussin lorgne chez les voisins », Information OEV mensuel, no 3,‎ , p. 20-21
  • (de) Gabriele Werffeli, « Gérald Poussin : Porträt eines Phantasten », Du : Schweizer Monatsschrift, no 5,‎ , p. 76-77
  • François Busson, « Poussin : sa vie, son oeuvre ... », Journal de la construction de la Suisse romande, vol. 65, no 6,‎ , p. 7-11
  • Pascale Chamay, « Poussin lance un pavé caustique dans la mare de l'art contemporain : à la Galerie Art & public », Tribune des arts, no 233 [i.e. n°169],‎ , p. 4
  • Jean-Luc Vautravers, « Gérald Poussin artiste en ses murs », Propriété, Lausanne, no 6,‎ , p. 30
  • Dictionnaire carougeois. - Carouge : Ville de Carouge, 2009. - T. 4B, p. 278-280
  • Michel Bonel, « Gérald Poussin : rêveur et hyperactif », Tribune des arts, no 428,‎ , p. 62-65

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carouge, 1973-1974 (cinq numéros).
  2. Philippe Muri et Fabrice Gottraux, « Les dessinateurs genevois sous le choc », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne).
  3. « Poussin expose la rivière de son enfance », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 28 (lire en ligne).
  4. a et b Maryelle Budry, «Le Mur migrateur», quand Poussin a «la tête pleine d’oiseaux», sur www.signegeneve.ch, Tribune de Genève, (consulté le 24 mars 2017).
  5. Fr. N., « « Art-immo » : Poussin lorgne chez les voisins », Journal de Genève,‎ , p. 31 (lire en ligne).
  6. ThS, « Un centre de rencontres pour jeunes à Vernier », Journal de Genève,‎ , p. 35 (lire en ligne).
  7. « On joue avec Poussin », Journal de Genève,‎ , p. 28 (lire en ligne).
  8. « Poussin contre les tagueurs », Le Nouveau Quotidien,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  9. Laurent Busslinger, « Utopie en Bande Dessinée », Journal de Genève,‎ , p. 26 (lire en ligne).
  10. Philippa de Roten, « Opération de séduction hollywoodienne pour la TSR », Journal de Genève,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  11. M. La., « Handicap mental : pour sortir du ghetto », Journal de Genève,‎ , p. 29 (lire en ligne).
  12. « Historique », sur www.gva.ch, Aéroport international de Genève (consulté le 22 mars 2017).
  13. « L'office cantonal de la population au carrefour des cultures », Communiqué de presse du département de la sécurité, sur www.ge.ch, Canton de Genève, (consulté le 22 mars 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :