Chikan (terme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chikan.
Avertissement à Chiba, Japon.

Chikan (痴漢, チカン, ou ちかん) est un terme japonais désignant un attouchement non-consenti sur un autre individu dans un contexte sexuel et pervers où l'usage des mains est habituel ; il possède une connotation négative et est considéré comme une agression sexuelle dans la plupart des pays. Le terme « frotteurisme » s'applique lorsqu'une personne frotte ses parties génitales contre une autre personne non-consentante. Attoucher le corps d'une personne lors d'une relation sexuelle, un massage ou un examen médical n'est habituellement pas considéré comme chikan, bien que le terme soit utilisé pour décrire un attouchement sexuel égoïste et inapproprié. Les parties corporelles habituellement visées incluent les fesses, les seins et les cuisses chez les femmes, et le pénis, les testicules et les fesses chez les hommes. Les individus effectuant ce type de pratique pressent la partie corporelle visée. Ce comportement varie selon les pays, et certains sont connus pour ce genre de pratique. Dans certains pays, le fait de presser ou claquer les fesses d'une femme en public est répandu. Dans d'autres pays, un attouchement non-consenti de ce type est illégal.

Japon[modifier | modifier le code]

Au Japon, un homme adoptant ce type d'attouchement est appelé chikan, tandis qu'une femme est appelée chijo (痴女). Pour lutter contre ce problème, certaines compagnies ferroviaires font usage de voitures uniquement réservées aux passagères féminines durant les heures de pointe[1],[2],[3]. Cependant, au Japon, les victimes de ce comportement ne sont pas seulement des femmes mais également des hommes, même si cela reste minoritaire. Les agresseurs sont presque toujours des hommes et les victimes des femmes. Ce contexte a également inspiré plusieurs films[4]. Le film I Just Didn't Do It (en) du réalisateur japonais Masayuki Suo, inspiré d'une histoire vraie, raconte l'histoire d'un employé de bureau acquitté de faits de chikan après cinq ans de combat[5]. Dans de tels cas, la justice se montre intolérante et les sentences deviennent de plus en plus sévères[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]