Chikan (terme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chikan.
Avertissement à Chiba, Japon.

Chikan (痴漢, チカン, ou ちかん) est un terme japonais désignant un attouchement non-consenti sur un autre individu dans un contexte sexuel et pervers où l'usage des mains est habituel ; il possède une connotation négative et est considéré comme une agression sexuelle dans la plupart des pays. Le terme « frotteurisme » s'applique lorsqu'une personne frotte ses parties génitales contre une autre personne non-consentante. Attoucher le corps d'une personne lors d'une relation sexuelle, un massage ou un examen médical n'est habituellement pas considéré comme chikan, bien que le terme soit utilisé pour décrire un attouchement sexuel égoïste et inapproprié. Les parties corporelles habituellement visées incluent les fesses, les seins et les cuisses chez les femmes, et le pénis, les testicules et les fesses chez les hommes. Les individus effectuant ce type de pratique pressent la partie corporelle visée.

Japon[modifier | modifier le code]

Au Japon, un homme adoptant ce type d'attouchement est appelé chikan, tandis qu'une femme est appelée chijo (痴女?). Pour lutter contre ce problème, certaines compagnies ferroviaires font usage de voitures uniquement réservées aux passagères féminines durant les heures de pointe[1],[2],[3]. Cependant, au Japon, les victimes de ce comportement ne sont pas seulement des femmes mais également des hommes, même si cela reste minoritaire. Les agresseurs sont presque toujours des hommes et les victimes des femmes. Ce contexte a également inspiré plusieurs films[4]. Le film I Just Didn't Do It (en) du réalisateur japonais Masayuki Suo, inspiré d'une histoire vraie, raconte l'histoire d'un employé de bureau acquitté de faits de chikan après cinq ans de combat[5]. Dans de tels cas, la justice se montre intolérante et les sentences deviennent de plus en plus sévères[6],[7].

Kumi Sasaki raconte dans le livre Tchikan les agressions sexuelles dont elle a été victime dès l’âge de 12 ans dans le métro à Tokyo[8]. « Le trait le plus odieux du harcèlement sexuel dont les collégiennes japonaises sont quotidiennement victimes (dans les transports en commun, dans la rue...) est sans doute de se voir attribuer, souvent par leurs proches, la responsabilité de leurs tourments. C’est la triste constatation qui ressort de Tchikan, le livre-confession écrit par Kumi Sasaki (et Emmanuel Arnaud) »[9] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The His and Hers Subway » (consulté le 13 mars 2011)
  2. (en) « Japan Tries Women Only Train Cars to Stop Groping: Tokyo Subway Experiment Attempts to Slow Epidemic of Subway Fondling », ABC News
  3. (en) « Women Only Cars on Commuter Trains Cause Controversy in Japan », sur truthout.org
  4. (en) « Tokyo legal drama gets grip on groping », (consulté le 23 août 2007)
  5. (en) Setsuko Kamiya, « 'I Just Didn't Do It' questions the Japanese court system », The Japan Times, (consulté le 1er novembre 2007)
  6. (en) Leo Lewis, « All women trains are only way to defeat Tokyo bottom pinchers », The Times Online, (consulté le 1er novembre 2007)
  7. (en) Takahiro Fukada, « In anonymous packed train lurk gropers », The Japan Times,
  8. Emmanuel Arnaud et Kumi Sasaki (préf. Ghada Hatem), Tchikan, éd. Thierry Marchaisse, , 128 p. (ISBN 978-2-36280-188-4)
  9. Régis Arnaud, « Tchikan ou la main de l'homme », CCI France Japon,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]