Francis Pellerin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francis Pellerin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Rennes
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Distinctions
prix de Rome de 1944 en sculpture

Francis Pellerin, né le à Cancale, et mort le à Rennes, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un marin Terre-Neuvas, il passe avec succès son certificat d'études primaires. Il poursuit ses études chez les Frères de Ploërmel. Il entre en apprentissage chez Henri Bagot, ébéniste de Cancale. En 1928, il entre à l'école régionale des beaux-arts de Rennes dans l'atelier du professeur de dessin Camille Godet. Il obtient le premier prix d'ébénisterie d'art en 1930. En 1931, Francis Pellerin est admis dans l'atelier du sculpteur Albert Bourget puis, en 1935, dans celui du sculpteur Jean Boucher à l'École des beaux-arts de Paris. Son premier atelier est situé rue du Moulin de Beurre dans le 14e arrondissement à côté de celui de son ami Émile Gilioli.

Le premier prix Chenavard lui sera attribué pour Adam et Eve chassés du Paradis terrestre en 1939. Il obtient une médaille de bronze au Salon des artistes français avant sa mobilisation à la Seconde Guerre mondiale. Il fait la connaissance de Charles Despiau, Paul Landowski et Gustave Miklos dans l'atelier de Marcel Gaumont à l'École des beaux-arts de Paris. Il collabore à la décoration du musée d'art africain et océanien et pour le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro de Paul Landowski.

En montant en loge pour le prix de Rome de 1943, il fait la connaissance de Suzanne Deregnaucourt (décédée 26 janvier 2015 à Rennes à 99 ans) qu'il épouse l'année suivante. Ils auront 4 enfants, 3 garçons Armel, Gwénaël, Hélier et une fille Haude. Il obtient le prix de Rome en sculpture pour son Amazone. Il perd ses deux frères dans les bombardements de Cancale et de Saint-Malo en 1945. De 1946 à 1948, il est pensionnaire de la villa Médicis à Rome, où il rencontre des architectes comme Guillaume Gillet ou Jean Dubuisson.

Rentré en France, Francis Pellerin s'installe à Rennes et enseigne à l'École des beaux-arts de Rennes. Il participe à de nombreuses commandes publiques (établissements scolaires, lieux de culte, espaces culturels) en collaboration avec des architectes et artisans[1]. De 1960 à 1965, il peint de nombreuses huiles sur toiles, abstraites, exposées à la galerie Hautefeuille de Paris. En 1960, invité de Georges Folmer, il expose pour la première fois au Salon des réalités nouvelles. En 1978, il quitte l'enseignement pour se consacrer plus pleinement à ses recherches artistiques. Il crée et expose beaucoup.

Francis Pellerin meurt à Rennes le .

Œuvres monumentales[modifier | modifier le code]

  • 1949 : clinique Saint-Yves à Rennes, sculptures dans la chapelle du monastère
  • 1950 : Le Mariage d'Amphitrite, bas-relief en façade de l'Inscription maritime de Saint-Malo

Le patio attenant au grand hall d'entrée est composé d'un décor mural abstrait au nord, "animation d'une surface en un contrepoint de lignes, de formes, d'épaisseurs, de creux de matières ..." La matière employée est de la pierre de "Hauteroche à grains ardoise noire et gris vert, brutes de clivage, plaques déterminées dans leurs formes par le tracé rythmique de base".

À un niveau intermédiaire, une sculpture noire et blanche, sphère tronquée : "C'est un volume simple de 2 m 40 de haut, structuré et polychrome. Il met en jeu des lignes courbes, des lignes droites, des surfaces, des masses, des quantités, avec la dissonance fournie par le noir. [L'artiste a] cherché à lui donner dans cette architecture tramée à dominantes droites, par opposition et par contraste, un rôle de catalyseur et d'adjuvant."

Sur l'escalier et la bassin du jardin, "l'une et l'autre des formes procèdent d'une inspiration aquatique. Elles sont réalisés en pierres de Hauteroche à grain et sont comme des nœuds de jonction, en quelque sorte une ponctuation." (structure dénommée "en ronde-bosse").

Enfin, au-dessus de l'entrée rue Jan-Macé, voisinant avec une surface d'ardoise gravée par Lemaguy, membre de l'Institut - variation sur le plan masse de la Faculté et inscription conséquente - [l'auteur a] situé un volume abstrait en cuivre oxydé apportant un facteur d'ombre sur cette façade.

  • 1962 : Douze Apôtres, bois, cuivre, pigments, porche de l'église Saints-Pierre-et-Paul de Caudan
  • 1966 : Structure "Le Quatrain, hommage à la Sciences" dressée sur le parvis de la Faculté des Sciences et Techniques de Brest
  • 1966 : pignon sur rue du collège technique de Mayenne
  • 1972 : sphères acier et inox pour l'IUT de Clermont-Ferrand
  • 1973 : sculpture CES 1200 à Ris-Orangis[6]
  • 1977 à 1980 : sculptures en inox au Centre de voile de Quiberon et au C.T.S. de Rennes
  • 1983 : réalisation des panneaux de façade pour le Centre culturel du Triangle à Rennes

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Les périodes d'expositions ici retracées ont pour source une publication du musée des Beaux-arts de Rennes [7].

  • 1961 : exposition inaugurale du groupe Mesure au musée des beaux-arts de Rennes en mars
  • de 1962 à 1964 : expositions du groupe Mesure outre-Rhin
  • 1969 : rétrospective de ses œuvres au musée des beaux-arts de Rennes
  • 1971 : Terre des hommes, maison de l’ORTF, Rennes
  • 1997 : espace culturel La Halle à la Marée de Port de la Houle à Cancale
  • 1982 : Rennes-Sculpture au parc Oberthür
  • 1989 : Centre culturel Le Triangle, Francis Pellerin Abstractions Géométriques
  • 1990 : rétrospective 1954-1989 à la galerie Michèle Heyraud à Paris
  • mai 1990 : exposition du 150e anniversaire de Claude Monet à Argenteuil
  • été 1995 : exposition personnelle de peintures et sculptures à la galerie Gloux à Concarneau
  • 2005 : exposition rétrospective au musée des beaux-arts de Rennes, du 23 mars au 12 juin (catalogue)
  • 2009 : groupes Espace et Mesure, L'esthétique constructiviste de 1951 à 1970, une aventure du XXe siècle, galerie Drouart, Paris
  • 2012 : Francis Pellerin dans le groupe Mesure, galerie Drouart, Paris, du 26 mars au 29 juin
  • 2013 : galerie Drouart, Paris, exposition d'œuvres sur papier à l'occasion du Salon du dessin à Paris


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Francis Pellerin, préface de Francis Ribemeont, catalogue de l'exposition[Laquelle ?].
  • Laurence Imbernon, Francis Pellerin (1915-1998), Rennes, Musée des beaux-arts de Rennes, 2005, (ISBN 2901430996)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1964, (Titre ?), Production Office national de radiodiffusion télévision française. Le sculpteur reçoit dans son atelier Fernand Leréec et lui explique son travail en lui montrant des maquettes[8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Exposition au musée des beaux-arts de Rennes (2005)
  2. Patrimoine contemporain site officiel de la ville de Saint-Malo
  3. Site officiel de la ville de Saint-Malo : Patrimoine contemporain
  4. Notice no IA35023924, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Henri Terrière, « Les structures de Francis Pellerin dans l'architecture de la nouvelle faculté de Droit », Ouest-France,‎ , p. 6 et suivantes
  6. Commission du 1% culturel du 13 mars 1973 Archives nationales de France
  7. Guide d’activités, no 5, avril-septembre 2005, musée des beaux-arts de Rennes.
  8. Note : En ligne sur le site de l'INA, durée 7 minutes 36 secondes. Quelque peu troublé par la présence d'une équipe de télévision dans son atelier, le sculpteur ne note pas l'erreur du journaliste qui l'appelle « François Pellerin » tout au long du reportage.