Albert Bourget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Bourget
Naissance
Décès
Nom de naissance
Albert Félix Bourget
Nationalité
Activité
Formation

Albert Bourget, né le à Rennes (Ille-et-Vilaine) et mort le au Minihic-sur-Rance (Ille-et-Vilaine)[1], est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Bourget est élève à l'école régionale des beaux-arts de Rennes, il y obtient en 1901 deux mentions au concours dit des Trois Arts[2] puis il est admis à l'École des beaux-arts de Paris[3].

Il devient professeur de sculpture à l'école des beaux-arts de Rennes.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Bieuzy : Monument aux morts, 1925, pierre de taille, pierre et granite représentant un poilu casqué, tenant un fusil.
  • Laval : Monuments aux morts de la Grande Guerre, 1923, bronze, avec une statue de Mariane et un soldat blessé à ses pieds lui présentant une statuette dorée symbolisant la Victoire. Architecte Hyacinthe Perrin (1877-1955)[4].
  • Pacé : Monument aux morts, vers 1924, représentant un soldat couché[5].
  • Rennes :
    • église Sainte-Thérèse : sculpture, 1934[6].
    • piscine Saint-Georges : Neptune, 1925, mascaron en céramique ornant le fronton du porche d'entée[7].
  • Vannes, archives départementales du Morbihan : Poilu pour le monument aux morts de Bieuzy, 1924, dessin.

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la commune de Rennes, acte de naissance no 1433, année 1881 (avec mention marginale de décès) (consulté le 16 juillet 2014).
  2. Ouest-Éclair : [1]
  3. Où il retrouve parmi ses condisciples d'autres artistes bretons comme Camille Godet, Jean-Julien Lemordant, Pierre Lenoir ou Charles Nitch qui sera plus tard professeur de dessin industriel à l'école des beaux-arts de Rennes[réf. nécessaire].
  4. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, O569/1.
  5. Statue volé en février 2013[réf. nécessaire].
  6. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, Fonds H. Perrin, série J ; 73.
  7. Neptune, notice sur topic-topos.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Jean Stenou, « Le monument aux morts de Laval, une inauguration difficile », L'Oribus, no 52, novembre 2000, pp. 29-43.
  • Collectif, « Concours publics », Bulletin de la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement, no 1, 1er janvier 1921, p. 13.
  • Jean-Marie De Busscher, Les Folies de l'Industrie, Bruxelles 1981, Archives d'Architecture Moderne, p. 200.
  • David Foisneau, « Les monuments aux morts, l'exemple de la Mayenne », Archéologie, Histoire, no 30, numéro spécial « Patrimoine d'éternité : les pratiques funéraires en Mayenne », pp. 166-173.

Cédérom[modifier | modifier le code]

  • France Debuisson, À nos grands hommes. La sculpture publique française jusqu'à la Seconde Guerre mondiale à travers la carte postale, cédérom édité par le musée d'Orsay et l'Institut national d'histoire de l'art, 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]