La Salamandre (film, 1971)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Salamandre
Réalisation Alain Tanner
Scénario Alain Tanner
John Berger
Acteurs principaux
Sociétés de production Filmograph S.A.
Forum Films
Svocine
Pays d’origine Drapeau de la Suisse Suisse
Genre Comédie dramatique
Durée 124 minutes
Sortie 1971


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Salamandre est un film suisse réalisé par Alain Tanner, sorti en 1971, avec Bulle Ogier, Jean-Luc Bideau et Jacques Denis dans les rôles principaux.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pierre, journaliste, est contacté pour écrire un scénario pour la télévision suisse à partir d'un fait divers qui s'est déroulé deux ans auparavant : une jeune fille, Rosemonde, fut accusée d'avoir tiré à la carabine sur son oncle qui l'hébergeait, le procès se termina en non-lieu. Pierre appelle à la rescousse Paul, un ami écrivain. Ils vont aborder le sujet de deux façons différentes. Pierre privilégie une approche de terrain à base d'interviews, Paul imagine les personnages à partir des quelques éléments connus. Pierre retrouve rapidement Rosemonde, qui travaille comme ouvrière dans une usine de saucisses.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bulle Ogier (1972).

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La Salamandre a été restauré entre 1996 et 1999 par Memoriav et le laboratoire Schwartz-Film.
  • En 2013, on aperçoit furtivement Jean-Luc Bideau dans une archive du film La Salamandre. Cette archive est visible dans le film Deux automnes trois hivers de Sébastien Betbeder (source : générique).
  • Une scène du film est rejouée par des lycéens de l'option cinéma du lycée Romain-Rolland d'Ivry-sur-Seine dans le documentaire Nos défaites réalisé par Jean-Gabriel Périot, et sorti en 2019.
  • Le film a été tourné à Genève, La Plaine et, pour ce qui est de l'excursion de quatre jours du trio Pierre, Paul et Rosemonde dans la vallée de La Brévine ainsi qu'à Le Cerneux-Péquignot.
  • Un texte de Heinrich Heine est lu de la 67e à la 68e minute : "[...] Une nouvelle génération se lèvera, engendrée dans des embrassements librement choisis, et non plus sur une couche de corvée et sous le contrôle de percepteurs du clergé [...]". Il est tiré du Voyage de Munich à Gênes, 1828 (dans H. Heine, Reisebilder = Tableaux de voyage, nouvelle éd., Paris 1856, vol. 2, p. 104).
  • Alain Tanner prénomme « Paul » un de ses personnages principaux, comme dans quasiment tous ses films et qui représente l'alter ego du réalisateur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le générique spécifie « en couleurs noires et blanches »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Propos d'Alain Tanner recueillis par Guy Braucourt, « La Suisse en question, », L'Avant-scène Cinéma no 125, Editions L'avant-Scène, Paris, , p. 7, (ISSN 0045-1150)
  • Découpage et dialogues in extenso, « La Salamandre », ibid., p. 8-49
  • Claude Bouniq-Mercier, « La Salamandre », Guide des Films P-Z (sous la direction de Jean Tulard), Éditions Robert Laffont - Collection Bouquins, Paris, 2005, , 3704 p., p. 2852, (ISBN 9782221104538)
  • Hervé Dumont, Maria Tartjada, « La Salamandre », Histoire du Cinéma suisse 1966-2000, Cinémathèque suisse- Editions Gilles Attinger, Lausanne - Hauterive, 2007, 1540 p., p. 98-102, (ISBN 2-88256-177-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]