Martin Djetou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martin Djetou
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 15 décembre 1974 (40 ans)
Lieu Abidjan (Côte d'Ivoire Drapeau : Côte d'Ivoire)
Taille 1,8 m (5 11)
Période pro. 1992-2006
Poste Défenseur / Milieu de terrain
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1992-1996 Drapeau : France RC Strasbourg 102 (1)
1996-2001 Drapeau : France AS Monaco 170 (3)
2001-2004 Drapeau : Italie Parme FC 037 (2)
2002-2004 Drapeau : Angleterre Fulham 066 (1)
2004-2005 Drapeau : France OGC Nice 006 (0)
2005 Drapeau : Angleterre Bolton Wanderers 005 (0)
2005-2006 Drapeau : France FC Istres 010 (1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1994-1996 Drapeau : France France espoirs 016 (0)
1996-2000 Drapeau : France France 006 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Martin Djetou (né le 15 décembre 1974 à Abidjan en Côte d'Ivoire), est un footballeur international franco-ivoirien, qui joue au poste de défenseur ou milieu de terrain.

Ayant évolué aux postes de défenseur central et de milieu défensif, Djetou a remporté deux fois le championnat de France avec l'AS Monaco, en 1997 et 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Côte d’Ivoire, Martin Djetou fait ses débuts en Première Division dans le club alsacien du Racing Club de Strasbourg en 1992, à l'âge de 18 ans. Il y dispute en quatre saisons 84 matches et marque un but. Les performances du joueur sont remarquées, si bien que le jeune Djetou se voit convoquer pour les Jeux olympiques de 1996 à Atlanta, aux côtés notamment de Patrick Vieira, Claude Makelele et Sylvain Wiltord, et parvient à atteindre les quarts de finale.

Après le tournoi américain et trois années en Alsace, il est recruté par l'AS Monaco en 1996, qui cherche un remplaçant à Lilian Thuram et où il remporte dès sa première saison le championnat de France. La saison suivante, Djétou poursuit sa progression et devient l'homme de base du système défensif monégasque. Très apprécié de son entraineur Jean Tigana, il est l'un des principaux artisans de la qualification de Monaco en demi-finale de la Ligue des champions 1997-1998.

Ses performances lui valent de découvrir l'équipe de France, où certains voient en lui le successeur de Marcel Desailly. Intégré à la pré-sélection de 28 joueurs pour disputer le mondial 1998, il fait partie des six joueurs finalement non retenus par Aimé Jacquet, qui quittent le centre de Clairefontaine en pleine nuit dans des conditions rocambolesques au mois de mai 1998.

Lors de la saison suivante, le joueur va voir sa saison tronquée. Moralement affecté par l'épisode de sa non-sélection à la Coupe du Monde, il connaît plusieurs blessures et ne dispute que 15 matchs en L1. En 1999-2000, il revient à son plus haut niveau et réalise une saison pleine en remportant un nouveau titre de champion de France sous les ordres de Claude Puel. Impressionnant dans les duels, son abattage, sa puissance et son sens du collectif en font un récupérateur réputé. Il constitue avec Sabri Lamouchi le meilleur entrejeu du championnat de France. Fortement pressenti pour participer à l'Euro 2000, il n'est finalement pas retenu par Roger Lemerre.

Cette deuxième non-convocation à une grande compétition internationale affectera l'ancien strasbourgeois qui lors de la saison 2000/2001 alternera entre blessures et contre-performances, malgré son nouveau statut de capitaine de son club.

À l'été 2001, Didier Deschamps, nouvel entraineur de Monaco, retire le brassard de capitaine à Martin Djétou et finit par céder son milieu de terrain à Parme, contre 13,5 M€. "Djet" doit alors, encore une fois, succéder à Lilian Thuram, parti à la Juventus. Néanmoins, il ne réussira pas, cette fois-ci, à faire oublier son prédécesseur. De nombreuses blessures et de gros problèmes d’adaptation vont perturber la saison de Djétou qui ne parvient pas à s’imposer dans une équipe en fin de cycle.

En perte de confiance et toujours sujet à des blessures régulières, la suite de sa carrière est alors des plus chaotiques. Prêté à Fulham où il retrouve Jean Tigana, il réalise une première saison encourageante et semble remonter la pente. Mais, à nouveau prêté l'année suivante, la dynamique se brise avec le départ de Jean Tigana et de nouvelles blessures. De retour à Parme en 2004, Djetou s'apprête à vivre un calvaire, le club italien souhaite se débarrasser de son joueur et va employer tous les moyens. Djétou est écarté de l'équipe première, son nom ne figure nulle part sur les feuilles d’entraînement et aucune personne du club ne semble disposer à lui adresser la parole. Il apprend alors qu’il est convoqué pour une visite médicale pendant laquelle, on lui décèle une hypertrophie cardiaque (du ventricule gauche). Djetou se voit définitivement interdit par son club d’entraînement. Poussé vers la sortie, il résilie donc son contrat et gagnera par la suite tous ses procès contre son ancien club. Moralement, son passage à Parme laissera des traces.

Sa fin de carrière n'est alors qu'une série d'échecs. Il atterrit d'abord à Nice, pour tenter ensuite une dernière tentative outre-Manche, à Bolton en 2005. Le natif d'Abidjan rentre, enfin, en France dans l’anonymat. Il joue à Istres en Ligue 2 en 2005-2006 puis fait une pige en 2007 au SC Schiltigheim en CFA, avant d'annoncer sa retraite professionnelle en 2008 alors qu'il est sans club.

Venu vivre à Illkirch, en Alsace, Djetou y est patron d'un salon de soins de beauté.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]