Escargots de Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Escargots à la bourguignonne
Image illustrative de l’article Escargots de Bourgogne
Deux demi-douzaines d'escargots de Bourgogne

Autre(s) nom(s) Escargots de Bourgogne
Lieu d’origine Bourgogne (Drapeau de la France France)
Créateur Le père Vallée, aubergiste bourguignon de Bassou dans l'Yonne.
Date 1796
Place dans le service Entrée, ou plat principal
Température de service Chaud
Ingrédients Escargots de Bourgogne et beurre d’escargot (beurre, ail, persil).
Mets similaires Escargots à la provençale, mollusques (huître, moule, coque, palourde, praire, coquille Saint-Jacques…), cuisses de grenouille
Accompagnement Vin blanc du vignoble de Bourgogne, ou du vignoble d'Alsace
Classification Spécialités bourguignonnes, cuisine bourguignonne, cuisine dijonnaise, cuisine bressane, cuisine française

Les escargots de Bourgogne ou escargots à la bourguignonne sont une recette de cuisine traditionnelle de la gastronomie française à base d'escargots de Bourgogne sauvages (Helix pomatia) et de beurre d'escargot (beurre, ail, persil). Spécialités bourguignonnes de la gastronomie bourguignonne. Ils peuvent être servis en particulier lors des repas de fête de famille ou de réveillon de Noël[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La consommation alimentaire d'escargots remonte à la période chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire, des origines de l'histoire de l'art culinaire. Dans le continent, l’Helix pomatia est majoritairement répandu dans l'est de la France et en Europe centrale. En France, la consommation de l'escargot d'élevage toute espèce confondue est estimée à 30 000 tonnes par an, dont 800 à 1 000 tonnes produites par les héliciculteurs français[2].

Le père Vallée, aubergiste bourguignon de Bassou dans l'Yonne en Bourgogne, aurait inventé cette recette en 1796[3],[4],[5],[6]. En 1814, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (président du gouvernement provisoire de 1814, ministre et chef de la diplomatie du roi Louis XVIII au moment de la première restauration française) demande à son célèbre cuisinier bourguignon Marie-Antoine Carême (surnommé « roi des chefs et chef des rois ») de préparer un dîner en l'honneur du tsar Alexandre Ier de Russie, qu'il reçoit dans son hôtel de Saint-Florentin de Paris (mis à la disposition de ce dernier pendant son séjour en France). Le chef cuisinier farcit alors des escargots de Bourgogne au beurre, à l'ail et au persil (beurre d'escargot) qu'il fait cuire et fondre au four, et les baptise « escargots à la bourguignonne », obtenant un important succès gastronomique et diplomatique[7],[8],[9],[10],[11]. La recette est depuis un des emblèmes de la cuisine bourguignonne et de la cuisine française.

Origine, commerce et protection[modifier | modifier le code]

Les dénominations « escargots de Bourgogne » et « escargots à la bourguignonne » désignent originellement un mets à base d'escargots de Bourgogne (Helix pomatia) sauvages issus du terroir bourguignon. En 2017, si le plat est dévolu à être commercialisé, seule cette espèce doit être employée mais elle peut être issue d'élevage et d'importation[12]).

Escargot à la Bourguignonne - eatingeast.jpg

En France, à la suite de son importante menace de disparition progressive, l’Helix pomatia est une espèce protégée par arrêté ministériel du qui réglemente son ramassage et sa distribution. Son ramassage est interdit au printemps durant sa période de reproduction du 1er avril au 30 juin. Le ramassage et la vente de l'escargot de Bourgogne Helix pomatia, dont le diamètre de la coquille est égal ou supérieur à 3 cm, sont autorisés du 1er juillet au 31 mars[13].

En 2017, du fait de la réglementation et du potentiel de production pérenne des populations sauvages d'Helix pomatia, les volumes disponibles sont insuffisants pour assurer l'importante demande commerciale. Aussi, cet escargot n'est majoritairement cuisiné qu'au sein des ménages[14]. Les escargots du commerce et de la restauration sont majoritairement issus d’élevages locaux (héliciculture), ou importés en grande quantité de Pologne / pays d'Europe de l'Est à moindre coût. L'espèce commercialisée doit être obligatoirement mentionnée à défaut du pays d'origine et de son lieu d'abattage.

Helix pomatia du vignoble de Bourgogne, de la rue Verrerie de Dijon.

En droit français, trois espèces d'escargots consommables peuvent prétendre à la mention escargot :

Présentation[modifier | modifier le code]

Préparation[modifier | modifier le code]

La préparation usuelle est présentée dans sa coquille, avec du beurre d’escargot (beurre, ail, persil) passée au four, servie par douzaine ou demi-douzaine, généralement dans une assiette spécifique.

En 1825, Borel publia pour la première fois la recette des escargots à la bourguignonne dans son Nouveau dictionnaire de cuisine[15] en ces termes : « Escargots à la bourguignonne. Faites-les bouillir dans leurs coquilles, tirez-les ensuite de l'eau dans laquelle ils ont bouilli, et de leurs coquilles avec une fourchette ; jetez-les dans l'eau fraîche ; lavez les coquilles, et mettez dans chacune d'elles du beurre manié de fines herbes, avec sel et poivre ; remettez-y vos escargots ; couvrez-les du même beurre ; et, après les avoir fait rôtir sur de la braise bien allumée, servez[16]. »

Dégustation[modifier | modifier le code]

Pour la dégustation, une fourchette à escargot et une pince à escargot peuvent être utilisés. Ils peuvent être également servis sans coquille à l'assiette, ou sous forme de cassole individuelle, ou pour agrémenter divers plats.

Spécialités bourguignonnes de la gastronomie bourguignonne, ils peuvent s'accorder entre autres aux meilleurs vins blancs grand cru et premier cru de garde du vignoble de Bourgogne, dont les Meursault, Corton-charlemagne et autres Chassagne-montrachet.

Œufs d'escargot dits commercialement « caviar d'escargot ».

Variantes[modifier | modifier le code]

Œuf d'escargot[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990, la commercialisation d'œufs d'escargot se développe pour alimenter le marché de la gastronomie à titre de variante de caviar.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pourquoi il faut craindre une pénurie d'escargots à Noël », sur www.lefigaro.fr
  2. « Escargot de Bourgogne menacé de disparition ».
  3. « Escargot de Bourgogne menacé de disparition », sur lyonne.fr (consulté en ).
  4. « L'Yonne à croquer : les incontournables escargots de Bourgogne », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté en ).
  5. « Française de Gastronomie redore la coquille de l'escargot », sur old.ria.fr (consulté en ).
  6. « L’escargot « à la bourguignonne » fête ses 200 ans », sur dijonbeaunemag.fr (consulté en ).
  7. « L’escargot « à la bourguignonne » fête ses 200 ans », sur dijonbeaunemag.fr
  8. « L’escargot des prés », sur www.lescargotdespres.fr
  9. « L’escargot », sur cuisine-escargot.fr
  10. « Pourquoi les escargots viennent-ils de Bourgogne ? », sur francetvinfo.fr.
  11. « Savoureuses petites histoires d’escargots… persillés », sur bienpublic.com.
  12. « Code des pratiques loyales pour les escargots et achatines préparés ».
  13. « Réglementation du ramassage et de la commercialisation des escargots de Bourgogne », sur Légifrance.
  14. « De l'efficacité sociale d'une réglementation », sur INRA
  15. Jacques Marseille (dir.), Journal de la Bourgogne des origines à nos jours, Larousse, , 336 p., p. 197.
  16. Cousin d'Avallon, Charles-Yves, Borel, Nouveau dictionnaire de cuisine, d'office et de pâtisserie : contenant la manière de préparer et d'accommoder toutes sortes de viandes... / le tout rédigé et mis en ordre par Borel,, Chez Corbet aîné, libraire (Paris), , 654 p. (lire en ligne), p. 208.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]