Cuisine franc-comtoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cuisine franc-comtoise
Image illustrative de l’article Cuisine franc-comtoise
Produits régionaux de Franche-Comté

Lieu d’origine Franche-Comté (Bourgogne-Franche-Comté)
Date Ancestrale
Ingrédients Fromages, charcuteries de salaison, vins du vignoble du Jura ...
Classification Cuisine traditionnelle régionale, cuisine française

La cuisine franc-comtoise est une cuisine traditionnelle régionale, qui allie divers produits de Franche-Comté (Doubs et Haut-Doubs, Jura occidental, Vosges du sud, plaine de Saône, Bresse jurassienne et Pays dolois) principalement composée de fromages et de charcuteries de salaison et de fumage, issus d'élevage comtois, et de vins du vignoble du Jura, avec pour produits de prédilection le comté, le vin jaune, et les morilles[1],[2]...

Description[modifier | modifier le code]

Les spécialités régionales traditionnelles de la cuisine comtoise sont d'origine paysannes rustiques, plutôt caloriques, issues en particulier d'une importante zone d'élevage traditionnelle historique, de production de viande et de fromage franc-comtoise[3],[4].

Les longs hivers froids de montagnes (dans le Haut-Doubs, le Haut-Jura, ou le massif des Vosges) obligeaient les paysans Francs-Comtois à vivre en autarcie dans leur ferme comtoise d'élevage de vaches montbéliardes et de cochons, ou leurs productions de viande et de produits laitiers étaient conservées et commercialisées par transformation en fromages et en charcuterie de salaison et de fumage en tuyé (dans une région riche en sel et en sapin). Le régime alimentaire montagnard typique franc-comtois (avec des éléments communs avec la cuisine suisse voisine) était donc traditionnellement composé plutôt de jambon, de saucisse, de lard, et de fromage..., que de produits issus de l'agriculture, de maraîchage, de verger, et d’élevage de volailles des plaines du Doubs, du Jura, de Haute-Saône, ou de Bresse jurassienne et Pays dolois (cuisine bressane)[5]...

Si les villes de Besançon ou de Belfort ne produisent aucune spécialité gastronomique, le Territoire de Belfort (historiquement rattaché à l'Alsace jusqu’à la guerre franco-allemande de 1870, et dont une partie importante de la population est d'origine alsacienne) cuisine des recettes aussi bien typiquement comtoises que typiquement de cuisine alsacienne, dont la choucroute d'Alsace par exemple, bien que le chou soit souvent remplacé par des raves salées, et la charcuterie alsacienne par de la charcuterie comtoise[6]...

Plats typiques de Franche-Comté[modifier | modifier le code]

Charcuteries de Franche-Comté[modifier | modifier le code]

La charcuterie comtoise est issue en particulier de l'industrie de salaison du massif du Jura et de fumage des tuyés du Haut-Doubs.

Fromages franc-comtois[modifier | modifier le code]

Desserts et pâtisseries de Franche-Comté[modifier | modifier le code]

Spécialités villageoises locales[modifier | modifier le code]

Miel du Jura
  • Pâte de coing
  • Cochon en pain d'épices de Vesoul
  • Cuniu (brioche aux fruits secs, spécialité du Canton de Giromagny, dont l'origine serait alsacienne)
  • Toutché (Montbéliard et Belfort : le toutché ou totché de poirottes est un gâteau aux pommes de terre)
  • Jeanbonhommes : petites brioches en forme de bonhomme, identiques au Mannala alsacien, on ne les trouve guère que dans le Territoire de Belfort où elles sont associées à l'Avent, et donc fabriquées seulement de la Saint-Nicolas à Noël, du moins en théorie.

La plupart de ces desserts ne sont connus que très localement. Les pâtes de coing par exemple sont vendues dans toutes les pâtisseries de Baume-les-Dames, mais sont pratiquement inconnues dans le reste de la Franche-Comté. De même, les jeanbonhommes ne sont connus que dans le nord de la région, où ils ont probablement été apportés pas les nombreux alsaciens venus s'installer là après l'annexion de l'Alsace en 1871.

Vins, liqueurs et alcools produits en Franche-Comté[modifier | modifier le code]

La Franche-Comté produits de nombreux vins, bières et alcools avec son vignoble du Jura (avec entre autres ses cépages typiques savagnin, poulsard, trousseau, ainsi que chardonnay, et pinot noir), distillerie les fils d'Émile Pernot, distillerie Pierre Guy de Pontarlier, distilleries d'eau de vie de cerise de Fougerolles, Kirsch de Fougerolles, brasserie La Rouget de Lisle, La Franche... Ces vins et alcools entrent dans la composition de nombreuses recettes de la gastronomie franc-comtoise.

Quelques lieux et événements[modifier | modifier le code]

Restauration gastronomique[modifier | modifier le code]

Confréries et associations bachiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bourgogne-Franche-Comté : une terre d'agriculture et d'élevage », sur france3-regions.francetvinfo.fr
  2. « Recettes franc-comtoises », sur /www.elle.fr
  3. « DRAAF.Bourgogne-Franche-Comté.Agriculture », sur draaf.bourgogne-franche-comte.agriculture.gouv.fr
  4. « Agreste Bourgogne-Franche-Comté », sur agreste.agriculture.gouv.fr
  5. « Recettes de cuisine de Franche-comté », sur www.franche-comte.org
  6. « Recettes de cuisine de Franche-comté », sur www.marieclaire.fr
  7. « Recette des sèches franc-comtoises », sur www.regal.fr (consulté le 11 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]