Elena Bonner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une femme-médecin image illustrant soviétique
Cet article est une ébauche concernant une femme-médecin soviétique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Elena Bonner
BonnerSacharov1989.jpg

Elena Bonner et Andreï Sakharov (1989)

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Conjoint
Autres informations
Parti politique
Distinctions
Liste détaillée
Ordre de Tomáš Garrigue Masaryk (en)
Prix Hannah Arendt (en)
Médaille Robert Schuman (en)
Ordre de la Croix de Terra Mariana de 3e classe
Médaille Giuseppr Motta (en)
Ordre de la Guerre patriotique de 2e classe (d)
Commandeur avec étoile de l'ordre du Mérite de la République de Pologne (d)
Prix Rafto ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Elena Gueorguievna Bonner (en russe : Елена Георгиевна Боннэр) est une pédiatre et militante pour la défense des droits de l'homme en URSS, née le à Mary et morte à Boston le [1]. Elle est veuve du prix Nobel de la paix Andreï Sakharov.

Biographie[modifier | modifier le code]

De père arménien et de mère juive, Elena Bonner a été élevée par sa grand-mère, Batania, qui lui transmet une culture judéo-russe, plutôt conservatrice[2]. Sa mère ne montre pas grand intérêt pour l'éducation de ses enfants et est plongée dans le combat pour l'idéal révolutionnaire[3]. En 1937, ses parents, activistes du Parti communistes[4], sont arrêtés lors des « Grandes Purges » staliennes ; son père, Guevork Alikhanov, est exécuté et sa mère, Ruth Bonner, condamnée à huit ans de travail forcé au camp de Karaganda dans le Kazakhstan. Non autorisée à regagner Léningrad, elle s'installa non loin du camp, à Louga, où elle travailla comme lingère[5]. Elle ne fut réhabilitée qu'en 1954 et put retourner à Léningrad[6].

Elena Bonner adhéra au Parti communiste en 1956 et cessa de payer ses cotisations de membre en 1968, après l'invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie[7]. Elena rencontra son futur mari dans le comité pour la défense des droits de l’Homme et la défense des victimes politiques, que Sakharov avait créé. Pendant les vingt années de leur vie conjugale, elle fut son assistante, sa collaboratrice la plus proche et son porte-parole. Elle a représenté Sakharov lors de la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix en 1975. Et puis elle a reçu le prix Rafto en 1991.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Orlando Figes, Les Chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline, Denoël, Paris, 2009, p. 89.
  3. Orlando Figes, Les Chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline, Denoël, Paris, 2009, p. 60.
  4. Orlando Figes, Les Chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline, Denoël, Paris, 2009, p. 61 et p. 187.
  5. Orlando Figes, Les Chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline, Denoël, Paris, 2009, p. 602.
  6. Orlando Figes, Les Chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline, Denoël, Paris, 2009, p. 603.
  7. Orlando Figes, Les Chuchoteurs. Vivre et survivre sous Staline, Denoël, Paris, 2009, note p. 603.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]