Viatcheslav Tchornovil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Viatcheslav Tchornovil vers 1995.

Viatcheslav Maximovitch Tchornovil (en ukrainien : Чорновіл Вячеслав Максимович), né le dans l'Oblast de Tcherkassy et décédé le à Boryspil, était un homme politique ukrainien, ancien dirigeant du Mouvement populaire d'Ukraine (le Roukh).

Parcours[modifier | modifier le code]

Viatcheslav Tchornovil est né au village Yarki en Ukraine alors sous régime soviétique. Il a fait ses études à l'Université nationale Taras-Chevtchenko de Kiev dont il est diplômé en 1960, avec mention. Il était membre du Komsomol. Jusqu'en 1963, il travaille à la télévision à Lviv. En 1964, il s'installe à Vychhorod où il travaille à la construction de la centrale hydroélectrique et du réservoir de Kiev. En 1964, il défend la thèse et devient collaborateur du journal Molodaya gvardya d'où il est licencié après son discours au cinéma Ukraïna avant la projection du film Les Chevaux de feu de Sergueï Paradjanov contre l'arrestation des intellectuels ukrainiens, dit les chestidesiatniks. Il trouve un post dans le journal Drug tchitatelya (Друг читателя).

Au mois de novembre 1967, il est condamné à six ans de prison pour son livre consacré aux chestidesiatniks Le Malheur d'avoir trop d'esprit. Il est grâcié en 1969 et vit de travail occasionnel. Ainsi, il se fait embaucher à la station météorologique de l'Oblast de Transcarpatie, puis, sur le site des fouilles archéologiques dans l'Oblast d'Odessa, puis, à la gare du chemin de fer à Lviv.

Pour l'édition du journal clandestin Ukraïnski vestnik (Украинский вестник) fut condamné à six ans de camps, avec l'exil en Mordovie et en Yakoutie. Il fut libéré en 1978.

Le 22 mai 1979, il rejoint le groupe d'Helsinki dirigé par l'écrivain Nikolaï Roudenko[1].

Sa troisième condamnation a lieu en 1980. Il effectue trois des six année de condamnation prévue au campe de Yakoutie, mais il est interdit d'entrée en Ukraine. Il réussit à revenir seulement en 1985.

Le 8-10 septembre 1989, alors que la perestroïka bat son plein, il se forme avec la participation de Tchernovil le Mouvement populaire d'Ukraine à la Perestroïka, qui deviendra le Mouvement populaire d'Ukraine. Le 30 mars 1990, Tchernovil est élu député du peuple d'Ukraine avec 68,60 % des voix, parmi sept candidat.

Il a été candidat à l'Élection présidentielle ukrainienne de 1991 obtenant 24 % des voix.

A partir de 1995 et jusqu'à sa mort, Tchernovil était membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

On lui remet le prix national Taras Chevtchenko en 1996.

Le 29 mars 1998, il est élu pour la troisième fois à la Rada suprême d'Ukraine.

En décembre 1998, il s'engage dans la course à l'élection présidentielle avec Hennadiy Udovenko avant de se rétracter en janvier 1999.

Les circonstances de sa mort, peu avant les élections présidentielles de 1999, dans un accident automobile à Boryspil dans l'oblast de Kiev, sont controversées. En 2014, après plusieurs expertises, le tribunal de l'Oblast de Kiev a clos l'enquête et Viatcheslav Tchornovil fut officiellement déclaré mort dans un accident[2],[3],[4]. Il repose au Cimetière Baïkove.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 2000, le titre de Héros de l'Ukraine lui fut décerné à titre posthume[5].

On a inauguré les monuments de Tchornovil à Kaniv (1999), à Lviv (2002), à Ivano-Frankivsk (2005), à Kiev (2006), à Mykolaïv (2007), à Khmelnytskyï (2007).

Une pièce commémorative ukrainienne de deux hryvnias à l'effigie de Tchornovil a été émise en 2003 ainsi qu'un timbre de poste en 2008.

Son nom portent six écoles, deux universités et plusieurs rues.

Le 21 août 2006, le film de Vladimir Onichtchenko relatant le parcours du journaliste est sorti avec le titre Celui qui a réveillé l’État de pierre (Пробудивший каменное государство)[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il a écrit (traduit en français) : Le malheur d'avoir trop d'esprit, [Trd. Hélène Zamoyska]. P.I.U.F., Paris 1974 et Je ne vous demande rien Trd. de l'ukrainien. P.I.U.F., Paris, 1977.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :