Alexandre Galitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Galitch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Мемориальная доска Александра Галича (Гинзбурга).jpg

plaque commémorative

Галич АА, могила.jpg

Vue de la sépulture.

Alexandre Galitch de son vrai nom Alexandre Aronovitch Ginzburg (en russe : Александр Аркадьевич Галич et Александр Аронович Гинзбург), né le à Ekaterinoslav (maintenant Dnipropetrovsk) en Union soviétique et mort le à Paris (France), est un dramaturge, poète et auteur-compositeur-interprète soviétique puis russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il construit son pseudonyme d'après les lettres de son nom: Гинзбург Александр Аркадьевич (Ginzburg Alexandre Arkadievitch).

Il commence ses études dans l'école de Constantin Stanislavski et les poursuit dans le Théâtre-Studio d'Alekseï Arbouzov et Valentine Ploutchek.

Alexandre Galitch est l'auteur de plusieurs pièces de théâtre et de scénarios pour film.

À la fin des années 1950, il commence à écrire des chansons qui ne seront pas acceptées par les autorités soviétiques. Sa pièce Le Silence des Marins (Матросская тишина), mettant en scène le destin de trois générations d'une famille juive soviétique, est interdite de représentation en 1958[1]. Galitch sera exclu de l'Union des écrivains soviétiques en 1971 et finalement expulsé d'Union soviétique en 1974[2].

Il passe ses dernières années à Paris. Il meurt chez lui, électrocuté en branchant un magnétophone Grundig. La cause de sa mort est officiellement définie comme accidentelle, bien que l’implication du KGB soit évoquée[3],[4],[5],[6]. Il est enterré dans le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois (avec une erreur dans la date de naissance) avec son épouse Angelina Nicolaïevna née Prokhorova (1921-1986).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annie Epelboin, Assia Kovriguina, La littérature des ravins, Robert Laffont, (ISBN 9782221128527, lire en ligne)
  2. 241 notices sur les 5220 tombes que compte le cimetière, en 2 volumes / 2 langues : Amis de Ste Geneviève des Bois et ses environs, La Nécropole russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, t. 1, Evry, Vulcano Communication, (ISBN 978-2-9524786-1-8) et traduit en russe par Anastasia de Seauve : Общество друзей истории Сент-Женевьев-де-Буа и его окрестностей, пер. с франц. Анастасия де Сов, Русский некрополь Сент-Женевьев-де-Буа, t. 2, Evry, Vulcano Communication,‎ .
  3. Frans C. Lemaire, Le destin russe et la musique: Un siècle d'histoire de la Révolution à nos jours, Fayard, (ISBN 9782213665221, lire en ligne)
  4. (en)Valery Panov & Terry Sivashinsky, Scene from the Wings, Xlibris Corporation, (ISBN 9781483615080, lire en ligne), p. 51
  5. (en)Alec Nove, Glasnost in Action (Routledge Revivals): Cultural Renaissance in Russia, Routledge, (ISBN 9781136629129, lire en ligne), p. 131
  6. (en)Peter Wagstaff, Border Crossings: Mapping Identities in Modern Europe, Peter Lang, (ISBN 9783039102792, lire en ligne), p. 203

Liens externes[modifier | modifier le code]