Irina Ratouchinskaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Irina Ratouchinskaïa
Evstafiev-Irina Ratushinskaya.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Ири́на Бори́совна Ратуши́нскаяVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Lieu de détention

Irina Borisovna Ratouchinskaïa (russe : Ири́на Бори́совна Ратуши́нская ; 4 mars 1954, Odessa – 5 juillet 2017, Moscou) est une dissidente[1], poète et écrivaine soviétique puis russe[2].

Éducation[modifier | modifier le code]

Irina Ratouchinskaïa est née à Odessa, en Ukraine le 4 mars 1954. Son père était Boris Leonidovitch, un ingénieur, et sa mère était Irina Valentinovna Ratouchinski, une professeure de littérature russe[2]. Sa famille maternelle est originaire de Pologne, et son arrière-grand-père fut déporté en Sibérie, peu de temps après l'insurrection de Janvier contre la conscription forcée dans l'Armée russe en 1863[3]. Ratouchinskaïa fait ses études à l'université d'Odessa et obtient une maîtrise en physique en 1976. Avant l'obtention de son diplôme, elle enseigne dans une école primaire d'Odessa à de 1975 à 1978[2].

Persécution politique[modifier | modifier le code]

Le 17 septembre 1982, Ratouchinskaïa est arrêtée pour agitation anti-soviétique[4]. En avril 1983, elle est reconnue coupable d'« agitation exercée dans un but de détourner ou d'affaiblir le régime Soviétique », et condamnée à sept ans dans le camp de travail de Doubravlag[5] suivi de cinq ans d'exil intérieur[6]. Après avoir fait trois ans et demi d'emprisonnement, dont un an en isolement dans une cellule non chauffée, alors que dans cette région, la température peut descendre en dessous de -40° C[3], elle est libérée le 9 octobre 1986[4] à la veille du sommet de Reykjavik en Islande entre le Président Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev[2].

Pendant son emprisonnement, Ratouchinskaïa continue d'écrire de la poésie. Ses œuvres précédentes étaient en général centrées sur l'amour, la théologie chrétienne, et la création artistique, et non pas sur la politique comme le déclarait ses accusateurs. Ses œuvres écrites en prison, écrites avec une allumette sur du savon, puis mémorisées et enfin, lavées. Ces poèmes furent au nombre d'environ 250. Ils parle des droits de l'homme, de la liberté, la liberté politique et de la beauté de la vie. Ses mémoires, Grey is the Colour of Hope (russe : Серый — цвет надежды), raconte son expérience de la prison. Ses poèmes parle des difficultés et des horreurs de la vie en prison. Ratouchinskaïa est une membre du PEN International, qui la suit pendant toute son incarcération[2].

Exil[modifier | modifier le code]

En 1987, Ratouchinskaïa déménage aux États-unis, où elle reçoit le prix de la Liberté Religieuse de l'Institut sur la religion et la démocratie. Dans la même année, Irina et son mari sont privés de la citoyenneté soviétique par le Politburo[2]. Elle est invitée en résidence à l'université Northwestern en 1987 et 1989[2]. Elle part ensuite pour Londres où elle reste jusqu'en décembre 1998[7], année où la famille retourne en Russie pour la première fois.

Ratouchinskaïa meurt à Moscou le 5 juillet 2017 d'un cancer. Lui survit son mari, le militant pour les droits humains Igor Gerachchenko et leurs deux fils[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • Sally Beamish a mis certains de ses poèmes en musique (No, I'm not afraid, 1998).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Harrison Smith, « Irina Ratushinskaya, Soviet dissident who turned captivity into poetry, dies at 63 », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f et g « Irina Ratushinskaya Papers, 1979–1997 », Wheaton College Archives & Special Collections, sur Wheaton College Archives & Special Collections (consulté le 8 mars 2011)
  3. a et b Ewa Kuryluk, « An Interview with Irina Ratushinskaya », New York Review of Books, sur New York Review of Books, (consulté le 17 mars 2012)
  4. a et b Associated Press, « Dissident poet Iryna Ratushynska unexpectedly released from prison »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  5. « Ирина Ратушинская. Серый -- цвет надежды », sur lib.ru (consulté le 26 novembre 2018)
  6. Zambrano, Mark, « Young Soviet Poet May Be Dying in Gulag, Emigres Report », Chicago Tribune, sur Chicago Tribune, (consulté le 17 mars 2012)
  7. « We wrote a letter to Yeltsin, and then we packed our bags », The Independent, sur The Independent, (consulté le 17 mars 2012)
  8. Michael Bourdeaux, « Irina Ratushinskaya obituary », The Guardian,‎ (lire en ligne)

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Kuryluk, Ewa et Ratushinskaya, Irina, « An interview with Irina Ratushinskaya », The New York Review of Books,‎ (lire en ligne)
  • Sharansky, Natan, « Life in the 'small zone': Sentenced to a labor camp, a Soviet poet tries to stay internally free », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)
  • Reed, Susan, « In a haunting new memoir, poet Irina Ratushinskaya recalls the agonies of a Soviet labor camp », People, vol. 31, no 2,‎ (lire en ligne)
  • « We wrote a letter to Yeltsin, and then we packed our bags », The Independent,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]