Dugny-sur-Meuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dugny sur Meuse)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dugny.

Dugny-sur-Meuse
Dugny-sur-Meuse
Ancienne église de la Nativité-de-la-Vierge.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Verdun-2
Intercommunalité Communauté de communes Val de Meuse - Voie Sacrée
Maire
Mandat
Fabricia Vol
2015-2020
Code postal 55100
Code commune 55166
Démographie
Population
municipale
1 294 hab. (2016 en diminution de 1,07 % par rapport à 2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 21″ nord, 5° 23′ 09″ est
Altitude Min. 185 m
Max. 328 m
Superficie 19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Dugny-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Dugny-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dugny-sur-Meuse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dugny-sur-Meuse
Liens
Site web mairiedugny55.fr

Dugny-sur-Meuse est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Dugny-sur-Meuse est située à environ 5 km au sud de Verdun.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À Dugny devait se trouver une villa carolingienne. Le 10 août 843, l'évêque de Freising, en Bavière, qui devait accompagner Louis le Germanique pour les discussions du traité de Verdun, y signe un acte[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2002 mars 2008 Michel Juif    
mars 2008 mars 2014 Guy Peridon    
mars 2014 juillet 2015 Jean-Paul Gourmelon   Décédé en cours de mandat
août 2015 En cours Fabricia Vol[2]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2016, la commune comptait 1 294 habitants[Note 1], en diminution de 1,07 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
825985946896950944880877901
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
833793751709790801839753757
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6967607375426269138379311 023
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2211 2841 1811 2241 2471 2791 3241 3311 294
2016 - - - - - - - -
1 294--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les « Carrières et Fours à Chaux de Dugny-sur-Meuse » (groupe Lhoist) sont actuellement la seule industrie présente, ce depuis 1928 (date de l'établissement du site) et encore en activité de nos jours (2016).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancienne église de-la-Nativité-de-la-Vierge[modifier | modifier le code]

L'église[7],[8] de la Nativité-de-la-Vierge XIIe siècle de style romano-rhénan n'est plus utilisée depuis environ 120 ans. Lors de la Grande Guerre, elle est utilisée comme hôpital de campagne. Vouée à la destruction, l'église est sauvée par les services des Monuments historiques, qui la classe en 1904. Depuis cette période, un deuxième édifice a été érigé dans le centre du village. Classée monument historique[9], l'église est en 2014 en cours de restauration.

Elle est de plan basilical à trois nefs séparées par des piliers carrés et terminées chacune, à l'est par une abside. L'abside principale, plus importante que les deux autres, constitue le chœur. C'est un monument d'architecture romane du XIIe siècle ; la tour est carrée, surmontée d'un hourd. Le clocher est intégré totalement à l'église. Le rez-de-chaussée, voûté d'arêtes, ouvre sur la nef et sur les bas-côtés. L'abside offre des spécimens très intéressants de l'architecture de cette époque.

Le premier étage comprend une tribune couverte de charpente, à laquelle on accédait par un escalier de bois situé contre le mur ouest du bas-côté nord. Elle communique avec la nef par une large baie formée par trois arcades sous un arc de décharge. Cette forme de baie évoque tout à fait celles du chœur oriental de la cathédrale de Verdun ; c'est grâce à la présence de cette baie que l'on a dit que l'église de Dugny avait été construite très peu de temps après les travaux de l'architecte Garin au chœur oriental de la cathédrale de Verdun ; c'est-à-dire vers 1150.

La nef principale est séparée des bas-côtés par une série d'arcades retombant sur des piles carrés dont les bases sont enterrées. La forte dénivellation que l'on remarque, s'explique par un incendie au XIVe siècle, qui dévasta les toitures. C'est après cet incendie que l'on fit un nouveau dallage par-dessus les décombres, surélevant ainsi tout l'édifice de plus de 60 cm. On couvrit la nef d'une nouvelle charpente, comme la première.

Quelques parties de l'édifice sont du XVe et du XVIe siècle. Une abside de vaste dimension fait suite à la partie droite du chœur. Elle est voûtée en cul-de-four, entièrement restaurée après la guerre. Entre les deux baies à gauche, le mur est percé d'une petite lucarne en forme de trèfle à quatre feuilles. Dans l'épaisseur du mur était logé le tabernacle, visible de l'intérieur comme de l'extérieur.

Un examen attentif des murs nous fera voir de nombreuses fresques, pour la plupart difficilement identifiables ainsi qu'une croix de consécration (à peine visible).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Cimetière entourant l'ancienne église est classé au titre des monuments historiques depuis 1930[10].
  • L'église de la Vierge-à-l'Enfant[11] est construite en 1870. Elle a été consacrée le 5 novembre 1873 par monseigneur Augustin Hacquard, évêque de Verdun.
  • La chapelle Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Billemont, construite en 1951.
  • Le monument aux morts, situé devant la nouvelle église.
  • La Nécropole nationale de Dugny-sur-Meuse, créée en 1916 pendant la bataille de Verdun. 1971 corps des guerres de 1914-18 et de 1939-45 ont été regroupés ici. Il y a un important carré musulman et un ossuaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hubert Collin, Église de la Nativité-Notre-Dame de Dugny, dans Congrès archéologique de France. 149e session. Les Trois-Évêchés et l'ancien duché de Bar. 1991, p. 113-119, Société française d'archéologie, Paris, 1995

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Persée - Revue d'histoire de l'Église de France, 1932 page 114
  2. Frédéric Plancard, « Fabricia Vol, nouveau maire de Dugny-sur-Meuse », sur L'Est républicain, .
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Hans-Günther Marschall, Rainer Slotta - Lorraine romane - p. 131-136 - Édition Zodiaque (collection "la nuit des temps" no 61) - La Pierre-qui-Vire - 1984 - (ISBN 2-7369-0000-6)
  8. Dugny-sur-Meuse : église Notre-Dame
  9. « Ancienne église de-la-Nativité-de-la-Vierge », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Cimetière entourant l'ancienne église », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Dugny-sur-Meuse : église de la Vierge à l'Enfant