Druelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Druelle
Druelle
Église Saint-Martin-de-Limouze.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Vallon
Intercommunalité Rodez Agglomération
Statut Commune déléguée
Maire délégué Patrick Gayrard
2017-2020
Code postal 12000 et 12510
Code commune 12090
Démographie
Gentilé Druellois(e)
Population 2 326 hab. (2014 en augmentation de 19.34 % par rapport à 2009)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 43″ nord, 2° 29′ 38″ est
Altitude Min. 392 m
Max. 666 m
Superficie 35,68 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Druelle Balsac
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 15.svg
Druelle

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 15.svg
Druelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Druelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Druelle

Druelle est une ancienne commune française située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie. Elle est intégrée depuis le à la commune nouvelle de Druelle Balsac[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Clairvaux-d'Aveyron Balsac Onet-le-Château Rose des vents
Mayran N Rodez
O    Druelle    E
S
Moyrazès Baraqueville Olemps

Site[modifier | modifier le code]

Druelle est située en rive droite de la rivière Aveyron, juste à l'ouest de Rodez.

Le long du cours d'eau se trouve plusieurs moulins à eau qui transforment le blé en farine pour la consommation locale appelé minoterie.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Abbas se situe plus à l'ouest. La route D57 en provenance de Valady (au nord), après avoir coupé la D994, traverse le hameau avant d'atteindre Les Planques où elle franchit l'Aveyron.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, le territoire de Druelle se partageait entre plusieurs paroisses :

  • Saint-Martin-de-Limouze (bourg de Druelle, Pradines, Agnac, Anglade haut, Ayssiols, Lagarrigue, le Pas) ;
  • Abbas (l'Hospitalet, César, les Planques, la Landelle, Murat, moulin du Cros) ;
  • Moyrazès (Saint-Clément, la Sagette, Soleillac) ;
  • Ampiac (Castan, Roumeguet, le Baguet, Ayssens, la Bescalerie, Cayssiols).

Ampiac avait deux châteaux, l'un dans le même lieu, l'autre sur une éminence voisine (vraisemblablement Castan). On prétend qu'ils furent bâtis au XIIIe siècle par deux frères qu'une inimitié cruelle animait l'un contre l'autre et qu'Ampiac fut longtemps le théâtre de leurs sanglants démêlés. Jean de Portal, baron d'Ampiac, Castan et autres lieux, habitait le château en 1729. Jean-François de Sauhiac-Belcastel, né au château d'Ampiac en 1765, fut évêque de Perpignan en 1824.

La commune de Druelle est créée par ordonnance du roi Louis-Philippe Ier le 3 juillet 1837.

Elle fusionne le avec Balsac pour constituer la commune nouvelle de Druelle Balsac[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2017 En cours Patrick Gayrard DVD Agent technique
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Antoine Amans Henri Rodat    
    Jean Raynal    
    Henri Rodat    
    Antoine Amans Henri Rodat    
    Louis-Henri Rodat    
    Antoine Ginestet    
    Henri-Antoine de Rodat    
    Auguste Mazars    
    Célestin Soulié    
1941 1956 Paul Cayla    
1957 1977 Antoinette Cayla    
1995 2008 André Bernard    
2008 2016 Patrick Gayrard DVD Agent technique

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 326 habitants, en augmentation de 19,34 % par rapport à 2009 (Aveyron : 0,57 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
1501 5681 5311 5131 5161 5121 5281 3941 394
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
1 5091 5451 5531 4241 3701 3321 2661 2191 211
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
1 1211 0931 0179881 0269059581 2211 420
1999 2007 2012 2014 - - - - -
1 6851 9382 0192 326-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football : Druelle Football Club[6].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château d'Ampiac : c'est un bâtiment carré avec une cour au milieu, flanqué d'une grosse tour du côté du nord, où se trouve l'église qui n'est séparée du château que par une étroite ruelle, et de tourelles aux autres angles. Les murs, d'une grande épaisseur, sont en moellon noyé dans un ciment fort dur. La façade au levant donne sur la place du lieu. On y remarque aux combles d'élégantes croisées à fronton historié, construction évidemment postérieure au reste de l'édifice, dont le style semble annoncer le XIIIe siècle. Des mâchicoulis ceignent la tête des tours, et les murs sont percés çà et là par des meurtrières dont la bouche béante donnait passage à l'arquebuse. Un écusson incrusté sur les murs de la grosse tour porte trois pommes de pin, posées deux et une, armes parlantes de la maison d'Ampiac.
  • Le village nommé Le Pas.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille de Rodat et Sainte Émilie de Rodat, fondatrice de l'ordre de la Sainte-Famille qui possède de multiples écoles dans le monde entier, est née au château de Druelle en 1787. Elle y a vécu une partie de sa jeunesse.
  • Famille de Saunhac, à Ampiac.
  • Monseigneur Alfred Couderc, né le 30 mai 1882 à Abbas, évêque de Viviers qui a participé au concile du Vatican II ouvert le 11.10.1962 sous le pape JEAN XXIII.
  • Antoinette Cayla est décédée en 2005 alors qu'elle avait presque 100 ans. C'était la sœur aînée du peintre Pierre Soulages.
  • Nicole Belloubet (1955), professeur de droit, ministre de la Justice dont la famille paternelle vivait à Druelle jusqu'à la fin des années 1920.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Jean-Paul Espinasse), Rodés-oèst : Druèla, Luc, Olemps / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Rodés-oèst, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 295 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-59-9, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF39300577)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]