Olemps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Olemps
Olemps
La mairie d'Olemps.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Intercommunalité Rodez Agglomération
Maire
Mandat
Sylvie Lopez
2020-2026
Code postal 12510
Code commune 12174
Démographie
Gentilé Olempiens, Olempiennes
Population
municipale
3 425 hab. (2018 en augmentation de 4,42 % par rapport à 2013)
Densité 268 hab./km2
Population
agglomération
60 194 hab.
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 50″ nord, 2° 33′ 13″ est
Altitude Min. 490 m
Max. 639 m
Superficie 12,79 km2
Unité urbaine Rodez
(banlieue)
Aire d'attraction Rodez
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Nord-Lévezou
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Olemps
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Olemps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Olemps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Olemps
Liens
Site web http://www.mairie-olemps.fr/

Olemps (prononcé [oˈlɛ̃ps]) est une commune française située dans le centre du département de l'Aveyron, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Olempiens[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Rodez située dans son Unité urbaine au sud-ouest de Rodez. La commune est située en majeure partie sur la rive gauche de la rivière Aveyron, mais le hameau de Toizac se situe en rive droite.

Localisation[modifier | modifier le code]



Communes limitrophes[modifier | modifier le code]


Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier d'Olemps.

La commune est drainée par l'Aveyron, la Brienne, le ruisseau de Lacoste, le ruisseau des Planquettes et par divers petits cours d'eau[3].

L'Aveyron, d'une longueur totale de 290,6 km, prend sa source dans la commune de Sévérac d'Aveyron et se jette dans le Tarn à Baraqueville, après avoir arrosé 60 communes[4].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

La gestion des cours d’eau situés dans le bassin de l’Aveyron est assurée par l’établissement public d'aménagement et de gestion des eaux (EPAGE) Aveyron amont, créé le , en remplacement du syndicat mixte du bassin versant Aveyron amont[5],[6],[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1970-2000
  • Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 117 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique altéré », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type, qui concerne la moitié ouest du département de l'Aveyron, constitue une transition entre le climat océanique franc et le climat océanique dégradé. La température moyenne annuelle est assez élevée (12,5 °C) avec un nombre de jours froids faible (entre 4 et 8 par an)[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[9]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[8]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[10]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Rodez-Marcillac, qui se trouve à 1 km à vol d'oiseau de la commune[11], où la température moyenne annuelle évolue de 10,7 °C pour la période 1971-2000[12], à 10,7 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal d'Olemps comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 2],[15], le « Bois de linars » (37,8 ha)[16] et la « Rivière Aveyron » (3 500 ha), couvrant 63 communes dont 38 dans l'Aveyron, 5 dans le Tarn et 20 dans le Tarn-et-Garonne[17] et une ZNIEFF de type 2[Note 3],[15], la « Vallée de l'Aveyron » (14 644 ha), qui s'étend sur 68 communes dont 41 dans l'Aveyron, 5 dans le Tarn et 22 dans le Tarn-et-Garonne[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Olemps est une commune urbaine[Note 4],[19]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Rodez, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[22] et 47 593 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rodez, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 68 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[25],[26].

Infrastructures et occupation des sols de la commune d'Olemps.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (73,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (52,1 %), prairies (18,2 %), forêts (17 %), zones urbanisées (12,7 %)[27].

Planification[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document essentiel d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle. La commune est dans le territoire du SCoT du Centre Ouest Aveyron approuvé en février 2020. La structure porteuse est le Pôle d'équilibre territorial et rural Centre Ouest Aveyron, qui associe neuf EPCI, notamment la communauté d'agglomération du Grand Rodez, dont la commune est membre[28].

La commune disposait en 2017 d'un plan local d'urbanisme approuvé[29]. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l'urbanisme[30].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Olemps se situe au bord de la RN88 (axe reliant Toulouse à Lyon), transformée dans le secteur de Rodez en boulevard urbain.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare est situé à h 15 min d'Olemps.

Transports aériens[modifier | modifier le code]

L'aéroport est situé à h 20 min d'Olemps.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Olemps est desservi par le réseau Agglobus. La ligne B relie Olemps à Rodez toutes les h 15 min (h 20 min chaque samedi et en période de vacances scolaires d'été). La ligne J relie Olemps à Luc-la-Primaube.

Transports postaux[modifier | modifier le code]

Olemps dispose d'un bureau de Poste dépendant de Luc-la-Primaube.

Risque d'inondation[modifier | modifier le code]

Une partie de la commune d'Olemps est située en zone inondable. La commune est située dans le périmètre d'un PPRI approuvé le .

À la fin du mois de , les eaux de ruissellement liées à un violent orage avaient dévalé dans le secteur de la Mouline et provoqué d'importants dégâts[31].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Olemps est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier, le risque radon[32],[33].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Zones inondables de la commune d'Olemps.

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de l'Aveyron. Les dernières grandes crues historiques, ayant touché plusieurs parties du département, remontent aux 3 et (dans le bassin du Lot, de l'Aveyron, du Viaur et du Tarn) et au (bassins de la Sorgues et du Dourdou)[34]. Ce risque est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) Aveyron Amont-Auterne[35], approuvé le 14 décembre 2006[36].

Le Plan départemental de protection des forêts contre les incendies découpe le département de l’Aveyron en sept « bassins de risque » et définit une sensibilité des communes à l’aléa feux de forêt (de faible à très forte). La commune est classée en sensibilité faible[37].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières et ferroviaires importantes et la présence d'une canalisation de transport de gaz. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[38].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon le dossier départemental des risques majeurs du département établi en 2013, la commune d'Olemps est classée à risque moyen à élevé[39]. Un décret du a modifié la terminologie du zonage définie dans le code de la santé publique[40] et a été complété par un arrêté du portant délimitation des zones à potentiel radon du territoire français. La commune est désormais en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[41].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, le territoire de la commune faisait partie de la paroisse Saint-Amans (Rodez) : Olemps, la Mouline, Bénéchou, Toizac.

Après la Révolution, le territoire de l'actuelle commune d'Olemps (Olemps, Cassagnettes, Lagarrigue, la Mouline, Malan, Puech-Camp, Cayssiols et Toizac) faisait partie de la mairie de Sainte-Radegonde.

La commune d'Olemps est créée par ordonnance du Roi Louis-Philippe Ier le , et intègre La Mouline, Puech-Camp, Toizac, Cassagnettes, Lagarrigue, Malan et Caissiols[42].

Olemps connut une forte expansion autour des grands ponts ferroviaires du XIXe siècle (surtout la Mouline).

Aujourd'hui, petite ville (hôpital annexe, supermarché, zone d'activité…).

Fait divers (repris dans "l'Ami de la Religion" - 1851) :

Deux soldats de la garnison de Rodez (12° Léger) ont trouvé, en furetant dans le creux d'un rocher sur les bords de l'Aveyron, au-dessous de Cayssiols, une bouteille en fer blanc fort ternie par la rouille, qu'ils se sont empressés d'ouvrir. Elle contenait une petite feuille de papier enveloppant une pièce d'or, et sur cette feuille était écrit ce qui suit :

In nomine Domine Nostri J. Ch. Amen.

Auno Incarnationis Domini 1686, ego Paulinus de Jalinqua qui hoc sucripsi et sigillo meo signavi : cum opporteret ut à Gallico regno exiam, nam Rex Ludovicus XIV noster reformatam religionem in regno tollere non vult, aurum meum condidi in loco Cayssiolensi per ingetem rupem prope basim sub quartam quercum. Hic sunt triginta milia librarum quas requirere spero post persecutionem finitam nostrae Religionis.

Factam in Cayssiolo, regnante Ludovicus XIV Gallia et Navarrae rege.

In ingente rupe quae est supra Aveyronem t4 t22 A.

P. DE JALENQUE

testes : DE SAUNHAC, VILLELONGUE.

pour certificat : GRIMALDUS, notaire, avec sceau.

À la feuille pendent trois empreintes d'écussons armoriés attachés par de petits rubans, deux sur cire à cacheter, un doré sur cuir. La pièce originale ci-dessus a été communiquée par M. le major commandant le dépôt du 12° léger au président de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, le (Echo de l'Aveyron).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Olemps est membre de la Rodez Agglomération[43], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Rodez. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[44].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Rodez, au département de l'Aveyron et à la région Occitanie[43]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Nord-Lévezou pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[43], et de la première circonscription de l'Aveyron pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[45].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal d'Olemps, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[46], pour un mandat de six ans renouvelable[47]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 23[48]. Les vingt-trois conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 30,89 %, issus de la seule liste candidate, conduite par Sylvie Lopez[49]. Sylvie Lopez, maire sortante, est réélue pour un nouveau mandat le [50].

Les trois sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté d'agglomération du Grand Rodez sont alloués à la liste de Sylvie Lopez[49].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1837 1850 Adrien Rodat ... ...
1850 1855 Henri Rivière ... ...
1855 1867 Jean-Louis Donat ... ...
1867 1876 Guillaume Bessière ... ...
... ... ... ... ...
1896 1900 Joseph Soulié ... ...
1900 1901 François Marion ... ...
1901 1908 Antoine Caubel ... ...
1908 1939 Adrien Rodat ... ...
1939 1944 Emile Sanhes ... ...
1944 1947 Casimir Séguret ... ...
1947 1959 Léon Ricard ... ...
1959 1965 Guy de Rodat ... ...
1965 1971 André Marion ... ...
1971 1995 Georges Bru ... ...
mars 1995 mars 2008 Bernard Brunel ... ...
mars 2008 En cours Sylvie Lopez[51],[52]   Ancienne cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Aucun jumelage.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Olemps est l'une des 8 communes qui composent la Rodez Agglomération.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[53]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[54].

En 2018, la commune comptait 3 425 habitants[Note 6], en augmentation de 4,42 % par rapport à 2013 (Aveyron : +0,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
435495683688695645661674650
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
676653707649881771751722633
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
6526597161 3781 5002 0182 2012 5622 856
1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018 - -
3 0323 0203 1333 1493 1653 2803 425--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Rodat (XVIe siècle).
  • Château de Malan (XVIIIe siècle).
  • Église Saint-Amans de la Mouline.
  • Le Manoir.
  • Le Castel Gaillard (XVe siècle).
  • Croix de chemin d'Olemps (XVe siècle).

Parc d'exposition[modifier | modifier le code]

Projet de 2010 : Il se situera au bord de la RN88 (site de Malan-les-Cazals), à 10 minutes du centre-ville de Rodez et sera desservi régulièrement par le réseau de bus Agglobus. D'une superficie de 6 730 m2 et ayant plusieurs configurations possibles grâce à plusieurs modularités, il sera ainsi possible d'obtenir une grande salle de congrès ou de spectacle de 3 200 places, ou une salle de 2 000 places avec une zone d'exposition ou encore un vaste hall. Également un grand parvis permettra également la tenue de manifestations extérieures. Dédié également aux représentations sportives, cet équipement offrira 900 places de stationnement, des espaces d'animation, de restauration, des salles de réunions et entre en complémentarité avec les autres équipements de l'agglomération dont le multiplex de 1600 places dans le centre-ville ou encore le Hall d'exposition du Foirail, dans le centre-ville.

Prévu initialement pour ouvrir ses portes au deuxième trimestre de 2016[57].
 : un nouveau projet plus modeste de 3 500 m2[58]: début des travaux 2016, mise en service prévue pour fin 2017.

[59] : relance du projet avec choix de l'architecte parisien Alain Sarfati. Le projet prévoit 3 200 m2 de surface d’exposition avec un amphithéâtre de 500 places, ainsi qu'une surface d’exposition extérieure de 18 000 m2 et des places de parkings[60]. Les travaux devraient débuter fin 2019.

Salle de spectacle[modifier | modifier le code]

Cette salle multi-générations, baptisée le "7-77" (de 7 à 77 ans), se situe entre la mairie et l'espace sportif G. Bru. La grande salle peut accueillir 300 personnes autour de la piste de danse. Pour un spectacle assis : 200 personnes en gradins et 200 à plat. La scène peut s'ouvrir sur l'extérieur pour concerts ou séances de cinéma de plein air (première séance cinéma en extérieur)[61]. Début des travaux en 2013[62],[63] fin été 2015. Inaugurée le .

Hôpital Les Peyrières[modifier | modifier le code]

Cette structure est en corrélation et en complémentarité avec l'hôpital Jacques Puel, situé à 5 kilomètres. L'établissement des Peyrières, spécialisé dans les consultations en gérontologie et gériatrie a fait l'objet d'importants travaux de rénovation pour améliorer le confort et le cadre de vie des résidents. La cuisine centrale hospitalière construite en 2006 au sous-sol de l'aile sud du bâtiment produit les repas du centre hospitalier dans sa totalité.

Il est doté de 40 lits de moyen séjour, soins de suite et de réadaptation qui permettent d'assurer un traitement ou une surveillance médicale à des malades requérant des soins continus, dans un but de réinsertion, de 135 lits de long séjour dont 55 chambres individuelles et 40 chambres doubles. L'Unité de Soins de Longue Durée (USLD) accueille des personnes n'ayant pas leur autonomie de vie et dont l'état nécessite une surveillance médicale constante. De plus, 40 lits de maison de retraite (EHPAD) dont 15 chambres individuelles et 12 chambres doubles.

Hôpital Sainte-Marie[modifier | modifier le code]

Cet hôpital, situé à Cayssiols, est un établissement de psychiatrie. Il a remplacé l'asile départemental d'aliénés de Paraire à Rodez en 1838[64].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine François Amans de Rodat, né le à Olemps, jurisconsulte avant la Révolution, nommé député aux États généraux par le tiers état de la sénéchaussée de Rodez. Franc-maçon, membre de la loge de la Parfaite Union. Mort en 1816.
  • Pierre Antoine Amans Rodat dit Amans Rodat, fils du précédent, l'un des agronomes les plus influents du département de l'Aveyron au XIXe siècle, secrétaire perpétuel de la société d'agriculture de l'Aveyron, conseiller de préfecture, chevalier de la légion d'honneur, mort à Olemps le .
  • Sébastien Viala, né le à la Mouline, devenu Général de Brigade, mort en 1849.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Jean-Paul Espinasse), Rodés-oèst : Druèla, Luc, Olemps / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Rodés-oèst, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 295 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-59-9, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF39300577)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article de la Dépêche sur les Olempiens
  2. Olemps, site habitants.fr
  3. « Fiche communale d'Olemps », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le 15 octobre 2020)
  4. Sandre, « l'Aveyron »
  5. « EPAGE Aveyron amont », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 12 octobre 2020)
  6. « Aveyron amont », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 12 octobre 2020)
  7. site officiel du SMB2
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 octobre 2020)
  9. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  11. « Orthodromie entre Olemps et Rodez », sur https://fr.distance.to/ (consulté le 17 octobre 2020).
  12. « Station météorologique de Rodez-Marcillac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 octobre 2020)
  13. « Station météorologique de Rodez-Marcillac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 octobre 2020)
  14. « Station météorologique de Rodez-Marcillac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 octobre 2020)
  15. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Olemps », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020).
  16. « ZNIEFF le « Bois de linars » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020)
  17. « ZNIEFF la « Rivière Aveyron » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020)
  18. « ZNIEFF la « Vallée de l'Aveyron » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020)
  19. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  20. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  22. « Unité urbaine 2020 de Rodez », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 5 décembre 2020)
  28. « Le SCOT du Centre Ouest Aveyron - documents », sur http://scot-centre-ouest-aveyron.proscot-eau.fr/ (consulté le 17 octobre 2020)
  29. « Etat par commune des POS, PLU et cartes communales », sur https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/ (consulté le 18 octobre 2020)
  30. « Géoportail de l’urbanisme », sur https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/ (consulté le 18 octobre 2020)
  31. « Journal de l'Aveyron - 01/08/1807 - Archives départementales de l'Aveyron », sur archives.aveyron.fr (consulté le 13 novembre 2019)
  32. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de l'Aveyron - Liste des risques par commune », sur http://www.aveyron.gouv.fr/ (consulté le 23 octobre 2020)
  33. « Rapport présentant les risques affectant la commune », sur l'observatoire national des risques naturels, (consulté le 23 octobre 2020)
  34. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l’Aveyron – risque d’inondation », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le 23 octobre 2020)
  35. « Dossier PPRI », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le 23 octobre 2020)
  36. [PDF]« Arrêté préfectoral d’approbation du PPRI », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le 23 octobre 2020)
  37. « Dossier départemental des risques majeurs de l’Aveyron - Le risque feu de forêt », sur le site de la préfecture départementale (consulté le 23 octobre 2020)
  38. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de l'Aveyron - Transport de matières dangereuses », sur http://www.aveyron.gouv.fr/ (consulté le 23 octobre 2020)
  39. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l'Aveyron - le risque radon », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le 23 octobre 2020)
  40. « Article R1333-29 du code de la Santé publique », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 22 octobre 2020)
  41. « Arrêté du 27 juin 2018 portant délimitation des zones à potentiel radon du territoire français », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 22 octobre 2020)
  42. Lieux-dits intégrés à la commune en 1837
  43. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Olemps », sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2020).
  44. « Rodez Agglomération - fiche descriptive au 10 octobre 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 24 octobre 2020)
  45. « Découpage électoral de l'Aveyron (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 24 octobre 2020).
  46. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  47. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 29 octobre 2020)
  48. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  49. a et b « Résultats du 1er tour pour Olemps », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 29 octobre 2020)
  50. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le 29 octobre 2020)
  51. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 8 août 2020)
  52. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 8 août 2020)
  53. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  54. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  57. « Le parc des expositions - Rodez Agglomération », sur Rodez Agglomération (consulté le 23 juin 2020).
  58. Pascal Laversenne, « Parc des expos de Rodez Agglomération : un projet "plus modeste" que prévu », centre Presse (Aveyron),‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2020).
  59. « Le futur parc des expositions de Rodez en voie d'atterrissage », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2018)
  60. « Le parc des expositions », sur www.rodezagglo.fr (consulté le 20 novembre 2018)
  61. « Salle de spectacles & bibliothèque - CoCo architecture », sur CoCo architecture (consulté le 23 juin 2020).
  62. Midi Libre, « Olemps : le projet de salle multigénérations va bientôt décoller ! », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juin 2020).
  63. La Dépêche du Midi, « Olemps. Salle multigénérations : les avantages de la simplicité », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juin 2020).
  64. Création du Centre Hospitalier Sainte Marie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :