Famille de Rodat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rodat.

de Rodat
Armes de la famille.
Armes de la famille : de Rodat

Blasonnement D'or, au chêne de sable terrassé de sinople chargé de pommes d'or; au chef d'azur, chargé de trois roues d'argent
Période XVIe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Rouergue
Demeures Château de Druelle
Charges Conseiller et président en la cour présidiale de Rodez
Trésorier de France en la généralité de Montauban
Fonctions militaires Officiers
Garde du corps du roi
Récompenses civiles Croix de la Légion d'honneur
Récompenses militaires Croix de Saint-Louis

La famille de Rodat est une famille française, actuellement subsistante, originaire de la province du Rouergue.

De cette famille est issue la religieuse Émilie de Rodat.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Rodat est connue en Rouergue dès la fin du XVIe siècle où elle possédait la seigneurie de Druelle[1].

Elle compte des magistrats et des officiers dans les armées. En 1789, elle est convoquée à l'assemblée de la noblesse du Rouergue alors qu'elle exerce une charge de trésorier de France en la généralité de Montauban depuis 1770. Toutefois cette charge ne donne accès à la noblesse qu'au terme de deux générations consécutives d'exercice (charge graduelle : durée minimale 20 ans par génération ou mort en charge)[2], or la Révolution française de 1789 a mis fin à toutes les charges de l'Ancien Régime (Familles de noblesse inachevée).

Au XIXe siècle, elle est l'une des principales familles de notables du département de l'Aveyron et l'une de celles qui a le plus d'influence au sein de la société d'agriculture de l'Aveyron. Elle réalise des expérimentations dans le domaine des sciences agricoles dans ses propriétés de Druelle et d'Olemps.

Les principaux éléments biographiques de cette famille sont[1] :

Branches[modifier | modifier le code]

Personnalités de la famille de Rodat[modifier | modifier le code]

Druelle[modifier | modifier le code]

  • Guillaume de Rodat, seigneur de Druelle, président en la cour présidiale de Rodez au XVIIe siècle
  • Guillaume de Rodat, seigneur de Druelle et de La Garrigue, conseiller du roi au siège présidial de Rodez au XVIIIe siècle
  • Guillaume de Rodat, seigneur de Druelle et de La Garrigue, pourvu en 1770 d'une charge de trésorier de France en la généralité de Montauban
  • Simon de Rodat, garde du corps du roi
  • Émilie de Rodat, religieuse française fondatrice de la congrégation des sœurs de la Sainte-Famille

Olemps[modifier | modifier le code]

  • Rodat (d'Olemps), l'un des députés du tiers-état de la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau pour les États-généraux de 1789, membre de la loge de la parfaite union
  • Pierre Antoine Amans Rodat dit Amans Rodat, l'un des agronomes les plus influents du département de l'Aveyron au XIXe siècle, secrétaire perpétuel de la société d'agriculture de l'Aveyron, conseiller de préfecture, chevalier de la Légion d'honneur, mort à Olemps le 10 février 1846

Rodat-Delon[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Rodat-Delon, officier d'infanterie, chevalier de Saint-Louis, émigré dans l'armée des princes, puis en Espagne où il meurt à Barcelone
  • François-Auguste de Rodat-Delon, capitaine au régiment de Berry-cavalerie, chevalier de Saint-Louis, décédé en 1814

Alliances[modifier | modifier le code]

Les alliances de cette famille sont[1] : de Cat de Cocural (1580), de Foucras (1620), de Maynard (1651), de Patris, de Roux (1726), d'Izarn de Villefort (1785), de Pomayrols (1786), France de Lorne (XIXe siècle), Séguret (parenté avec Mgr de Frayssinous, évêque d'Hermopolis) (1820), de Séguret (1854), etc.

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

  • de Rodat : D'or, au chêne de sable terrassé de sinople ; au chef d'azur, chargé de trois roues d'argent

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c H. de Barrau, Documents historiques sur le Rouergue ..., tome 4, p. 332 à 334.
  2. François Bluche et Pierre Durye, L'anoblissement par charges avant 1789, ICC, sept. 1998, page 82).

Bibliographie[modifier | modifier le code]