Famille de Saunhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

de Saunhac
Armes de la famille.
Armes de la famille : de Saunhac

Blasonnement D'or, au lion de sable gueulé, armé, lampassé et couronné de gueules, accompagné de douze carreaux du même posés en orle
Période XIIe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Rouergue
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Belcastel
Demeures Château de Belcastel
Charges Sénéchal
Chambellan
Gentilhomme de la chambre du roi
Fonctions militaires Officiers
Fonctions ecclésiastiques Évêque

La famille de Saunhac est une famille de la noblesse française subsistante, originaire de l'Aveyron.

Famille de noblesse chevaleresque sur preuves de 1199 qui a donné des hommes de guerre, des fidèles des comtes Jean II et Jean III d'Armagnac et de Rodez et des rois de France. Parmi ses membres se trouve un sénéchal de Beaucaire et de Castres, chambellan du roi et de la reine de Naples et de Hongrie, mais aussi des gentilshommes de la chambre du roi dont l'un sera également gouverneur du château de Najac, un membre fondateur de la colonie de Louisiane aux États-Unis d'Amérique, des officiers, un prélat, un magistrat qui sera également conseiller général de l'Aveyron, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Saunhac serait originaire de Rodez[1].

Cette famille s'est développée avec plusieurs branches principalement sur le Rouergue et le Quercy.
La branche du Fossat[2] a fait souche en Louisiane en 1753 où elle est ensuite devenue américaine.

Selon le Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle de Régis Valette il ne restait en 2002 qu'une personne de ce nom[2].

Son premier auteur connu serait Gui de Saunhac vivant à la fin du XIe siècle, cependant la filiation certaine débute avec Hugues de Saunhac mentionné dès 1199[1].

Elle entra en possession du château de Belcastel au XIVe siècle en récompense de ses services auprès des comtes Jean II et Jean III d'Armagnac et garda ce fief jusqu'au milieu du XVIe siècle.

Une tradition orale, non prouvée à ce jour, rattache à la famille de Saunhac (du Rouergue)[1] Guillaume de Saunhac, grand-maître de l'Ordre du Temple de 1245 à 1250.De nos jours,nous pouvons trouver de nombreuses personnes appartenants à la famille de Sauhnac

Principales branches[modifier | modifier le code]

  • de Belcastel
  • d'Ampiac et de Villelongue
  • du Fossat (en Quercy puis en Louisiane)
  • de Castan
  • de Talespues (branche présumée)
  • de Colombiès
  • del Périé

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Guillaume de Saunhac, né vers 1350, mort avant 1418, exécuteur testamentaire de Jean II d'Armagnac, écuyer de Jean III d'Armagnac qui lui donna en récompense de ses services la terre de Belcastel en 1386
  • Alzias Ier de Saunhac, né après 1372, mort avant 1448, seigneur de Belcastel et d'Ampiac. Il est sénéchal de Beaucaire (1407) et de Castres, chambellan de Jacques et Jeanne, roi et reine de Naples et Hongrie, conseiller d'État de ces princes[3].
  • Jean de Saunhac, chancelier et conseiller du comte Jean d'Armagnac, bailli d'épée du Rouergue (1445)
  • Jean de Saunhac, banni, avec deux autres membres de sa famille et d'autres seigneurs, par le parlement de Toulouse en 1528 pour avoir pillé des maisons de Paul Carret, évêque de Cahors
  • Hercule de Saunhac, commande la noblesse du Rouergue dans plusieurs rencontres dans la première moitié du XVIe siècle
  • Bertrand de Saunhac, mestre-de-camp d'un régiment de 600 hommes de pied (1591), commandant le pays de Rouergue (1592)
  • Raymond de Saunhac, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi (1607)
  • Guion de Saunhac, écuyer de la reine Marguerite, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi (1611), gouverneur du château de Najac (1613 à 1618). Sur ordre du roi, et avec l'aide d'autres seigneurs, il arrête des émissaires protestants de Saintonge envoyés à Privat pour s'entendre avec les ducs de Rohan et de Bouillon accusés de conspirer contre l'État
  • Raymond de Saunhac, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi Louis XIII (1611), chargé d'une mission importante en Rouergue en 1612, en 1635 il reçoit l'ordre de lever une compagnie de chevau-légers, en 1638 il est devant Narbonne à la tête de la noblesse du Rouergue
  • Gui de Saunhac, participe à la fondation de la colonie de Louisiane en Amérique (1751)
  • Jean de Saunhac, lieutenant des maréchaux de France en la sénéchaussée de Rodez (1757)
  • Jean Jacques de Saunhac, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire et exécuté durant la Révolution française
  • Jean François de Saunhac, vicaire général de Cahors (1814), évêque de Perpignan (1824)
  • Louis-Joseph de Saunhac, vice-président du tribunal de première instance de Rodez, conseiller général en Aveyron, vivant dans la première moitié du XIXe siècle

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Saunhac sont : de Buzeins, de La Tour, de La Barrière, de Calmont-de-Plancatge, de Cansac, de Nattes, de Chirac, d'Ampiac, de Sévérac-Bedène, de Castelnau-de-Bretenoux, 1452 de Vernhes - de Comminges, 1460 de Toulouse-Lautrec - d'Apchier, 1481 d'Astarac, 1493 de Mancip, 1489 de Caussade - de Peyrefort, 1509 de Rousset - de Beaufort, 1537 de Beaufort de Montbron - d'Archiac, 1546 de Morlhon, 1570 de Gironde, 1571 de Sainte-Colombe - de Montbron, 1580 de Tubières - de Morlhon, de Lapanouse, 1592 de Fumel - de Caumont, 1597 de Raffin - d'Agens de Loupiac, 1605 de Framond, 1607 de Méjanès, 1619 de Corneillan - du Laur, 1616 de Malvin-Montazet - de Ciron, 1621 du Lyon, 1623 de Buisson de Bournazel - de Morlhon-Sanvensa, 1623 de Rességuier, 1650 de Montégut - de Belcastel, 1652 de Bourzès, 1654 de Gozon, 1681 de Vigouroux, de Vassal d'Argenton, 1698 de Roquefeuil, 1706 de Volonzac, d'Ax, de Vaudricourt, de Coignac, 1745 de Portal, 1797 de Lassudrie - de Toucheboeuf-Beaumont des Junies, 1853 de Bonald, etc.

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

  • Blasonnement : D'or, au lion de sable gueulé, armé, lampassé et couronné de gueules, accompagné de douze carreaux du même posés en orle.
  • Ornements : Deux sauvages supportent un casque en profil avec des lambrequins, ayant pour cimier un hibou regardant en face ailes déployées.

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c de Barrau 1854, p. 254 à 256
  2. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 173.
  3. de Barrau 1854, p. 260.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hippolyte de Barrau, Documens historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue, dans les temps anciens et modernes, t. 2, Rodez, , 765 p. (lire en ligne), p. 253-297
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 173

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]