Drapeau de l'Érythrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Drapeau de l'Érythrée
Drapeau de l'Érythrée
Drapeau de l'Érythrée
Utilisation Drapeau et pavillon national Version officielle
Caractéristiques
Proportions 1:2
Adoption
Éléments Tricolore composé de triangles vert, rouge et bleu avec des branches d'olivier dorées.

Le drapeau de l'Érythrée est l'emblème de ce pays, sanctionné par l'article 4-1 de la Constitution érythréenne. Il a été adopté le .

Inspiré du drapeau du Front populaire de libération de l'Érythrée (FPLE), il est composé de trois triangles : un vert, un rouge et un bleu. Les branches d'olivier dorées proviennent du drapeau utilisé de 1952 à 1962, lors de la fédération avec l'Éthiopie. Elles ont remplacé l'étoile présente sur celui du FPLE.

Le triangle vert représente l'agriculture, l'idée d'une terre fertile. Le bleu rappelle la mer Rouge. Le rouge représente le sang versé pour l'indépendance de l'Érythrée et pour la patrie. Les branches d'olives dorées symbolisent la richesse en minerai du pays. Les formes géométriques ont une véritable signification. En effet, le triangle rouge est disposé de telle sorte que sa taille diminue de gauche à droite exprimant ainsi la volonté de ne plus devoir verser de sang dans le futur.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Érythrée est occupée en permanence depuis le XXVe siècle av. J.-C. par différents pays, royaumes ou empires. Premièrement, le pays de Pount, en dessous de l'Égypte pharaonique, suivi dès le VIIIe siècle av. J.-C. par le royaume D'mt. C'est surtout suite à l'établissement du royaume d'Aksoum, vers le Ier siècle av. J.-C., que l'Érythrée commence à prendre une place plus importante dans le monde, notamment autour du commerce intercontinental entre le monde romain et les mondes indiens et chinois. S'ensuit une période sous le sultanat d'Ifat, brisant l'une des plus grandes puissances antiques, l'empire axoumite. Aucun de ces États n'ont utilisés de drapeau, ou du moins, aucune source n'en défini un usage.

Les premières traces vexillologiques[modifier | modifier le code]

Drapeau composé de trois bannières, de gauche à droite : une bannière blanche avec un croissant de lune rouge, une bannière rouge avec un croissant de lune blanc et la dernière comme la première.
Le drapeau du sultanat d'Adal.

Les premières mentions d'un drapeau représentant une partie du territoire actuel érythréen, et plus largement la partie septentrionale de la corne africaine, sont la combinaison de trois bannières blanche, rouge et blanche, avec respectivement, un dans chaque bannière, un croissant blanc, un rouge et un blanc. Cette grande bannière fut utilisée par l'imam Ahmad al-Ghazi pour combattre sous le sultanat[1].

L'empire éthiopien s'implante après sur la grande majorité du territoire actuel érythréen vers l'an 1540 mais quelques terres, notamment l'actuelle ville de Massaoua, vont tombées sous les mains des ottomans en 1547 avec l'invasion de Soliman le Magnifique. L'empire éthiopien et l'empire ottoman n'utilisent pas de drapeaux comme emblème ; il est à noter l'utilisation de « tugh » du coté ottoman et quelques dizaines d'années plus tard, l'utilisation de bannières et de drapeaux variés bicolores ou représentant l'épée Zulfiqar bifurquée.

La période ottomane[modifier | modifier le code]

Drapeau turc représentant dans un fond rouge un croissant de lune blanc et une étoile à cinq branches.
Le drapeau de la Turquie, inspiré du drapeau ottoman dont l'empire était présent en Érythrée.
Drapeau de forme rectangulaire rouge.
Le drapeau du sultanat d'Awsa.
Drapeau du Khédivat égyptien représentant sur un fond rouge un croissant de lune blanc et trois étoiles blanches à cinq branches.
Le drapeau de Mehmed Emin Ali Pacha, inspiré du drapeau ottoman.

Le premier drapeau officialisé pour représenté le territoire (quelques terres, comme la ville de Massaoua) fut celui de l'empire ottoman entre 1557 et 1793 (ou 1844), représenté par trois croissants de lune dorés dans un cercle vert sur fond rouge. Un nouveau drapeau voit le jour en 1844. Le drapeau, l'ancêtre du drapeau actuel de la Turquie, est rouge avec, au centre, un croissant de lune blanc et une étoile (à huit ou cinq branches) blanche. Le drapeau au trois croissants aurait été utilisé jusqu'en 1793 pour laisser place au drapeau avec l'étoile à huit branche jusqu'en 1844.

Moins d'une dizaine d'année plus tard, le sultanat d'Awsa, qui occupe une partie de l'Érythrée vers 1850, adopte un drapeau prenant la forme d'un rectangle rouge.

En 1865, la province ottomane de Habesh, qui s'établissait sur une partie de l'Érythrée dont Massaoua, est rattachée à la province ottomane égyptienne mais, en 1867, la province nouvellement agrandie devient un Khédivat, accordé par un firman conférant à Ismaïl Pacha le titre de khédive. Le Khédivat, sous influence ottomane, adopte un drapeau similaire, c'est-à-dire un drapeau rouge représentant un croissant de lune blanc mais accompagné de trois étoiles à cinq branches et non plus d'une seule étoile.

La première période éthiopienne[modifier | modifier le code]

Avant que l'empire éthiopien adopte en 1897 un drapeau officielle rectangulaire tricolore (vert, jaune et rouge) avec son emblème, le lion de Juda, l'empire utilisait un drapeau composé de trois fanions rouge, jaune et vert. Il n'existe aucune source permettant de donner une date d'adoption du drapeau à fanions.

La période coloniale[modifier | modifier le code]

La période italienne[modifier | modifier le code]

Drapeau de la marine militaire italienne représentant le drapeau du royaume italien, c'est-à-dire l'actuel drapeau italien composé de trois bandes verticales verte, blanche et rouge, avec l'emblème de la Sardaigne, une croix blanche sur fond rouge, le tout encadré de bleu, portant une couronne.
Le drapeau de la marine militaire italienne utilisé pour la colonie.

En 1882, le royaume d'Italie colonise la côte septentrionale de la corne africaine, occupant la côte de l'empire éthiopien. C'est le début de la colonisation européenne en Érythrée connue avant la Seconde Guerre mondiale comme l'Érythrée italienne. La nouvelle colonie italienne adopte le drapeau du royaume des colons dans sa version de la marine militaire italienne (le drapeau est couronné, pas celui du royaume). Ce drapeau, c'est l'ancêtre de l'actuel drapeau de l'Italie, il se compose de trois bandes verticales respectivement verte, blanche et rouge avec l'emblème de la Sardaigne (une croix blanche sur fond rouge encadré de bleu) et surmonté d'une couronne ; officiellement, c'est le drapeau utilisé par la marine militaire. C'est cette dernière qui dirigeait la colonie.

La période anglaise[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, en 1941, l'Italie perd sa colonie au profit du Royaume-Uni ; l'Érythrée adopte alors deux drapeaux pendant la même période, de 1941 à 1952. Le premier, c'est l'Union Jack, drapeau officiel du Royaume-Uni utilisé par les anglo-égyptiens soudanais pour l'Administration militaire britannique de l'Érythrée. Le second, c'est le drapeau utilisé par le royaume d'Égypte (soit les anglo-égyptiens soudanais) ; il se compose d'un croissant de lune blanc et de trois étoiles à cinq pointes blanche en son centre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Whiteway 1902, p. 41

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) R. S. Whiteway, The Portuguese Expedition to Abyssinia in 1541-1543, as narrated by Castanhoso, with some contemporary letters, the short account of Bermudez, and certain extracts from Correa. [« L'expédition portugaise en Abyssinie en 1541-1543, telle que racontée par Castanhoso, avec quelques lettres contemporaines, un court conte de Bermudez, et quelques extraits de Corée. »], Londres, Hakluyt Society (no 10), , 454 p. (lire en ligne Accès libre). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article