Drapeau de la Mauritanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de la Mauritanie
Drapeau de la Mauritanie
Drapeau de la Mauritanie
Utilisation Drapeau et pavillon national Version officielle
Caractéristiques
Proportions 2:3
Adoption

Le drapeau de la Mauritanie a été adopté le .

Apparence[modifier | modifier le code]

Il présente, sur un fond vert, une demi-lune dorée surmontée d'une étoile de même couleur à cinq pointes.

Il n'y a pas de règles de construction du drapeau, notamment concernant les tailles et la disposition de l'étoile et du croissant, hormis le ratio général qui est de 2:3.

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Les couleurs vertes et or sont considérées comme les couleurs panafricaines. Cependant, le vert, ainsi que le croissant et l'étoile, symbolisent également l'islam, principale religion du pays, alors que la couleur or représente aussi l'immensité dunaire du Sahara.

Proposition de modification de 2017[modifier | modifier le code]

La proposition de drapeau mauritanien de 2017.

Un référendum initialement prévu pour janvier 2017 par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz puis reporté au prévoit parmi d'autres amendements constitutionnels la modification du drapeau national. Deux bandes rouges seraient ajoutées, une à la base et une autre au sommet du drapeau, symbolisant le sang versé pour la patrie[1].

Le référendum est annulé le 30 décembre 2016 « du fait d'une conjoncture économique difficile ». Le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) siégeant en Congrès doit alors décider d'adopter ou non cette réforme.

Le , cette proposition de réforme de la constitution est adoptée par l'Assemblée nationale[2],[3]. Mais le , le Sénat rejette le projet, qui pour être adopté, devait être voté par les deux chambres[4],[5].

Le , le président mauritanien prend acte de ce refus de 33 des 56 sénateurs de voter la disparition future de la chambre haute dont ils font partie, et décide de recourir finalement à un référendum populaire, tout en considérant impossible de fournir une date pour l'organisation de celui ci, si ce n'est qu'il serait organisé « le plus rapidement possible »[6].

Le , le gouvernement annonce la date du scrutin, prévu pour le 15 juillet de la même année[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]