Mehmed Emin Ali Pacha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Méhémet-Emin Aali-Pacha
143 - Aali-pachà.jpg

Méhémet-Emin Aali-Pacha

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
diplomate +
Fonctions
Grand Vizir de l'empire Ottoman (d)
 précédé par Moustapha Reschid Pacha

 suivi par Damat Mehmet Ali Pasha (en)
-
Grand Vizir de l'empire Ottoman (d)
 précédé par Moustapha Reschid Pacha

 suivi par Moustapha Reschid Pacha
-
Grand Vizir de l'empire Ottoman (d)
 précédé par Moustapha Reschid Pacha

 suivi par Kıbrıslı Mehmed Emin Paşa (en)
Grand Vizir de l'empire Ottoman (d)
 précédé par Kıbrıslı Mehmed Emin Paşa (en)

 suivi par Keçecizade Mehmet Fuat Pacha (en)
-
Grand Vizir de l'empire Ottoman (d)
 précédé par Mütercim Mehmed Rüsdi Pacha (en)

 suivi par Mahmud Nedim Pacha (en)
 +
Mehmed Emin Aali Pasha signature.svg

signature

Mehmed Emin Aali Pasha signature.svg

Mehmed Emin Âli Paşa (parfois transcrit de l'ottoman Méhémet-Emin Aali-Pacha) est un homme d'État turc né et mort à Istanbul (1815-1871). Il a attaché son nom à la politique de réformes intérieures du Tanzimat, dont il ne put voir la réalisation.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ministre des affaires étrangères en 1846, président du conseil en 1848, il apaisa le différend gréco-turc. Grand vizir en 1852, président du conseil du tanzimat en 1854, il prépara les réformes dont il avait toujours été partisan. Après avoir représenté la Porte aux conférences de Vienne (1855), il est de nouveau au grand viziriat et pourvoit à l'application du célèbre hait-i-chérif de Gulhané du 18 février 1856, en faveur des chrétiens. Envoyé comme plénipotentiaire au Congrès de Paris, il y défend avec talent les intérêts de sa patrie et signe le traité de paix qui termine la guerre de Crimée (30 mars 1856). Dès 1867, comme grand vizir, puis comme régent (pendant le voyage d'Abd ul-Aziz à Paris, et à Londres), il combat l'insurrection de Crète ; en 1868, il se rend dans le pays pour le pacifier [1] . Cet homme d'État, très favorable au progrès, est mort sans avoir pu réaliser les réformes dont il comprenait la nécessité. Dans ses loisirs, il s'adonnait à la poésie[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Un dossier de Turquie-Culture
  2. « Mehmed Emin Ali Pacha », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 15 vol., 1863-1890 [détail de l’édition].

Lien externe[modifier | modifier le code]