Drapeau de la Tunisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de la Tunisie
Drapeau de la Tunisie depuis 1999
Drapeau de la Tunisie depuis 1999
Utilisation Drapeau et pavillon national Version officielle
Caractéristiques
Proportions 2:3
Adoption 1831
Éléments Rouge avec un cercle blanc où figure une étoile rouge à cinq branches entourée d’un croissant rouge

Le drapeau de la Tunisie (arabe : علم تونس) est majoritairement rouge et comporte, en son milieu, un disque blanc où figure un croissant rouge qui entoure une étoile à cinq branches, formant tous deux le symbole islamique. Le , Hussein II Bey décide de sa création qui est effective en 1831. Il reste officiel durant le protectorat français et la Constitution du 1er juin 1959 lui confirme la fonction de drapeau national de la République tunisienne. Mais il faut attendre le pour que ses proportions et ses motifs soient clairement précisés au niveau de la loi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Étendards antérieurs[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les étendards flottant à Tunis ou au sommet des navires qui lui appartiennent sont peu clairs. On peut toutefois distinguer, au travers de diverses sources, certaines constantes comme la présence d’un croissant à orientation variable et la présence des couleurs rouge, blanche, bleue et verte. Par la suite, et jusqu’au début du XIXe siècle, un étendard composé de bandes horizontales bleue, rouge et verte identifie de façon plus stable la régence ottomane de Tunis[1]. Ce type d’étendard à multiples bandes et à contours irréguliers flottant en haut des navires d’Afrique du Nord est toutefois courant et il semble que des drapeaux similaires étaient utilisés sur le continent mais avec des couleurs et des dispositions différentes. Par ailleurs, selon Ottfried Neubecker[2], le bey de Tunis possédait aussi son propre étendard. Celui-ci semble avoir été plus qu’une simple bannière personnelle, puisqu’il a flotté sur le palais du Bardo, la kasbah de Tunis et les navires de la marine tunisienne, qu’il apparaissait également au centre des armoiries beylicales et qu’il fut utilisé à diverses occasions — dont la proclamation de la Constitution ottomane le — jusqu’à l’abolition de la monarchie beylicale le [2],[3].

Drapeau du bey de Tunis

Peut-être introduit par Hussein II Bey, bien que certaines sources le font remonter au XVe siècle[2], il s’agit d’un drapeau rectangulaire divisé en neuf bandes, celle du milieu étant d’une largeur double et de couleur verte alors que les autres sont alternativement jaune et rouge[2]. La bande verte contient en son centre l’épée d’Ali, un poignard à deux branches de couleur blanche avec un manche multicolores. Quant aux bandes jaunes et rouges, elles abritent cinq symboles équidistants dont l’ordre se répète alternativement dans une bande sur deux. Ces symboles se divisent en deux catégories : une étoile à six branches contenant un cercle d’une couleur différente — étoile rouge et cercle vert ou étoile blanche et cercle bleu — et un cercle contenant un plus petit cercle d’une autre couleur — cercle principal bleu avec petit cercle rouge ou cercle principal vert avec petit cercle jaune — situé dans sa partie inférieure droite[2]. La première bande jaune contient trois étoiles rouges et deux cercles bleus. La seconde bande contient trois cercles verts et deux étoiles blanches. La troisième est identique à la première, à l’exception d’une étoile de couleur blanche en son centre, alors que la quatrième est identique à la seconde. La section inférieure du drapeau reprend cette disposition générale, à part l'étoile centrale de la troisième ligne qui est rouge avec un cercle vert.

Origine du drapeau actuel[modifier | modifier le code]

Drapeau de la marine ottomane avant 1844

Plusieurs pays musulmans de la côte sud de la mer Méditerranée utilisent un drapeau à dominance rouge s’inspirant du drapeau de l'Empire ottoman[4],[5]. Dans le cas de la Tunisie, c’est suite à la destruction de la division navale tunisienne lors de la bataille de Navarin[6], le , que le souverain husseinite Hussein II Bey décide la création d’un drapeau à utiliser par la flotte tunisienne, pour la distinguer des autres flottes, et lui ajoute un cercle blanc, en plus du croissant et de l’étoile, symboles déjà présents dans les bijoux, l’art et l’architecture tunisiens[4]. C’est la circonstance de la naissance du drapeau qui, créé en 1831 ou en 1835[7], selon les sources, n’est officialisé que par Ahmed Ier Bey en 1837[8].

Depuis, la Tunisie possède ce drapeau qui ressemble au drapeau de la Turquie, inspiré de celui de l’Empire ottoman, car les beys sont alors des vassaux de l’empire. Il s’en démarque toutefois par l’inversion des couleurs du croissant et de l’étoile dans un cercle blanc et le positionnement de ces deux emblèmes : sur le drapeau turc, ils sont apposés l’un à côté de l’autre et excentrés alors que, sur le drapeau tunisien, l’étoile est encerclée par le croissant dans un disque situé au centre du drapeau.

Protectorat français[modifier | modifier le code]

Drapeau parfois utilisé durant le protectorat français

Durant le protectorat français de Tunisie, « les autorités françaises ne portent aucune modification sur le drapeau tunisien »[9]. Pourtant, le numéro 195 du Flag Bulletin publié à l’automne 2000 fait référence à l’utilisation durant le protectorat français d’un drapeau comportant dans le coin supérieur gauche (canton) un drapeau de la France[10]. Il aurait toutefois été « non officiel » et utilisé durant une courte période. Dans le même sens, Whitney Smith[11],[12] indique qu’une « modification non officielle du drapeau national tunisien, utilisé durant quelques années, ajouta le tricolore français sur son tracé comme canton ». Il complète ainsi son propos :

« La Tunisie, un protectorat français, garda son drapeau national sur terre et sur mer. Toutefois, à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle, une version non officielle du drapeau fut utilisée avec un canton tricolore. En 1925, une proposition formelle fut faite pour officialiser ce drapeau mais aucune action ne fut prise. Le drapeau, figurant sur la couverture de ce numéro [du Flag Bulletin], n’apparaît pas avoir été illustré dans aucune source vexillologique[13]. »

La confusion viendrait d’un numéro du quotidien français Le Petit Journal, publié le à l’occasion de la visite du bey de Tunis en France, qui reproduit une illustration montrant ce drapeau utilisé alors que le bey visite l’Hôtel de ville de Paris[14]. Mais il n’est pas sûr que le journaliste ait assisté à la scène. Il aurait pu consulter une source montrant ce drapeau et le reproduire par erreur[15].

Union avec la Libye[modifier | modifier le code]

Drapeau prévu pour la « République arabe islamique » d’après la description figurant dans un ouvrage de Tahar Belkhodja[16]

Le projet d'union entre la Tunisie et la Libye, en 1973-1974, faillit mener à l’unification de la Tunisie et de la République arabe libyenne. À l’issue d'un entretien entre Habib Bourguiba et Mouammar Kadhafi, le ministre tunisien des Affaires étrangères Mohamed Masmoudi lit une déclaration commune :

« Les deux pays formeront une seule république, la République arabe islamique, dotée d’une seule Constitution, d’un seul drapeau, d’un seul président, d’une seule armée et des mêmes organes exécutif, législatif et judiciaire. Un référendum sera organisé le [17]. »

Mais, face aux oppositions qui se font jour aussi bien au sein du régime qu’à l’étranger, Bourguiba est contraint de faire marche arrière et d’abandonner le projet en prétextant l’inconstitutionnalité du référendum[18]. Le drapeau lui-même aurait repris les couleurs du drapeau de la Libye, flottant entre 1972 et 1977, mais le faucon présent au centre de ce même drapeau[19] aurait été remplacé par l’étoile et le croissant rouge tunisien, tel que le traité de l'union le décrit :

« Drapeau : l’étoile et le croissant tunisiens au milieu du blanc, puis le rouge et le noir[16]. »

Description[modifier | modifier le code]

Construction détaillée du drapeau avant 1999

Le drapeau tunisien est défini dans l’article 4 de la Constitution du 1er juin 1959 en ces termes :

« Le drapeau de la République tunisienne est rouge, il comporte, dans les conditions définies par la loi, en son milieu, un cercle blanc où figure une étoile à cinq branches entourée d’un croissant rouge[20]. »

La loi organique n°99-56 du , adoptée le 3 juillet[21] par la Chambre des députés, officialise pour la première fois le drapeau tunisien au niveau de la loi, précisant ainsi l’article 4 de la Constitution[22]. Celle-ci indique qu’il a la forme d’un rectangle de couleur rouge dont la largeur est égale aux deux-tiers de sa longueur[22]. Au milieu du drapeau est tracé un cercle blanc dont le diamètre est égal au tiers de la longueur du rectangle et dont le centre est situé sur le point d’intersection des diagonales du rectangle[22].

Construction détaillée d’après la loi de 1999

Dans le cercle est tracée une étoile rouge de cinq branches dont le centre est situé sur la médiane horizontale, à la droite du centre du cercle, et à une distance égale au trentième de la longueur du drapeau dans le sens opposé au côté attaché à la hampe[22].

Les extrémités des branches de l’étoile sont déterminées par un cercle imaginaire ayant pour centre celui de l’étoile, son diamètre étant égal à 15 % de la longueur du drapeau[22]. Les branches sont équidistantes, l’extrémité de l’une d’elles étant située sur la médiane horizontale du drapeau, à la gauche du centre du cercle[22]. L’étoile est entourée du côté de la hampe d’un croissant rouge constitué par l’intersection de deux arcs, un arc externe ayant pour centre celui du cercle, et dont le diamètre est égal au quart de la longueur du drapeau, et un arc interne ayant pour centre celui de l’étoile et dont le diamètre est égal au cinquième de la longueur du drapeau[22].

Par ailleurs, en haut du drapeau destiné au président de la République est inscrite en caractères dorés l’expression « pour la patrie »[22],[23] (للوطن). Le drapeau est attaché à une lance à pointe dorée sur laquelle sont gravés le cercle, l’étoile et le croissant et sur laquelle est fixé un lacet où figure un petit drapeau[22].

L’article 4 précise la présence d’un dossier technique comportant un modèle du drapeau, ses différentes mesures, la manière de le tracer ainsi que les spécifications techniques de sa couleur[22],[24]. Cette dernière peut être codifiée de la façon suivante[25] :

Construction Rouge Blanc
Pantone Inc. 186 Sans
Rouge vert bleu 206-17-38 255-255-255

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Pour l’ambassade de Tunisie en France, le fond rouge représente le sang des martyrs tombés durant la conquête par les Ottomans, en 1574, du territoire alors aux mains des Espagnols[9],[26]. Une autre interprétation donnée est que « le rouge du drapeau beylical propage la lumière sur tout le monde musulman »[27]. Le blanc symbolise la paix alors que le croissant représente l’unité de tous les musulmans et les branches de l’étoile les cinq piliers de l'islam[26].

Selon Ludvík Mucha[28], le cercle blanc situé au centre du drapeau représente le soleil. Le croissant rouge et l’étoile à cinq branches, deux anciens symboles de l’islam, s’inspirent du drapeau ottoman et figurent sur de nombreux drapeaux de pays islamiques. Le croissant de lune est, du point de vue d’un observateur arabe, censé apporter la chance. Quant à la couleur rouge, elle est devenue un symbole de la résistance contre la suprématie turque.

Protocole[modifier | modifier le code]

Drapeau hissé sur la kasbah de Tunis

Aujourd’hui, le drapeau tunisien est visible sur tous les bâtiments publics et militaires[26]. Il flotte aussi sur les sièges des organisations régionales et internationales ainsi que sur les bâtiments abritant les représentations diplomatiques de la Tunisie[26]. Le drapeau tunisien est déployé lors des commémorations nationales et les honneurs lui sont rendus selon un cérémonial bien précis[26]. Par ailleurs, depuis septembre 1989, le salut au drapeau national est obligatoire dans tous les établissements scolaires tunisiens publics comme privés[29].

Les jours où la parade du drapeau dans les bâtiments publics est rendue obligatoire par la loi sont les suivants :

Parade du drapeau
Date Nom Notes
14 janvier Fête de la Révolution et de la Jeunesse Renversement du président Zine el-Abidine Ben Ali durant la révolution (2011), jour férié
20 mars Fête de l’Indépendance Avènement de l’indépendance (1956), jour férié
9 avril Journée des Martyrs Répression de manifestations nationalistes par les troupes françaises (1938), jour férié
25 juillet Fête de la République Proclamation de la république (1957), jour férié
15 octobre Jour de l’Évacuation Départ des dernières troupes françaises de la base de Bizerte (1963), jour férié
Sources : Flags of the World[30]

L’article 129 du Code pénal punit l’outrage fait « publiquement, par paroles, écrits, gestes ou de toute autre manière » au drapeau tunisien — mais aussi aux drapeaux étrangers — d’un an d’emprisonnement[31].

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

Cocarde des équipements militaires tunisiens

Les couleurs du drapeau sont reprises dans d’autres symboles de la Tunisie comme le blason qui, à son sommet, comporte un cercle à bordure rouge dans lequel est inséré le croissant et l’étoile du drapeau. En outre, les équipements de l’armée tunisienne sont reconnues visuellement par la présence de la cocarde dans leur côté. De plus, certains partis politiques reprennent les couleurs du drapeau ou le drapeau lui-même, notamment le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti au pouvoir sous le président Zine el-Abidine Ben Ali et dissous après la révolution, dont le logo montrait quelques personnes brandissant le drapeau[32].

Par ailleurs, beaucoup de timbres postaux de la Poste tunisienne reprennent les motifs du drapeau[33] qui rayonne « avec éclat »[34] sur ces derniers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Couleurs de la Régence de Tunis durant la période ottomane », sur Flags of the World
  2. a, b, c, d et e (en) « Description de l’étendard du bey de Tunis », sur Flags of the World
  3. Driss Abbassi, Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance, éd. Karthala, Paris, 2005, p. 31 (ISBN 2845866402)
  4. a et b Whitney Smith, Flag Lore Of All Nations, éd. Millbrook Press, Kildare, 2001, p. 94 (ISBN 0761317538)
  5. (fr) Liste des drapeaux de l’Empire ottoman (Ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie)
  6. Mezri Bdira, Relations internationales et sous-développement : la Tunisie 1857-1864, éd. Almqvist & Wiksell international, Stockholm, 1978, p. 31 (ISBN 9155407714)
  7. Siobhán Ryan, Ultimate Pocket Flags of the World, éd. Dorling Kindersley Ltd., Londres, 1997 (ISBN 0751310794)
  8. (fr) Symbolique du drapeau tunisien (Saisons tunisiennes)
  9. a et b Collectif, Le Drapeau tunisien, éd. Alif, Tunis, 2006 (ISBN 9789973222107)
  10. (ar) Symboles de la république (Rassemblement constitutionnel démocratique)
  11. Whitney Smith, « Flags in the news », The Flag Bulletin, n°195, 2000, p. 187
  12. Henri Hugon, Les emblèmes des beys de Tunis, éd. Ernest Leroux, Paris, 1913, p. 61
  13. Whitney Smith, « Cover picture », The Flag Bulletin, n°195, 2000, p. 197
  14. (fr) Numéro 714 du Petit Journal paru le 24 juillet 1904 et montrant les drapeaux tunisiens à canton tricolore
  15. (en) « Drapeau tunisien durant l’administration française », sur Flags of the World
  16. a et b Tahar Belkhodja, Les trois décennies Bourguiba. Témoignage, éd. Publisud, Paris, 1998, p. 168
  17. Tahar Belkhodja, op. cit., p. 142 (ISBN 2866007875)
  18. Mohamed Tétémadi Bangoura, Violence politique et conflits en Afrique. Le cas du Tchad, éd. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 230 (ISBN 2296000797)
  19. Représentation du drapeau libyen existant de 1972 à 1977
  20. (fr) Article 4 de la Constitution tunisienne de 1959 (Jurisite Tunisie)
  21. (en) « Description du drapeau de la Tunisie », sur Flags of the World
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr) [PDF] Loi du 30 juin 1999 relative au drapeau de la République tunisienne, Journal officiel de la République tunisienne, 6 juillet 1999
  23. (en) « Drapeau du président et chef suprême des forces armées », sur Flags of the World
  24. (fr) Vidéo du tracé du drapeau de la Tunisie par les éditions Alif
  25. (en) Drapeau de la Tunisie (Vexilla Mundi)
  26. a, b, c, d et e (fr) Drapeau de la République tunisienne (Ambassade de Tunisie en France)
  27. Chantal Lambrechts, Line Karoubi, Jacques Florent et Emmanuelle Bauquis, L’encyclopédie nomade 2006, éd. Larousse, Paris, p. 707 (ISBN 9782035826732)
  28. Ludvík Mucha, Webster’s Concise Encyclopedia of Flags & Coats of Arms, éd. Crescent Books, New York, 1985 (ISBN 0517499517)
  29. (fr) Badreddine Ben Henda, « Quelle part du sacré ; quelle part du sacrilège ? », Le Temps, 18 octobre 2008
  30. (en) « Jours du drapeau dans le monde », sur Flags of the World
  31. (fr) Article 129 du Code pénal (Jurisite Tunisie)
  32. [image] Logo du RCD comme exemple de l’utilisation du drapeau par les partis politiques
  33. (fr) Exemple : timbre n°1634 de Rim Zayani Afif émis le 29 mars 2001 (Poste tunisienne)
  34. Bernard Hours, Cyril Le Tallec et Monique Sélim, Solidarités et compétences, idéologies et pratiques, éd. L’Harmattan, Paris, 2003, p. 51 (ISBN 2747548368)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Charles Lux-Wurm, Les drapeaux de l’islam : de Mahomet à nos jours, éd. Buchet-Chastel, Paris, 2001 (ISBN 9782283018132)
  • Collectif, Le Drapeau tunisien, éd. Alif, Tunis, 2006 (ISBN 9789973222107)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 mai 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.