La Morsure (film, 1927)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Show et La Morsure (film, 1989).
La Morsure
Description de l'image The Show (1927 film).jpg.
Titre original The Show
Réalisation Tod Browning
Scénario Waldemar Young
(d'après le roman The Day of Souls de Charles Tenny Jackson)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Mélodrame - Muet
Durée 66 minutes
Sortie 1927

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Morsure (The Show) est un film américain réalisé par Tod Browning, sorti en 1927.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cock Robin, acteur très imbu de sa personne, joue Saint Jean-Baptiste au théâtre, lors du Carnaval de Budapest. La jeune fille interprétant Salomé tombe amoureuse de lui. Mais Robin s'intéresse à Lena car son père est riche. « Le Grec », un dangereux individu, a lui aussi des vues sur ce magot et envisage de tuer l'acteur qui le gêne...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Lors d'une diffusion télévisée en 1995, Gérard Camy écrivait dans Télérama :

« Il faudra bien un jour que Tod Browning ait la place qu'il mérite dans les histoires du cinéma. Passionnante, la carrière du cinéaste ne s'arrête pas au célèbre La Monstrueuse Parade. Son goût pour l'étrange et le fantastique apparaît déjà dans La Morsure avec l'impressionnante scène de la décapitation de Jean-Baptiste, filmée dans un magnifique jeu d'ombres et de lumières. Parabole sur le Bien et le Mal, ce mélodrame haletant mêle habilement l'action de la pièce de théâtre au drame qui se joue entre les acteurs. John Gilbert, en séducteur vaniteux et sans morale, Lionel Barrymore, inquiétant et sadique[1], et Renée Adorée, accablée mais habitée par la grâce, sont tout à fait convaincants, à condition d'accepter de prendre un peu de distance avec le jeu souvent emphatique imposé par le muet. »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lionel Barrymore retrouvera Tod Browning en 1936 avec Les Poupées du diable (The Devil-Doll), dans un rôle tout aussi inquiétant.