Dompaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dompaire
Dompaire
Hôtel de ville.
Blason de Dompaire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes de Mirecourt Dompaire
Maire
Mandat
Philippe Ferratier
2020-2026
Code postal 88270
Code commune 88151
Démographie
Gentilé Dompairois, Dompairoises
Population
municipale
1 108 hab. (2019 en diminution de 2,72 % par rapport à 2013)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 21″ nord, 6° 13′ 23″ est
Altitude 304 m
Min. 278 m
Max. 387 m
Superficie 16,63 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Épinal
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Darney
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Dompaire
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Dompaire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dompaire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dompaire
Liens
Site web https://www.dompaire.fr/

Dompaire est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Dompairois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation dans le département.
Situation géographique de Dompaire.
Légende

L'agglomération est entièrement située à l'est du territoire de la commune, se prolongeant continûment[précision nécessaire] par Madonne-et-Lamerey.

Les trois hameaux excentrés de l'ancienne commune de Laviéville-et-Naglaincourt ont été rattachés à Dompaire en 1836. Laviéville et Naglaincourt sont situés au nord-ouest de Dompaire, Craincourt au sud-ouest (ce dernier hameau n'existe plus[1]).

Accès[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes situées à proximité de Dompaire sont Madonne-et-Lamerey, Damas-et-Bettegney, Bouzemont, Bazegney, Racécourt et Ville-sur-Illon.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Dompaire forme un carrefour de communication important entre l'est vosgien et l'ouest vosgien.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Dompaire est traversé par deux lignes de car interurbains. La ligne Fluo Grand Est numéro 10 en remplacement du train entre Epinal et Neufchâteau passant par Mirecourt, et la ligne Fluo Grand Est numéro 9 entre Contrexéville et Epinal en passant par Vittel.

Voies routières[modifier | modifier le code]

Dompaire est relié aux villes vosgiennes importantes et à l'A31. En effet, dans le sens est-ouest, la commune divise la RD166 provenant d'Epinal en deux routes départemantales. L'une en direction de Mirecourt/Neufchâteau, le prolongement de la RD166. L'autre en direction de Vittel/Contrexéville puis de l'A31 à Bulgnéville via la RD165.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la ruisseau la Gitte, le ruisseau le Robert, le ruisseau de Chenimont et le ruisseau de Girfontaine[2],[Carte 1].

La Gitte, d'une longueur totale de 22,2 km, prend sa source dans la commune de Harol et se jette dans le Madon à Velotte-et-Tatignécourt, après avoir traversé neuf communes[3].

Le Robert, d'une longueur totale de 11,2 km, prend sa source dans la commune de Circourt et se jette dans le ruisseau de la Gitte à Racécourt, en limite avec le territoire communal, après avoir traversé six communes[4].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Dompaire.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Nappe des Grès du Trias Inférieur ». Ce document de planification, dont le territoire comprend le périmètre de la zone de répartition des eaux[Note 1] de la nappe des Grès du trias inférieur (GTI), d'une superficie de 1 497 km2, est en cours d'élaboration. L’objectif poursuivi est de stabiliser les niveaux piézométriques de la nappe des GTI et atteindre l'équilibre entre les prélèvements et la capacité de recharge de la nappe. Il doit être cohérent avec les objectifs de qualité définis dans les SDAGE Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée. La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le conseil départemental des Vosges[5].

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dompaire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Épinal, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (60,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (34,3 %), terres arables (32,1 %), prairies (27,4 %), zones urbanisées (5,8 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dompaire appartient à l'abbaye Saint-Pierre de Senones avant l'an 1111, grâce à une donation des lieux par dame Cunégonde en 1103[13]. L'évêque de Metz, Étienne de Bar, en 1124, confirme un droit de foire et de marché.

Au Moyen Âge, Dompaire était une ville fortifiée et s'appelait Dompaire-le-Château[14],[15]. Elle fut anéantie par Charles le Téméraire en 1475 et ne se releva jamais complètement de ses ruines. Le duc de Lorraine et les chanoinesses de Remiremont se partageaient la haute, moyenne et basse justice.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le canton de Dompaire est constitué dès 1790 ; il est alors inclus dans le district de Mirecourt. En 1836, Dompaire absorbe la commune de Lavieville-et-Naglaincourt.

Bataille de Dompaire[modifier | modifier le code]

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Monument commémoratif de la bataille de Dompaire.

La bataille de Dompaire[16],[17],[18] est une bataille de chars de combat qui eut lieu durant la bataille des Vosges du au .

Le village de Dompaire et les villages avoisinants de Lamerey et de Ville-sur-Illon furent le théâtre d'un affrontement entre le Régiment blindé de fusiliers-marins de la 2e division blindée, appuyé par des chasseurs-bombardiers P-47 Thunderbolt américains et une brigade blindée allemande, la 112e Panzerbrigade[19].

Le , le général Hasso von Manteuffel, commandant de la 5e Panzerarmee envoie la 112e Panzerbrigade, forte de 45 chars moyens Panther, 46 chars moyens Pz IV, 8 chars anti-aériens Flakpanzer IV et 10 canons d'assaut StuG, à travers la vallée de la Gitte afin de bloquer la progression de la 3e armée du général George Patton.

Alors qu’ils approchent de Dompaire, le , les colonnes de chars Sherman et les chasseurs de chars M10 des groupements Massu et Mijonnet du régiment blindé de fusiliers-marins (RBFM) sont accrochées par les chars allemands stationnés dans le village. Pendant la première partie de la bataille, avec l’aide déterminante de l’aviation américaine (avion Thunderbolt), les troupes françaises détruiront 53 chars allemands sur les 90 engagés. La deuxième partie de la bataille opposa 45 chars allemands venant de Darney en renfort. Les troupes françaises et américaines détruiront 16 chars allemands. Un avion américain est abattu.

Paul Girot de Langlade aurait mené le régiment qui aurait détruit 41 des 45 Panther[réf. nécessaire] qu'il trouva les et .

Malgré la supériorité technique des chars allemands, la 112e Panzerbrigade perd plus de la moitié de ses chars, dont 59 Panther. Elle dut se replier et « disparut de l'ordre de bataille de l'armée allemande ».

Commémoration[modifier | modifier le code]

Pour commémorer cette victoire, la Marine nationale française a donné le nom de Dompaire à un dragueur de mines (M616) reconverti en chasseur de mines. Par ailleurs les chars Corse et Champagne sont respectivement exposés à Lamerey et à Ville-sur-Illon.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 1995 Pierre Girot (1921-2002)   Directeur de collège
1995 mars 2001 François Bazard (1931-2015) RPR-UMP Chef d'entreprise retraité, conseiller général du canton de Dompaire (1998-2011)
Ancien maire de Madonne-et-Lamerey (1971-1977)
mars 2001 juin 2018 Gérard Morel (°1948) DVD Chef d'entreprise retraité, démissionnaire
juin 2018 En cours
(au 30 juin 2022)
Philippe Ferratier (°1953) DVD Agent d'affaires retraité

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[20] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 086 000 , soit 954  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 872 000 , soit 766  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 951 000 , soit 835  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 2 255 000 , soit 1 980  par habitant ;
  • endettement : 2 316 000 , soit 2 033  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taux d’imposition taxe d’habitation : 23,42 % ;
  • taxe foncière sur propriétés bâties : 15,66 % ;
  • taxe foncière sur propriétés non bâties : 48 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2019, la commune comptait 1 108 habitants[Note 4], en diminution de 2,72 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
5896267418339301 4611 5951 6421 405
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 4141 4281 3371 3681 3351 2571 1711 1061 059
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 0751 0589269429209279741 007974
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
8869068819079199679981 0761 152
2019 - - - - - - - -
1 108--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Dompaire rassemble les élèves d'une dizaine de communes aux alentours, de la maternelle au collège. L'école élémentaire de Dompaire, rassemble environ 160 élèves issus des communes alentour qui n'ont pas d'école ou qui ne sont pas en RPI.

Le collège Michel de Montaigne quant à lui rassemble environ 400 élèves de toutes les communes de l'ancien canton de Dompaire. Le collège tire son nom, d'un passage probable de Michel de Montaigne dans la commune en 1580. Pour la poursuite de leurs études, les élèves vont au lycée Jean Baptiste Vuillaume de Mirecourt ou autre lycée sur dérogation.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le weekend se rapprochant du 12 septembre, se tiennent les commémorations de l'anniversaire de la bataille de Dompaire.Ces commémorations sont organisés par l'Association pour le souvenir de la bataille de Dompaire en collaboration avec les communes du secteur de Dompaire impactées par cette bataille. La cérémonie principale se déroule en principe au Monument Leclerc à Madonne et Lamerey ou au Char Champagne à Ville sur Illon.

Tous les derniers dimanche de septembre se tient la Foire à la gaufre et son vide grenier organisé par l'Association Sportive du Canton de Dompaire.

En général, le premier dimanche de septembre une fête patronale est organisé par les communes de Dompaire et Madonne et Lamerey. Il se tient le même jour tout les 4 ans la porte ouverte des Sapeurs Pompiers des Dompaire et les autres années une randonnée pédestre autour de Dompaire. Ces événements sont organisés par l'Amicale des Sapeurs Pompiers de Dompaire, ainsi que le bal populaire du 14 juillet, le 13 juillet.

D'autres événements tel que des concerts organisés par la Musique Municipale de Dompaire/Lamerey tiennent lieu durant l'année à Dompaire ou dans ses environs. Les associations de la commune font aussi d'autre événements, marché de Noël, défilé de Saint-Nicolas, kermesse...

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Culte catholique[25]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La chapelle de l'ermitage Notre-Dame-de-la-Consolation.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste de Laviéville. Petite église romane édifiée à la fin du XIIe siècle classée au titre des monuments historiques par arrêté du [26] et dont la cloche, classée au titre d'objet par arrêté du , date de 1675[27].
  • Église Saint-Nicolas, avec son orgue[28],[29]provenant de Rambervillers, construit par Jean-Baptiste Jeanpierre en 1821.
  • Ermitage Saint-Ferréol et Saint-Ferjeux (ou ermitage de Notre-Dame-de-Consolation), fondé en 1682 par Urbain Perrin, habité par le frère Euloge[30].
  • Croix monumentale datant de 1522 inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [31].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Mairie.
  • Maison de la communauté de communes du secteur de Dompaire.
  • Monument aux morts[32].

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur, à deux canons montés et meublés d'or, mis en sautoir, à la tour d'argent maçonnée de sable, brochant sur-le-tout et terrassée de sinople.
Commentaires : Le blason rappelle le château de la ville fortifiée. La commune lui a ajouté comme ornements extérieurs une couronne de marquis et comme tenants, deux lions à la tête contournée ; attributs purement décoratifs car Dompaire n'a jamais été érigée en marquisat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel de Montaigne a-t-il réellement passé une nuit à Dompaire lors de son périple en 1580 ? Venant de Neufchâteau où la peste avait sévi, il n'a pu faire étape à Épinal… Il n'en reste pas moins que le collège local a été baptisé du nom du célèbre moraliste[33],[34],[35].
  • Marie Lucien Félix André[36] président, en 1889, de la commission chargée de la surveillance de la fabrication des timbres-poste.
  • Nicolas Antoine, ex-curé de Dompaire, réfractaire. Condamné le 24 germinal an II par le tribunal révolutionnaire des Vosges, exécuté à Mirecourt[37].
  • Joseph-François Mangin (1758-1818?), avocat et colon de Saint Domingue, ayant fui aux États-Unis après la révolte de esclaves de 1791. Il s'installera à New-York en 1794 ou il deviendra géomètre puis architecte militaire et civil. Il est notamment connu pour être le dessinateur de l'actuel hôtel de ville de New York.
  • Victor Vautré (1770-1849) officier de la Révolution française et du Premier Empire né à Dompaire, mort à Paris. Il combattit notamment lors de la bataille d'Austerlitz (1804), à Heilsberg (1807) et dans le Tyrol (1809). Nommé baron et promu général de brigade lors de la Restauration en 1816, il devint ultérieurement inspecteur de l'infanterie.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 421 : Dompaire
  • Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France, Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Éditions Publitotal, , 495 p.
    Dompaire p. 456 et arte n° 5 des Vosges, B.38.688.87
  • Maja Destrem, L'Aventure de Leclerc, Paris, Librairie Arthème Fayard, , 443 p. (ISBN 2-213-01419-1) (rééd. 1997).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • La libération des Vosges racontée par ceux qui l'ont vécue, Automne 44 – Hiver 45, Les Cahiers de la Liberté de l'Est, , 112 p.
    Le rôle de la Résistance : La bataille de Dompaire, p. 10-11
  • Leroy, Thibaud (2020). Joseph François Mangin, l'homme qui imagina Manhattan. (ISBN 978-2-8399-2714-7), (ASIN B081K5C76X).
  • Église Saint-Jean-Baptiste de Laviéville

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une zone de répartition des eaux est une zone comprenant les bassins, sous-bassins, fractions de sous-bassins hydrographiques et systèmes aquifères définis dans le décret du 29 avril 1994, où sont constatées une insuffisance, autre qu'exceptionnelle des ressources par rapport aux besoins.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Dompaire » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le hameau de Craincourt est visible sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle) mais disparaît de la carte d’État-Major (XIXe siècle).
  2. « Fiche communale de Dompaire », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  3. Sandre, « la ruisseau la Gitte »
  4. Sandre, « le ruisseau le Robert »
  5. « SAGE Nappe des Grès du Trias Inférieur », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Épinal », sur insee.fr (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Dompaire appartient à l'Abbaye Saint-Pierre de Senones avant l'an 1111 (sources).
  14. Généalogie Dompaire.
  15. Dompaire, par l'Union des cercles généalogiques lorrains.
  16. Bataille de Dompaire - septembre 1944 - Témoignage.
  17. Bataille de Dompaire, par le lieutenant Baillou.
  18. Dominique Lormier, Les Grandes affaires de la Libération 1944/1945, Paris 7ème, Alisio, , 350 p. (ISBN 978-2-37935-021-4), p180.
  19. Maja Destrem 1984, pp.[réf. à confirmer].
  20. Les comptes de la commune de Neufchâteau « Copie archivée » (version du 19 avril 2019 sur l'Internet Archive).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. Paroisse La Croix de Virine.
  26. « Eglise de la Viéville », notice no PA00107136, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Cloche de l'église Saint-Jean-Baptiste », notice no PM88000279, base Palissy, ministère français de la Culture.
  28. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues de Lorraine : Vosges., Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 978-2-87692-093-4, LCCN 92160476)
    Présentation de l'orgue de la commune : pages 243 à 247
    .
  29. Site sur les orgues du Département des Vosges : Page sur l'Orgue Saint Nicolas de l'église de Dompaire.
  30. L'ermitage de Notre Dame de la Consolation de Laviéville-Dompaire.
  31. « Croix monumentale », notice no PA00107135, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. Le monument aux morts.
  33. Journal du voyage de Michel de Montagne en Italie, par la Suisse & l’Allemagne en 1580 & 1581].
  34. Michel de Montaigne, Journal de voyage.
  35. Journal de voyage Michel de Montaigne (1533-1592).
  36. Marie Lucien Félix André, Dictionnaire biographique des Vosges, Henri Jouve.
  37. Les décapités vosgiens de la Révolution.