Gelvécourt-et-Adompt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gelvécourt-et-Adompt
L'église Saint-Martin à Adompt
L'église Saint-Martin à Adompt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Darney
Intercommunalité Communauté de communes du Secteur de Dompaire
Maire
Mandat
Roger Jeanmaire
2014-2020
Code postal 88270
Code commune 88192
Démographie
Population
municipale
94 hab. (2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 03″ N 6° 10′ 03″ E / 48.2008333333, 6.167548° 12′ 03″ Nord 6° 10′ 03″ Est / 48.2008333333, 6.1675
Altitude 310 m (min. : 289 m) (max. : 381 m)
Superficie 3,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gelvécourt-et-Adompt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gelvécourt-et-Adompt

Gelvécourt-et-Adompt est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est formée de la réunion de deux petits hameaux traversés par l'Illon, un affluent du Madon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les deux hameaux, Gelvécourt et Adompt, ont connu des parcours parfois différents jusqu'à leur fusion entre 1791 et 1794.

Adompt, Adonis Domus, dont le nom est rappelé dans un titre de 1305, est mentionné à plusieurs reprises dans des textes anciens. Le ban d’Adompt, bailliage de Darney, s’étendait sur Gelvécourt et Begnécourt. L’église paroissiale située à Adompt remonte au XIIe siècle et est dédiée à saint Martin.

Gelvécourt, parfois écrit Gélucourt, dépendait du marquisat de Ville-sur-Illon.

De 1790 à l’an IX, Gelvécourt et Adompt fit partie du canton de Valfroicourt.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison forte.
  • Église Saint-Martin à Adompt, classée monument historique par arrêté du 3 mars 1926. L'orgue de tribune a été réalisé par Henri Didier et agrandi par Joseph Voegtlé[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 2001 en cours
(au 18 février 2015)
Roger Jeanmaire    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 94 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
144 177 180 201 226 246 266 267 258
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
251 255 241 239 207 183 182 148 150
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
160 141 129 130 135 118 121 111 105
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012 -
86 77 84 88 89 87 85 94 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Antoine Maudru, né le à Adompt, mort le à Belleville (ancienne commune de la Seine), prélat français, curé d'Aydoilles, puis évêque de Saint-Dié.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal,‎ 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 506 : Gelvvécourt-et-Adompt

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 305 à 306
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.