Death Row Records

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Death Row.
Death Row Records
Filiale WIDEawake
Fondation 1991, 2009 (avec Black Kapital Records)
Disparition 2006, 2012
Fondateur Suge Knight, Dr. Dre, Dick Griffey
Maison de disques Interscope Records (1992–1999), Priority Records (1992–1995), E1 Music (1999–2005)
Genre Hip-hop, gangsta rap, G-funk, rap West Coast, rap hardcore, new jack swing, RnB
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Siège Los Angeles, Californie
Site web www.deathrowmusic.com

Death Row Records est un label discographique américain, situé à Los Angeles, en Californie. Il est fondé en 1991 par Suge Knight, Dr. Dre et Dick Griffey, sous la tutelle de la maison de disques Interscope de Jimmy Iovine. Death Row devient le label phare du gangsta rap des années 1990. Il comptait notamment trois artistes de renom : 2Pac, Snoop Doggy Dogg et Dr. Dre, ainsi que d'autres rappeurs tels que Kurupt, Daz Dillinger, Nate Dogg ou The Lady of Rage. Le label était aussi très connu pour sa rivalité qui l'opposait au label Bad Boy Records.

Death Row Records compte plus de 50 millions d'albums écoulés qui ont rapporté près de 750 millions $[1]. La société met la clé sous la porte en 2006, et est rachetée en janvier 2009 par WIDEawake Entertainment Group, Inc. pour 18 millions $[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, le producteur Andre « Dr. Dre » Young devient membre du groupe gangsta rap N.W.A, signé chez Ruthless Records d'Eric « Eazy-E » Wright. À la tête de la production du label, Dre produit un grand nombre de projets pour Ruthless ; sentant la pression monter du fait qu'il doive produire pour de nombreux groupes et artistes, Dre commence à se brouiller avec Ruthless[4]. Après le départ d'Ice Cube à cause de divergences financières avec le manager Jerry Heller[5], le rappeur et ami The D.O.C. engage un avocat. Convaincu de la mauvaise foi de Heller, ils s'associent avec Young pour la formation d'un label, loin de Heller et d'Eazy-E[6]. En employant la manière forte, Knight réussit à obtenir un contrat d'Eazy pour The D.O.C., Dr. Dre et la chanteuse Michel'le[7].

Knight fait la rencontre du rappeur Robert « Vanilla Ice » Van Winkle, grâce à Mario « Chocolate » Johnson, qui aurait, selon Knight, produit la chanson Ice Ice Baby, mais qui n'aurait rien reçu en retour[8]. Après s'être concerté avec Alex Roberts, Knight et deux de ses gardes du corps entrent au restaurant The Palm, situé à l'ouest de Hollywood, à Los Angeles, où Van Winkle mangeait. Après avoir repoussé les gardes du corps de Van Winkle, Knight et ses gardes du corps s'asseyent devant Van Winkle, le fixant un moment avant de lui demander « Comment ça va ? »[8]. Des incidents similaires se répètent à de multiples occasions. Selon Van Winkle, Knight était rentré dans sa chambre d'hôtel aux côtés de Johnson, où Knight l'aurait emmené sur le balcon et l'aurait menacé de le jeter par dessus s'il n'attribuais pas les droits de la chanson à Knight ; l'argent de Van Winkle aidera à la fondation de Death Row Records[8]. Dans le même temps, Death Row Records est situé à l'intersection de Wilshire Blvd. et San Vicente Blvd[9]. Knight a souvent été aperçu rôdant chez Alex Roberts à Malibu. Knight rencontrera Michael « Harry-O » Harris, un homme d'affaires emprisonné pour possession illégale de drogues et tentative de meurtre. Harry-O lance Godfather Entertainment, une société mère du nouveau Death Row Records[10].

The Chronic et Doggystyle[modifier | modifier le code]

Avec l'aide de Kenner, Knight signe plusieurs jeunes artistes californiens chez Death Row pour la bande-son du film Deep Cover de Laurence Fishburne/Jeff Goldblum (1992). Le single, Deep Cover, popularise Dre en tant qu'artiste solo et un jeune Snoop « Doggy » Dogg devient son protégé. Les enregistrements pour The Chronic, le premier album solo de Dre, débutent par la suite. L'album compte trois millions d'exemplaires vendus[11] popularisant ainsi le rap west coast et le style distinct du G-funk[12].

Après son succès solo, Dre se lance dans le premier album de Snoop Dogg, Doggystyle ; le projet prend deux ans à être enregistré. Le premier album de Snoop est finalement publié en 1993 à la demande générale. Bien que non-achevé[13], il surpasse The Chronic en matière de ventes, est certifié quadruple disque de platine[14] et est généralement bien accueilli par la presse spécialisée[15]. Peu après la publication de l'album, une polémique commence à entourer le label ; Snoop est accusé de meurtre[16].

Implication et départ de MC Hammer[modifier | modifier le code]

Les relations de Suge Knight avec MC Hammer (Stanley Kirk Burrell) sont retracées depuis 1988. Avec le succès de l'album, The Funky Headhunter (en featuring Tha Dogg Pound) de Hammer publié en 1994, Hammer signe avec Death Row Records en 1995, en même temps que Snoop Dogg et son ami, Tupac[17]. Le label ne publie pas l'album Too Tight de Hammer, bien qu'il ait publié certaines versions de ses chansons sur son prochain album[18],[19]. Cependant, Hammer enregistrera avec d'autres artistes comme Shakur, et particulièrement la chanson Too Late Playa (avec Big Daddy Kane et Danny Boy)[20],[21]. Après la mort de Shakur en 1996, Hammer quitte le label[22]. Il explique avoir quitté le label, lors d'un entretien avec Trinity Broadcasting Network car il était avec Tupac la nuit de son décès[23].

Poursuites judiciaires et dépôt de bilan[modifier | modifier le code]

En 1994, le label californien sort la bande originale de Murder Was the Case, un court métrage réalisé par Dr. Dre. En 1995, Tha Dogg Pound (groupe composé de Kurupt et Daz Dillinger) sort Dogg Food. Suge Knight accepte de payer la caution libératoire de Tupac Shakur, afin de le faire signer chez Death Row. All Eyez On Me sort en 1996, et devient 15 fois disque de platine. Death Row est alors le label le plus puissant du pays. Sur la côte Est, le label Bad Boy Records entre en guerre avec celui de la côte Ouest, 2Pac et Suge Knight contre Puff Daddy et The Notorious B.I.G.. Le premier à quitter Death Row Records est son créateur Dr. Dre, suivi de 2Pac, assassiné en 1996, puis du cofondateur du label, Suge Knight, envoyé en prison l'année suivante. Kurupt (1997), Nate Dogg (1997), Snoop Dogg (1998) et bien d'autres les imitent peu de temps après.

Le label est poursuivi de nombreuses fois en justice pour des problèmes de gestion. Beaucoup ont suspecté le label d'avoir été créé grâce à des fonds issus du trafic de drogue. Death Row Records a menacé d'anéantir des labels comme Interscope Records ou encore Atlantic Records. Le label a marqué les années 1990 et également toute l'industrie américaine du disque. L'histoire du label est également retracée dans le film documentaire Welcome to Death Row sorti en 2001, dans lequel on peut retrouver des vidéos, des images d'archive des faits marquants du label et aussi des interviews de journalistes, des personnes ayant travaillé dans le label (ancien personnel de Death Row et également des rappeurs comme Dr. Dre, Snoop Dogg, Master P et bien d'autres). Suge knight est également présent dans ce documentaire. Malgré la rivalité entre la West Coast et la East Coast, Suge Knight avait projeté d'ouvrir une filiale du label à New York appelée Death Row East. Eric B devait diriger cette filiale et Tupac avait même souhaité que les rappeurs du Wu-Tang Clan et Kool G Rap les rejoignent. Mais ce projet n'a jamais vu le jour.

Death Row Records dépose le bilan en 2006.

De l'acquisition de WIDEawake à eOne[modifier | modifier le code]

Le 15 janvier 2009, Death Row Records est racheté par la société WIDEawake Entertainment Group, Inc. pour 18 millions $. Le 25 janvier 2009, des enchères de tout ce qui se trouvait dans les bureaux de Death Row Records avant son dépôt de bilan sont effectuées. La chaise électrique de Death Row Records s'est vendue à $ 2500[24]. Depuis le rachat, la société continue la vente d'archives acquises lors des ventes aux enchères. La société vend des chansons non enregistrées de Snoop Dogg, Kurupt, Danny Boy, Crooked I, Sam Sneed, LBC Crew et O.F.T.B.

The Chronic Re-Lit est publié le . L'album contient les chansons originales de The Chronic et sept chansons bonus de Snoop Doggy Dogg, CPO, Kurupt, et Jewell, notamment[25],[26]. Snoop Doggy Dogg – Death Row The Lost Sessions Vol 1 est publié le 13 octobre 2009 et contient 15 chansons inédites dont 4 produites par Dr. Dre[27]. Death Row The Ultimate Collection est publié le 24 novembre la même année, en coffret 3 CD[28].

En 2012, New Solutions Financial Corp., une société canadienne propriétaire de WIDEawake Death Row, dépose le bilan et vend le label et son catalogue. La fermture du contrat est prévue le 18 décembre[29]. En 2013, Entertainment One rachète les droits du catalogue de Death Row Records. Le groupe investira £175 millions dans les droits et programmes télévisés dans l'année (2012: £135,8 millions) et £4.2 million (6 millions $) pour acheter le catalogue iconique de Death Row Records[30].

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2Pac : Until the End of Time (2001)
  • Snoop Doggy Dogg : Greatest Hits (2001)
  • 2Pac : Better Dayz (2002)
  • Bande originale : Dysfunktional Family (2003)
  • Compilation : Death Row Greatest Hits Volume Two (2003)
  • 2Pac : Nu-Mixx Klazzics (2003)
  • 2Pac : 2Pac Live (2004)
  • Kurupt : Against the Grain (2005)
  • 2Pac : Nu-Mixx Klazzics Vol. 2 (Evolution: Duets and Remixes) (2007)
  • Compilation: The Death Row Singles Collection
  • Dr. Dre : The Chronic Re:Lit (2009)
  • Snoop Dogg : The Lost Sessions Vol. 1 (2009)
  • Compilation : Ultimate Death Row Box Set (2009)
  • Danny Boy : It's About Time (2010)
  • Crooked I : Hood Star(2010)
  • Sam Sneed : Street Scholars (2011)
  • LBC Crew : Haven't You Heard... (2011)
  • O.F.T.B. : Damn Near Dead (2011)
  • Jewell : My Blood, My Sweat & My Tears (2011)
  • Jewell : Black Diamond (2011)
  • Compilation : 20 to Life: Rare & Dangerous Vol.1 (2012)
  • Tha Dogg Pound : Doggy Bag (2012)
  • Compilation : 20 to Life: Rare & Dangerous Vol.2 (2012)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Warner To Acquire Death Row Records? », HipHopDX (consulté le 30 juillet 2015).
  2. (en) « Tha Row Records - Company Profile, Information, Business Description, History, Background Information on Tha Row Records », referenceforbusiness.com.
  3. (en) HipHopDX, « Warner To Acquire Death Row Records? », HipHopDX,‎ .
  4. (en) Ruthless (Heller/Reavill, 2007) (ISBN 1-4169-1794-2).
  5. (en) Ice Cube: Attitude (McIver, 2002) (ISBN 1-86074-428-1).
  6. (en) « Murderdog.com archives » (version du 24 août 2006 sur l'Internet Archive).
  7. (en) « Erotic D Interview- Part 1 (June 2008) » (consulté le 7 août 2013).
  8. a, b et c (en) Randall Sullivan, LAbyrinth: A Detective Investigates the Murders of Tupac Shakur and Notorious B.I.G., the Implication of Death Row Records' Suge Knight, and the Origins of the Los Angeles Police Scandal, Grove Press, (ISBN 0-8021-3971-X), p. 56.
  9. (en) Blair R. Fischer, « To The Extreme and Back », Rolling Stone,‎ (consulté le 14 novembre 2008).
  10. (en) scottgrib, « Welcome to Death Row (Video 2001) », IMDb,‎
  11. (en) Recording Industry Association of America. RIAA, (consulté le 11 juillet 2011).
  12. (en) Jon Pareles (14 novembre 1999). Music; Still Tough, Still Authentic. Still Relevant?. The New York Times, (consulté le 18 mars 2008).
  13. (en) Rollin' With Dre: The Unauthorized Account: An Insider's Tale of the Rise, Fall, and Rebirth of West Coast Hip Hop (Williams/Alexander, 2008) (ISBN 0-345-49822-4).
  14. (en) Recording Industry Association of America. RIAA, (consulté le 11 juillet 2011).
  15. (en) http://www.allmusic.com/album/r185654.
  16. (en) Snoop Doggy Dogg Trial: 1995–96 – A Rising Rap Star, Murder Was The Charge, Jury Frees Snoop Dogg, Suggestions For Further Reading. Law.jrank.org, (consulté le 11 juillet 2011).
  17. (en) « MC Hammer Interview - part 1 », daveyd.com,‎ (consulté le 20 mars 2009).
  18. (en) « MC Hammer », MTV
  19. (en) « MC Hammer », MTV
  20. (en) « 2pac Too Late Playa Feat Mc Hammer, Big Daddy Kane, Nutt-so Danny Boy », Wn.com (consulté le 10 mai 2011).
  21. (en) Omar Burgess, « Death Row Records: The Pardon | Rappers Talk Hip Hop Beef & Old School Hip Hop », HipHopDX,‎ (consulté le 10 mai 2011).
  22. (en) « MC Hammer Interview - part 2 », daveyd.com,‎ (consulté le 20 mars 2009)
  23. (en) « What had happened was MC Hammer », vibe.com,‎ .
  24. (en) « Electric chair is hot item at Death Row Records auction », The Orange County Register.
  25. (en) Tracklist, sur Discogs, (consulté le 19 septembre 2009).
  26. (en) Dr. Dre's Chronic Get Expanded Re-Release. MTV, (consulté le 19 septembre 2009).
  27. (en) Snoop Dogg – Death Row: The Lost Sessions Volume 1 | Read Hip Hop Reviews, Rap Reviews & Hip Hop Album Reviews. HipHopDX, 13 octobre 2009, (consulté le 25 mars 2011).
  28. (en) Death Row Records To Release Box Set Including Work From Tupac, Snoop Dogg & Dr. Dre. Keepittrill, (consulté le 19 septembre 2009).
  29. (en) HipHopDX, « WIDEawake Death Row Records Reportedly Being Sold In Wake Of Parent Company's Bankruptcy », HipHopDX,‎ .
  30. (en) « Results Announcement », ft.com.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Have Gun Will Travel : The Spectacular Rise and Violent Fall of Death Row Records, Ronin Ro, Doubleday, 1998, 384 pages, (ISBN 0-385-49134-4)
  • (en) Labyrinth: A Detective Investigates the Murders of Tupac Shakur and Notorious B.I.G., the Implications of Death Row Records' Suge by Randall Sullivan, Atlantic Monthly Press, 2 avril 2002, 384 pages, (ISBN 0-87113-838-7)
  • (en) The Killing of Tupac Shakur, de Cathy Scott, Huntington Press, 2002 (2nd ed), 235 pages, (ISBN 0-929712-20-X)
  • (en) Welcome to Death Row, réalisateur : S. Leigh Savidge & Jeff Scheftel, (vidéo), 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]