Big Daddy Kane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Big Daddy Kane
Description de cette image, également commentée ci-après

Big Daddy Kane à New York, États-Unis, en 1999.

Informations générales
Surnom B.D.K., Dark Gable, King Asiatic Nobody's Equal, Blackanova, Count Macula
Nom de naissance Antonio Hardy
Naissance (47 ans)
Bedford-Stuyvesant, Brooklyn, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur, scénariste, acteur
Genre musical Rap East Coast, rap hardcore
Années actives Depuis 1987
Labels Cold Chillin' Records/Reprise/Warner Bros. Records (1986-1993), MCA Records (1994), Blackheart/Mercury/PolyGram Records (1998)
Site officiel officialbigdaddykane.com

Big Daddy Kane, né Antonio Hardy le à Brooklyn, New York, est un rappeur américain. Il est connu pour avoir fait partie du collectif du Queensbridge du Juice Crew[1],[2] (avec Marley Marl, Mr. Magic, Roxanne Shanté, MC Shan, Craig G, Biz Markie, Kool G. Rap & DJ Polo, Masta Ace et Tragedy the Intelligent Hoodlum). Il est très largement reconnu comme l'un des rappeurs les plus talentueux du hip-hop par la presse spécialisée[3],[4],[5],[1],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12]. Concernant son nom Big Daddy Kane, il explique que : « 'Big Daddy' et 'Kane' sont en fait deux choses différentes. 'Kane vient de ma passion pour les arts martiaux. » 'Big Daddy' s'inspire du personnage joué par Vincent Price dans le film Beach Party[13].

Le magazine Rolling Stone classé sa chanson Ain't No Half-Steppin' 25e dans sa liste des « 50 meilleurs chansons hip-hop de tous les temps »[14].

Biographie[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

En 1984, Kane se lie d'amitié avec Biz Markie, avec qui il écrit des paroles bien connues dans le monde du hip-hop[15],[16]. Ils deviennent finalement membre du Juice Crew, un collectif situé dans le Queens dirigé par le producteur Marley Marl. Kane signe avec le label Cold Chillin' Records de Tyrone Williams (manager de Marl) et Len Fichtelberg en 1987, et se lance avec son premier single Raw, un succès underground. Kane est connu pour rapper rapidement, et devient, malgré des difficultés respiratoires[15], comme l'un des pionniers de la rîme rapide.

Il publie son premier album chez Cold Chillin' Records au début de l'été 1988 intitulé Long Live the Kane, contenant le hit Ain't No Half Steppin'. L'année suivante, Kane publie son deuxième album et plus grand succès en date It's a Big Daddy Thing, qui reprend le titre I Get the Job Done produit par Teddy Riley, qui atteint le top 40 des classements RnB à la fin des années 1980. Il participe également au titre produit par Marl The Symphony publié en fin 1988, aux côtés des membres du Juice Crew, Craig G, Masta Ace, et Kool G Rap.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Kane à New York en 1998.

Big Daddy Kane participe au titre Feels Like Another One de Patti Labelle. Il contibue également au titre Nuff Respect, de la bande-originale du film Juice, avec Omar Epps et Tupac Shakur. En 1991, Kane remporte un Grammy dans la catégorie de « meilleure performance rap par un groupe ou duo » pour sa performance avec Quincy Jones au titre Back on the Block. En 1996, il collabore avec 2Pac sur sa chanson Where Ever U R. En tant qu'acteur, Kane se lance dans le film réalisé par Mario Van Peebles, Posse, puis dans Meteor Man de Robert Townsend.

Au début des années 1990, Jay Z part en tournée avec Kane ; ce dernier a aidé à lancer sa carrière, selon Ice-T : « J'ai rencontré Jay-Z grâce à Kane. Kane m'a présenté Jay Z[3]. » Kane explique que Jay Z « n'était pas un hypeman, il ne faisait que de brèves apparitions sur scène. Quand je quittais la scène pour me changer, je demandais à Jay Z et Positive K d'occuper la salle jusqu'à mon retour[17]. » Jay-Z participe également au titre de Big Daddy Kane, Show and Prove issu de son album Daddy’s Home publié en 1994[18].

En 1995, Kane enregistre la chanson Too Late Playa avec MC Hammer et Tupac Shakur. Il mentionne également avoir signé avec le label Death Row East en 1996[19]. En 1997, Kane s'associe avec Frankie Cutlass sur son troisième titre The Cypher Part 3. En 1998, il publie son dernier album solo, Veteran'z Day, accueilli de manière mitigée par la presse spécialisée.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, Big Daddy Kane participe à la mixtape de Tony Touch, The Piece Maker, avec Kool G Rap et KRS-One. Big Daddy Kane collabore avec une variété de rappeurs comme A Tribe Called Quest, Jurassic 5, Little Brother, et DJ Babu des Beat Junkies. Il publie deux singles, The Man, The Icon produit par The Alchemist, et Any Type of Way produit par DJ Premier. Big Daddy Kane participe au single du groupe trip hop Morcheeba, What's Your Name en 2003. En 2004, Warm It Up, Kane est inclus dans le jeu vidéo Grand Theft Auto: San Andreas, sur la chaîne de radio oldschool Playback FM.

En 2005, Big Daddy Kane est honoré lors des VH1 Hip-Hop Honors. En 2006, il participe au titre Get Wild Off This, produit par The Stanton Warriors lors des Stanton Sessions Vol. 2. Il participe également aux côtés du Wu-Tang Clan, de Rakim, et de ses amis Busta Rhymes et Q-Tip à un segment du concert Summer Jam le 7 juin 2006. En 2007, une nouvelle chanson, BK Mentality, est publiée sur la compilation Official Joints. Kane participe également à la mixtape de Joell Ortiz, The Brick: Bodega Chronicles. Big Daddy Kane participe brièvement à la vidéo du titre Game's Pain du rappeur The Game. La vidéo fait également participer Raekwon, Three 6 Mafia et Ice Cube[20]. En 2009, Kane joue le rôle de Clay dans le film Just Another Day.

Le 24 novembre 2014, Big Daddy Kane parle ouvertement de ses inspirations, expérience sexuelles et du sex book de Madonna lors d'un entretien à l'émission Dr. Zoe Today[21].

Postérité[modifier | modifier le code]

Big Daddy Kane est très largement reconnu comme l'un des rappeurs les plus talentueux de l'âge d'or du hip-hop par la presse spécialisée[3],[4],[5],[1],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[22]. MTV le classe 7e de sa liste des « 50 meilleurs rappeurs de tous les temps »[3]. Il est classé quatrième dans l'ouvrage de Kool Moe Dee There's A God On The Mic : The True 50 Greatest MCs[4]. About.com le classe troisième dans son « top 50 des MCs de notre époque »[23], et RZA le cite dans son top 5 de meilleurs MCs[5]. En 2012, le magazine The Source le classe huitième de sa liste des 50 meilleurs paroliers de tous les temps[24].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Steve Huey, « Big Daddy Kane Biography », AllMusic,‎ (consulté le 5 mars 2013).
  2. « Juice Crew », sur hiphop.sh (consulté le 12 décembre 2010).
  3. a, b, c et d (en) « The Greatest MCs Of All Time », MTV News,‎ (consulté le 5 septembre 2009).
  4. a, b et c (en) Kool Moe Dee, 2003, There's A God On The Mic: The True 50 Greatest MCs, Thunder's Mouth Press, page 303.
  5. a, b et c (en) Alvin "Aqua" Blanco, « Reviews / Music : TOP 5 DEAD OR ALIVE: RZA », allhiphop.com (consulté le 5 septembre 2009).
  6. a et b (en) Steve Huey, « It's a Big Daddy Thing Overview », AllMusic,‎ (consulté le 5 septembre 2009).
  7. a et b (en) Matt Conaway, « Veteranz Day Overview », AllMusic,‎ (consulté le 5 septembre 2009).
  8. a et b (en) - from The Rolling Stone Encyclopedia of Rock & Roll, Simon & Schuster, 2001.
  9. a et b (en) Lazerine, Cameron and Devin, 2008, Rap-Up: The Ultimate Guide To Hip-Hop And R&B, Grand Central Publishing, page 17.
  10. a et b (en) Eminem, 2004, 'Yellow Brick Road', Encore, Aftermath/Shady, Interscope.
  11. a et b (en) Eminem, with Sacha Jenkins, 2008, The Way I Am, Dutton Adult, page 17.
  12. a et b (en) Shapiro, Peter, 2005, The Rough Guide To Hip-Hop, 2nd Edition, Penguin, page 29.
  13. (en) « Halftimeonline.net | Big Daddy Kane | Hip Hop Icon Series interview », halftimeonline.net (consulté le 5 septembre 2009).
  14. (en) « The 50 Greatest Hip-Hop Songs of All Time: Big Daddy Kane, 'Aint No Half Steppin'' », Rolling Stone (consulté le 18 février 2013).
  15. a et b (en) « Big Daddy Kane: Rap Like No Equal | Rappers Talk Hip Hop Beef & Old School Hip Hop », HipHopDX,‎ (consulté le 3 mai 2012).
  16. (en) Coleman, Brian, 2007, Check The Technique : Liner Notes For Hip-Hop Junkies. New York : Villard/Random House, page 47.
  17. « Big Daddy Kane – The Unkut Interview | unkut.com - A Tribute To Ignorance (Remix) », unkut.com (consulté le 5 septembre 2009).
  18. (en) John Bush, « Daddy's Home Overview », AllMusic,‎ (consulté le 5 septembre 2009).
  19. (en) « 2pac Too Late Playa Feat Mc Hammer, Big Daddy Kane, Nutt-so Danny Boy », wn.com (consulté le 3 mai 2012).
  20. (en) « Jay-Z - Television Tropes & Idioms », Tvtropes,‎ (consulté le 3 mai 2012).
  21. (en) « He Said What? Hip Hop Legend Big Daddy Kane Discusses Sex With Madonna, Legacy & More On Dr. Zoe Today Show » (consulté le 27 avril 2015).
  22. (en) Stanton Swihart, « Long Live the Kane Overview », AllMusic,‎ (consulté le 5 septembre 2009).
  23. (en) « Top 50 MCs of Our Time: 1987 - 2007 - 50 Greatest Emcees of Our Time », Rap.about.com,‎ (consulté le 3 mai 2012).
  24. (en) http://www.thisis50.com/forum/topics/the-source-s-top-50-lyricists-of-all-time-complete-list-inside

Liens externes[modifier | modifier le code]