Vanilla Ice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vanilla Ice
Description de cette image, également commentée ci-après

Vanilla Ice en 2007.

Informations générales
Nom de naissance Robert Matthew Van Winkle
Naissance (47 ans)
Dallas, Texas, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur, acteur, chanteur, animateur de télévision
Genre musical Hip-hop, rap rock, nu metal[1],[2]
Années actives Depuis 1985
Labels Psychopathic (depuis 2011), Radium (2008–2011), Cleopatra Records (2008), Ultrax (2004–2007), Liquid 8 (2000–2003), Republic/Universal Records (1996–1999), SBK/EMI (1990–1994), Ichiban Records (1987–1989)
Site officiel vanillaice.com

Vanilla Ice, né Robert Matthew Van Winkle à Dallas au Texas, le , est un rappeur, acteur et animateur de télévision américain. Ice publie son premier album, Hooked, en 1989 au label Ichiban Records, avant de signer un contrat avec SBK Records, un label dirigé par EMI Group qui publiera une version rééditée sous le titre de To the Extreme. Son single Ice Ice Baby, publié en 1990, est le premier single de hip-hop à atteindre les classements du Billboard.

Bien que populaire, Vanilla Ice regrette rapidement sa décision prise avec SBK, qui le rémunère afin d'adopter une approche plus commerciale et grand public et qui publie des informations biographiques fictives sans son consentement. Après une tentative échouée de suicide, Ice décide de changer de style musical et de mode de vie. Les albums qui suivent, moins commerciaux, n'atteignent pas les classements ou sont rarement joués à la radio, mais Ice parvient à garder un public loyal. En 2009, Ice anime The Vanilla Ice Project sur la chaîne DIY Network. Son dernier album WTF – Wisdom, Tenacity & Focus est publié en août 2011. Ice est désormais signé au label Psychopathic Records.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Robert Matthew Van Winkle est né à Dallas, Texas, le 31 octobre 1967[3]. Van Winkle n'a jamais connu son père biologique ; il tient son nom de famille de l'homme que sa mère a épousé avant sa naissance[4]. Sa mère divorce lorsqu'il est âgé de quatre ans. Plus tard, ils grandit entre Dallas et Miami[5], où son nouveau beau-père était vendeur de voitures[4]. Le hip-hop influence très tôt Van Winkle, qui, selon ses termes, « est une véritable passion pour moi, parce que j'adore la poésie. ça m'a complètement affecté et ça a fait de moi ce que je suis devenu aujourd'hui[6]. » Entre 13 et 14 ans, Van Winkle se met au breakdance, et ses amis le surnomment « Vanilla » (vanille) car étant le seul de son groupe n'ayant aucune origine afro-américaine[7],[8]. Il garde ce surnom bien qu'il le déteste. Peu après, Van Winkle se lance dans des battles et se fait surnommer MC Vanilla. Cependant, lorsqu'il décide de se mettre au breakdance, le surnom de Van Winkle devient « Vanilla Ice » mêlant son surnom Vanilla et un mouvement de breakdance appelé The Ice[9]. Lorsque son beau-père lui offre la possibilité d'obtenir un meilleur travail à Carrollton, Ice et sa mère reviennent habiter au Texas. Il s'inscrit à la R. L. Turner High School pendant une brève période avant d'abandonner ses études. Ice écrit Ice Ice Baby à 16 ans, s'inspirant de paroles dites durant un weekend aux côtés de son ami et disc jockey D-Shay, originaire de Floride du Sud[10]. Les paroles décrivent Ice et Shay lors d'une fusillade au volant[11].

Débuts dans la musique (1985–1989)[modifier | modifier le code]

En 1985, il consacre toute son énergie au motocross, et gagne trois titres des Grand National Championships de Dallas. Après s'être brisé la cheville pendant une course, Ice n'éprouve plus aucun intérêt à concourir, et décide d'utiliser son temps libre pour se perfectionner au breakdance. À cette période, Ice met en avant ses talents de beatboxing et de breakdance dans la rue aux côtés de ses amis[12]. Un soir à City Lights, un club de nuit de Dallas, son ami Squirrel le défie de monter sur scène pour un micro ouvert. il remporte le cœur du public et le manager de City Lights, John Bush, lui demande de jouer plus régulièrement, ce qu'Ice accepte de faire. Ice monte sur scène aux côtés des disc jockeys D-Shay et Zero, ainsi que Earthquake, disc jockey local de City Lights. The Vanilla Ice Posse, ou The V.I.P., jouera également sur scène aux côtés d'Ice[7]. Membre du City Lights, Ice joue aux côtés de N.W.A, Public Enemy, The D.O.C., Tone Lōc, 2 Live Crew, Paula Abdul, Sinbad et MC Hammer[13].

En janvier 1987, Ice est poignardé à cinq reprises lors d'une bagarre à l'extérieur du City Lights. Après dix jours à l'hôpital, Ice signe un contrat avec le propriétaire de City Lights, Tommy Quon et sa société de management, Ultrax[14],[15]. Deux ans plus tard, Ice joue pour EPMD, Ice-T, Stetsasonic, et Sir Mix-A-Lot à la tournée Stop the Violence Tour[16],[17]. Quon voit en Ice un grand potentiel commercial[5],[18]. Avec Quon, ils enregistrent des chansons perfectionnées sur scène par Ice aux côtés de producteurs comme Khayree. Le premier album du rappeur, Hooked, « se vend à 48 000 exemplaires dans le sud[19]. » Play That Funky Music est publié comme premier single de l'album, et Ice Ice Baby en devient la face B[15],[20]. Tommy Quon envoie personnellement le single à de nombreuses chaînes de radio à travers les États-Unis, mais le single est rarement joué et lorsqu'il l'était, l'accueil n'est pas aussi élogieux que Quon l'espérait. Lorsque le disc jockey Darrell Jaye, originaire de Géorgie, joue Ice Ice Baby à la place de la face A du single, la chanson se popularise rapidement et est plus fréquemment jouée à la radio[15]. Quon verse $8 000 pour la production du clip de Ice Ice Baby[21],[22] fréquemment diffusé sur des chaînes comme The Box, popularisant encore plus la chanson[23].

Après le succès de Ice Ice Baby, le producteur de musique Suge Knight et deux de ses gardes du corps s'installent dans un restaurant appelé The Palm, situé à West Hollywood, où Ice était déjà. Bousculant les gardes du corps d'Ice, Knight et ses gardes du corps s'assoient devant lui, et le fixent longuement avant de lui demander « comment ça va ? »[24]. Ce type d'incident se répètera par la suite. Au final, Knight pénètre dans l'hôtel dans lequel Ice s'était installé, au quinzième étage du Bel Age Hotel, accompagné par un membre des Oakland Raiders[24]. D'après Ice, Knight l'aurait amené de force sur le balcon, et le menace de le jeter à mois qu'il ne lui donne les droits de publication de sa chanson ; Knight utilisera l'argent d'Ice pour aider à financer Death Row Records[17],[25].

Succès (1990–1993)[modifier | modifier le code]

Attiré par les talents d'Ice, Public Enemy tentent de convaincre leur producteur, Hank Shocklee, de le signer à Def Jam[26] mais Ice signera finalement avec SBK Records en 1990. SBK remixe et réédite Hooked sous le titre de To the Extreme. La réédition se compose d'une nouvelle pochette et d'une nouvelle approche musicale[27]. Selon Ice, SBK l'aurait payé pour adopter une approche plus grand public et conventionnelle. Ice regrettera sa décision prise à SBK[28].

To the Extreme devient l'album de hip-hop le mieux vendu de tous les temps[29], culminant à la première place du Billboard 200 pendant seize semaines[30], et vendu à plus de 11 millions d'exemplaires[31]. L'exécutif de SBK, Monte Lipman, annonce plus de 200 requêtes de chaînes de radio par téléphone pour Ice Ice Baby. SBK souhaite organiser une tournée avec Ice aussi vite que possible. MC Hammer, un vieux compagnon, assiste Ice à l'ouverture de sa tournée[32]. L'accueil de To the Extreme est mitigé. Entertainment Weekly lui attribue une note de B, félicitant en premier lieu les titres Ice Ice Baby, Play That Funky Music, Dancin' et It's a Party[33]. Robert Christgau attribue à l'album une note de C−[34].

En fin 1990, Ice devient le nouveau petit ami de Madonna pendant huit mois, et apparaît sur la couverture de son ouvrage Sex[35]. Au point culminant de la popularité d'Ice, SBK achète les droits de fabrication d'une poupée à son effigie à la société THQ. En janvier 1991, il est invité au Saturday Night Live. Ice se lance dans une carrière d'acteur avec le film Les Tortues Ninja 2, qu'il qualifie plus tard de « l'une des expériences les plus cool » de sa carrière[5]. Ice est très protecteur de sa vie personnelle et de sa famille. Lorsqu'un journaliste du Dallas Morning News demande à Ice quel type de travail faisait sa mère, Ice répond : « ça te regarde pas, putain[36]. » Pour rectifier le tir, son ancien label écrit une biographie fictive en son nom et tente de la faire passer pour sa véritable vie privée sans son consentement. En tournée en 1991, Ice découvre la publication de cette soi-disante autobiographie, détaillant de fausses informations comme le fait qu'il ait étudié aux côtés de Luther Campbell et ses conditions de vie à Miami, qu'Ice démentira par la suite[37].

La deuxième publication majeure d'Ice est un album live intitulé Extremely Live, en mars 1991. L'album est enregistré pendant la performance de Vanilla Ice à Miami. Composé de nouvelles chansons comme Rollin' in My 5.0, Road To My Riches et Satisfaction, l'album atteint la 30e place du Billboard 200[38], mais est négativement accueilli par la presse spécialisée, notamment par David Browne de Entertainment Weekly qui qualifie l'album du « plus ridicule qu'il n'est jamais publié », le comparant au Best of Marcel Marceau, un album qui se compose de parties silencieuses et de brefs applaudissements[39]. Monte Lipman explique plus tard que SBK avait publié cet album afin de tirer profit de la popularité d'Ice. En avril 1991, Ice se lance dans le tournage du film Cool as Ice produit par SBK, dans lequel il endosse le rôle principal[40].

Cool as Ice est diffusé le dans 393 salles de cinéma à travers les États-Unis, engendrant $638 000 de revenus, et est classé 14e des films de la semaine[41]. L'accueil du film est négatif. Rotten Tomatoes lui attribue une moyenne générale de 8 %[42]. Ice remporte un Golden Raspberry Award dans la catégorie de « pire nouvelle star »[43]. SBK explique avoir surestimé Ice, et Ice décide de s'éloigner de la société. En fin 1991, Ice participe au Circus of the Stars and Sideshow, conduisant une moto et traversant un mur en feu. Sa popularité déclinante aux États-Unis, Ice continue sa tournée en 1992, en Amérique du Sud, en Europe, en Australie, et en Asie, jouant de nouvelles chansons comme Get Loose, The Wrath, Now and Forever, Where the Dogs At? (All Night Long), Minutes of Power et Iceman Party. Après une soirée à Acapulco, la ville honore Ice d'une médaille représentant « tout le respect et l'admiration portée pour la musique [d'Ice][44]. » Ice devient également porte-parole de Nike et Coca-Cola en 1991 et 1992[45]. En 1993, Ice se lance dans une tournée en Europe de l'Est, puis joue de nouvelles chansons à Saint-Pétersbourg, en Russie, devant le président de l'époque, Boris Yeltsin[46].

Mind Blowin, pause et toxicomanie (1994–1996)[modifier | modifier le code]

Après plusieurs tournées sans relâche pendant trois ans, Ice prend sa pause en 1993 et se lance dans la compétition de jet ski et encore une fois dans le motocross[47]. Ice répond directement aux critiques en travaillant plus dur sur ses prochains albums. En 1992, Ice écrit une réponse musicale à 3rd Bass et Marky Mark and the Funky Bunch[48].

En 1994, la popularité et l'image d'Ice déclinent significativement. Bien plus intéresse par le mouvement rastafari, Ice devient végétarien[49], se fait des dreadlocks, et parle plus ouvertement de la consommation de cannabis[50]. Le 22 mars 1994, Ice publie son deuxième album, Mind Blowin'. L'accueil ne lui est pas favorable ; Entertainment Weekly qualifie l'album de « plus bruyant que brilliant[51]. » Rolling Stone félicite la chanson Get Loose qu'il qualifie d'« entraînant », considérant les paroles comme « ineptes ». Stephen Thomas Erlewine d'Allrovi explique qu'« il n'y pas un seul moment établissant une vraie identité musicale, et tout ça est plutôt gênant[52]. » Le bassiste du groupe Primus Les Claypool répond aux paroles d'Ice concernant le cannabis : « c'est drôle et sympathique, mais elles pourraient être mal interprétées par les mauvaises personnes[53]. »

À cette période, Ice commence à consommer de l'ecstasy, de la cocaïne et de l'héroïne. Pendant ces moments critiques, Ice se fait tatouer[54]. Ice décide ensuite de changer de mode de vie. Pour marquer son nouveau départ, il se fait tatouer une feuille sur l'estomac[54]. Après sa tournée Mind Blowin’ outremer en 1995, Ice vend sa propriété en Californie et s'éloigne de la musique, préférant ne plus se consacrer au motocross et au jet ski en Floride. Ce même été, Ice finit sixième d'une course en jet-ski[50]. Il y rencontre sa future épouse, Laura Giaritta, un an après sa tentative échouée de suicide lors d'une fête du 14 juillet, en 1995.

Retour sur scène (1997–2001)[modifier | modifier le code]

Ice se lie d'amitié avec le producteur Ross Robinson, connu pour ses travaux aux côtés de Deftones, Korn, Limp Bizkit et Sepultura. Robinson et Ice partagent une passion pour le motocross[16]. Monte Lipman attend de Robinson la production d'un nouvel album de Vanilla Ice. Selon Robinson, d'autres lui auraient découragé de collaborer avec Ice, expliquant que cela pourrait entacher sa réputation. En réalité, leur crainte n'a fait qu'encourager Robinson à collaborer avec lui. Dans une entrevue, Robinson explique que « c'était la chose la plus punk-rock qu'on pouvait faire »[55]. Mécontent de son ancienne image, Winkle explique ne jamais avoir eu de problème avec ses anciennes œuvres musicales. Ice décide, plutôt que de changer de nom de scène, et dans l'espoir de faire table rase du passé, réserver une centaine de dates de concert[13].

La troisième album d'Ice, Hard to Swallow, se compose d'un son bien plus sombre que ses prédécesseurs, et d'un mélange de différent styles de hip-hop et de hard-rock qui attire l'attention médiatique. Ice attire un tout nouveau public lors de ses tournées[56]. Malgré la popularité de nouveau grandissante d'Ice et une certification en disque d'or, l'accueil de l'album par la presse spécialisée est négatif. Jon Pareles du New York Times écrit que « la chanson la plus louable, Scars, condamne les actes d'un père abusif. Ca aurait fait le buzz si Korn n'avait pas déjà exploré le sujet[57]. » Richard Torres de Rolling Stone lui attribue une note de deux étoiles sur cinq[58]. Dans The New Rolling Stone Album Guide, Rob Kemp attribue à l'album une note de trois sur cinq, expliquant qu'il s'agit de l'album d'Ice la « plus convaincant »[59]. La mzajeure partie des exécutifs de SonyBMG prédisaient un succès de l'album contrairement à To The Extreme. Pour la promotion de Hard to Swallow, Ice se lance dans une tournée en groupe aux côtés du bassiste Scott Shriner[60]. Le groupe ouvre avec du rock issu de Hard to Swallow et conclut avec ses anciennes chansons hip-hop[61]. La liste des titres inclut également Power, inspiré du titre Immigrant Song de Led Zeppelin[62].

Vanilla Ice était membre d'une équipe de softball The Hip Hop Stars avec Dr. Dre, Snoop Dogg et Method Man dans un jeu appelé MTV Rock N' Jock en 1999. Plus tard en 1999, MTV invite Vanilla Ice à se joindre à la chaîne pour « supprimer » le clip vidéo de son titre Ice Ice Baby à l'émission 25 Lame, durant laquelle Ice doit détruit la cassette vidéo de son clip. Ice, muni alors d'une batte de baseball, finit par détruite la cassette, et tout le matériel de tournage de l'émission[35],[63]. En 2001, DJ ReAnimator remixe Ice Ice Baby avec des parties vocales réenregistrées par Vanilla Ice. Ice Ice Baby 2001 est publié comme single et en clip vidéo en Europe, qui engendre ainsi un nouvel engouement pour Vanilla Ice[64].

Popularisé chez un nouveau public, Ice commence à enregistrer indépendamment, bien que toujours signé avec Universal. Lors d'une session d'enregistrement, Ice fait la rencontre du groupe féminin de hard rock Betty Blowtorch. Bianca Halstead, membre du groupe, demande à Ice s'il souhaite contribuer à une interlude de rap dans leur chanson Size Queen. Sur cette collaboration entre Ice et le groupe, la chanteuse et bassiste Halstead explique : « je lui ai demandé s'il était capable de rapper sur la chanson et il a répondu qu'il pouvait rapper sur n'importe quoi. Et il a réussi[59] ! » Son beau-père demande à Ice de travailler de nouveau avec son ancien manager Tommy Quon, espérant ainsi recréer la magie des années 1990, ce qu'Ice refuse expliquant apprécier la musique et non la gloire[8].

En mai 2000, Ice lutte dans un match de la fédération Juggalo Championship Wrestling, renommée Juggalo Championshit Wrestling, remplaçant le membre d'Insane Clown Posse Shaggy 2 Dope, blessé durant un match[65]. MTV News rapporte la participation d'Insane Clown Posse au nouvel album d'Ice, à cette période encore intitulé Bomb Tha System[65]. En octobre 2000, Ice annonce finalement le titre de Skabz, et la participation de Chuck D à l'album. Il devait à l'origine être publié en double-album, comportant un disque orienté hip-hop et un autre orienté rock[66]. En juillet 2001, Ice joue à la deuxième édition des Gathering of the Juggalos[67]. Le 23 octobre 2001, Skabz et Bomb Tha System sont publiés en même temps que l'album Bi-Polar[66]. L'album fait également participer La the Darkman, Perla, Insane Poetry et Bob Kakaha. Bradley Torreano d'Allrovi accueille négativement l'album, qu'il décrit de « sauvagement inégalé, mais ridiculement mauvais », mais maintient que « Vanilla Ice est quand même mieux que la plupart des groupes rap-metal formés en 2000/2001[68]. » Dans le New Rolling Stone Album Guide, Rob Kemp attribue à l'album une étoile sur cinq, décrivant l'album de « totalement apathique[59]. » Selon un exécutif de Sony BMG exécutif, les ventes de Bi-Polar ne sont « pas si mauvaises... pour du Vanilla Ice. Elles sont très respectables. Véritablement[69],[70]. »

Parcours indépendant (2002–2009)[modifier | modifier le code]

Vanilla Ice au Tex-Mex Grill de Baltimore en mars 2007.

De nouveau avec Quon comme manager, Ice est prévu pour participer à plusieurs émissions télévisées. Ice, artiste dans l'âme, pense que cette expérience n'en serait que bénéfique pour lui. En 2002, il apparaît dans Celebrity Boxing, luttant face à Todd Bridges sous le nom de Bi-Polar. En 2003, ils apparaît dans cinq épisodes d' Hollywood Squares, huit épisodes de The Farm et trois épisodes de Celebrity Bull Riding Challenge, ainsi que brièvement dans The New Guy en 2002. À cette période, Vanilla Ice revient dans le monde du motocross. Il participe aux X Games de 2002, et se classe septième au Suzuki Crossover Challenge de 2003, selon le magazine Sports Illustrated[71]. En 2003, Ice contribue aux parties vocales du titre Off the Chain de 7x70, un projet parallèle du batteur d'Iron Maiden Nicko McBrain et du guitariste d'Anthrax Dan Spitz. Une démo de la chanson filtre sans consentement sur Internet en juin[72],[73]. En 2003, Ultrax réédite Bomb Tha System (la seconde partie de Bi-Polar) sous le titre Hot Sex, qui est un single issu de l'album original[70]. Entre janvier et février 2004, Ice participe à l'émission de téléralité The Surreal Life[8].

Le 2 août 2005, Ice publie son cinquième album studio, Platinum Underground. Ice explique que le titre de l'album s'insprie du fait qu'il puisse maintenir son public même sans promotion commerciale[8]. En 2007, Ice revient dans une série dérivée de The Surreal Life intitulée The Surreal Life: Fame Games. En septembre 2008, Ice signe un contrat avec Cleopatra Records, et enregistre l'album de reprises Vanilla Ice Is Back! à la demande du label[74]. L'album est publié le , et se compose de reprises de chansons de Public Enemy, House of Pain, Bob Marley, et Cypress Hill. IGN décrit l'album comme « un effort gênant qui aurait mieux fait de ne pas quitter le studio d'Ice (ou au minimum qui aurait pu filtrer sur YouTube, puis laisser pisser »[75]. Le 27 février 2009, Ice joue aux côtés de MC Hammer à Orem (Utah) dans un événement appelé Hammer Pants And Ice[76].

Dernières activités (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

En août 2009, Ice annonce sur Twitter sa signature au label StandBy Records ; cependant, Ice lquitte le label[77]. Ice est invité aux National Television Awards en janvier 2010 et y joue avec Jedward leur remix et premier single Under Pressure (Ice Ice Baby). Ice enregistre également son verset pour leur album Planet Jedward et participe au clip. Vanilla Ice participe au concert des Back2Kool aux côtés de Turbo B et MC Hammer, jouant à l'international en fin 2010. Ice se réunit avec son ancien DJ ; Floyd « Earthquake » Brown pour le reste de la tournée outre-mer. En début 2011, Vanilla Ice participe à la sixième saison de l'émission britannique Dancing on Ice[78]. En 2009, Ice démarre le tournage d'une émission appelée The Vanilla Ice Project diffusée sur DIY Network le 4 octobre 2010[5],[79]. En 2011, Ice publie un ouvrage sur le sujet, Vanilla Ice Project – Real Estate Guide[80].

En juin 2011, Ice joue un rôle dans le film That's My Boy (diffusé en 2012)[81]. Dans le film, Ice joue une version exagérée de lui-même, appelée Uncle Vanny[82]. En août, Ice joue au Gathering of the Juggalos, où ils annoncent officiellement sa signature au label Psychopathic Records[83]. Son sixième album, WTF, est publié le 19 juin 2011 au label Radium Records[84],[85]. En décembre 2011, Ice joue le Captain Hook au Central Theatre de Chatham, un rôle anciennement joué par Henry Winkler[86]. Le 12 mai 2012, Vanilla Ice aide au lancement du parc d'attraction Mr. Freeze Reverse Blast aux Six Flags over Texas d'Arlington avec un concert gratuit[87]. Le 15 septembre 2013, Vanilla Ice joue aux Houston Texans[88].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Vanilla Ice sort avec Madonna pendant huit mois en 1990[89]. Ice épouse Laura Giaritta en 1997 ; ils mettent au monde deux petites filles, Dusti Rain (née en 1998) et KeeLee Breeze (née en 2000)[90]. Ice est un Juggalo (fan d'Insane Clown Posse)[91] et végétarien[92].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Hooked
  • 1990 : To the Extreme
  • 1991 : Extremely Live
  • 1994 : Mind Blowin
  • 1998 : Hard to Swallow
  • 1999 : The Best of Vanilla Ice
  • 2001 : Bipolar
  • 2001 : The Best of Vanilla Ice
  • 2003 : Hot Sex
  • 2005 : Platinum Underground
  • 2011 : W.T.F. (Wisdom, Tenacity and Focus)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Back 2 Back Hits
  • 2006 : The Best of Vanilla Ice

Album live[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Extremely Live

Album de remixes[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Vanilla Ice Is Back!

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vanilla Ice – Vanilla Ice Is Back! Hip Hop Classics », IGN,‎ (consulté le 16 février 2013).
  2. Andrew Vontz, « Ice capades », Salon.com,‎ (consulté le 16 février 2013).
  3. (en) Newsmakers 1991, Thomson Gale,‎ (ISBN 0-8103-7344-0), « Vanilla Ice ».
  4. a et b Ray Lego, « The Iceman Cometh Back », Spin, vol. 10, no 2,‎ , p. 50; 52 (ISSN 0886-3032, lire en ligne).
  5. a, b, c et d (en) Michael J. Mooney, « Wellington Resident Vanilla Ice Talks About Madonna, Wallaroos, and What's Next », sur New Times Broward-Palm Beach,‎ 24 novembre, 2009, p. 2–3, 5–6.
  6. (en) « Vanilla Ice on Canada Sings and Why It's Anything But Another Idol », Interview, AOL-TV (consulté le 3 août 2011)
  7. a et b (en) Andrew Vontz, « Ice capades », Salon.com,‎ (consulté le 10 novembre 2007).
  8. a, b, c et d « Catching Up With... Vanilla Ice », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  9. (en) Jordan Zakarin, « Vanilla Ice On Real Estate, DIY Show And How He Got That Name », Huffington Post,‎ (consulté le 3 juin 2011). I didn't even like the name Vanilla Ice. It was because I had a breakdancing crew and they labeled me that and I kept telling them stop calling me that! I don't like it. Why are you calling me that, because I'm the only white guy here? Well F you guy! he remembers back with a laugh. And then they were my friends, and when your friends see you don't like something, it sticks even more. So they were like 'Oh, he hates it,' so they were like 'Vanilla Vanilla Vanilla.'" Eventually, he said, Vanilla got put together with the name of his dance move, the Ice, creating the name that stuck.
  10. (en) Alex Rayner, « Is this it? », Londres, The Guardian,‎ (consulté le 13 février 2009).
  11. (en) Alex Perullo et John Fenn, Global Pop, Local Language, Univ. Press of Mississippi,‎ (ISBN 1-57806-536-4), « Ideologies, Choices, and Practicies in Eastern African Hip Hop », p. 25.
  12. (en) Jake Austin, « Vanilla Ice: The Ice Is Right », Roctober,‎ (consulté le 5 mai 2011).
  13. a et b « Vanilla Ice: Interviews », Vanillaicecentral.com,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  14. (en) Newsmakers: The People Behind Today's Headlines, 1991,‎ (ISBN 0-8103-7344-0), p. 442.
  15. a, b et c (en) Gary Westfahl, Science Fiction, Children's Literature, and Popular Culture, Greenwood Publishing Group,‎ (ISBN 0-313-30847-0), « Legends of the Fall: Behind the Music », p. 100.
  16. a et b (en) David Peisner, « Vanilla Ice: The Well Rounded Interview », Well Rounded Entertainment,‎ (consulté le 13 février 2009).
  17. a et b (en) Vanilla Ice, Sway Calloway. Deep Cover: Vanilla Ice Explains What Really Happened w/ Suge Knight & Death Row Records Involvement. Radio interview. SwaysUniverse.com. 28 janvier 2013 vidéo.
  18. (en) Denise McVea, « The Hip-Hop Hustle », Dallas Observer,‎ (consulté le 13 mars 2009), p. 2.
  19. (en) Stephen Thompson, « Interview with Vanilla Ice », The A.V. Club,‎ (consulté le 10 mars 2009).
  20. (en) Alona Wartofsky, « The Iceman Returneth; Vanilla Ice: Once Hated, He's Back With a Different Rap », The Washington Post,‎ (consulté le 13 février 2009).
  21. (en) Michael Corcoran, « Black and white & rap all over: Mass America moves to beat of hip-hop », Chicago Sun-Times,‎ (consulté le 26 février 2009).
  22. (en) Robert Hilburn, « Why Is Everyone Still Fussing About Ice? », Los Angeles Times,‎ (consulté le 26 février 2009).
  23. (en) Jack Banks, Monopoly Television: MTV's Quest to Control the Music, Westview Press,‎ (ISBN 0-8133-1821-1), « Other Video Music Program Services », p. 56.
  24. a et b (en) Randall Sullivan, LAbyrinth: A Detective Investigates the Murders of Tupac Shakur and Notorious B.I.G., the Implication of Death Row Records' Suge Knight, and the Origins of the Los Angeles Police Scandal, Grove Press,‎ (ISBN 0-8021-3971-X), p. 56.
  25. (en) Blair R. Fischer, « To The Extreme and Back », Rolling Stone,‎ (consulté le 14 novembre 2008).
  26. « Vanilla Ice - Music Biography and Discography - AllRovi.com », AllRovi.com.,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  27. Steve Huey, « Review of To the Extreme », Allrovi (consulté le 7 mars 2009).
  28. Kevin Stillman, « Word to your mother », Iowa State Daily,‎ (consulté le 13 février 2009).
  29. (en) Murray Forman, The 'hood Comes First: Race, Space, and Place in Rap and Hip-hop, Wesleyan University Press,‎ (ISBN 0-8195-6397-8), « 'Welcome to the City' », p. 61.
  30. (en) « Charts and awards for To the Extreme », Allrovi (consulté le 7 mars 2009).
  31. Martin Kihn, « Charles in Charge », New York, vol. 25, no 20,‎ , p. 40.
  32. (en) « The Rise Of Vanilla Ice », YouTube,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  33. Mim Udovitch, « Review of To the Extreme », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 13 février 2009).
  34. Robert Christgau, « Review of To the Extreme », The Village Voice,‎ (consulté le 7 mars 2009).
  35. a et b Dalton Ross, « Stupid Questions », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 13 février 2009).
  36. Bob Mack, « Vanilla Fugded », Entertainment Weekly, EW.com,‎ (consulté en 1991).
  37. (en) Travis Atria, « Vanilla Ice back with a brand new invention », sur Star-Banner, Ocala, Floride,‎ , p. 2–3.
  38. « Charts and awards for Extremely Live », Allrovi (consulté le 7 mars 2009).
  39. (en) David Browne, « Review of Extremely Live », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 7 mars 2009).
  40. Broeske Pat H., « That's a Rap! », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, Los Angeles Times,‎ (lire en ligne).
  41. (en) « Nirvana Meet World, Vanilla Ice Tanks, Kid 'N Play Party: This Week In 1991 », MTV News,‎ (consulté le 7 mars 2009).
  42. (en) « Tomatometer for Cool as Ice », Rotten Tomatoes (consulté le 9 janvier 2007).
  43. (en) Helen Sierra, « Jackson tour notes Razzie contenders Sleek camels live longer He'll buy American », Chicago Tribune,‎ (consulté le 11 mars 2009).
  44. (en) « Vanilla Ice Concert in Acapulco » (consulté en 1992).
  45. « Other works for Vanilla Ice », Internet Movie Data base, IMDb.com, Inc. (consulté le 9 juin 2012).
  46. « vanilla ice saint-petersburg fest. white nights 1993 russia », YouTube,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  47. « Vanilla Ice - 6th Best Jet Ski Racer in the World (1993) », YouTube,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  48. « Vanilla Ice - The Wrath ( Live - 1992 ) », YouTube,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  49. « Vanilla Ice », Dimitri Ehrlich, Interview Magazine (consulté le 3 août 2011).
  50. a et b Jeff Pearlman, « Ice Shift », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne).
  51. (en) James Bernard, « Review of Mind Blowin'  », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 7 mars 2009).
  52. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Review of Mind Blowin », Allrovi (consulté le 30 juin 2008).
  53. Tim Kenneally, « The Secret Life of Primus », High Times, no 227,‎ , p. 49 (ISSN 0362-630X).
  54. a et b Larry Boytano, « Ice Age », Miami New Times,‎ (consulté le 13 mars 2009).
  55. (en) Neil Strauss, « He's Back Back, Baby: A New (Improved?) Ice », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, The New York Times,‎ (lire en ligne).
  56. (en) Donna Freydkin, « Vanilla Ice rolls the dice: The Iceman resurfaces with new rap-metal album », CNN Interactive,‎ (consulté le 10 novembre 2007).
  57. (en) Jon Pareles, « Ditching Rap for More Hardcore Metal », The New York Times,‎ (consulté le 13 mars 2008).
  58. (en) Richard Torres, « Hard to Swallow Review », Rolling Stone,‎ (consulté le 10 novembre 2007).
  59. a, b et c (en) Rob Kemp, The New Rolling Stone Album Guide, fourth,‎ , 843–844 p. (ISBN 0-7432-0169-8), « Vanilla Ice ».
  60. (en) John D. Luerssen, Rivers' Edge: The Weezer Story, ECW Press,‎ (ISBN 1-55022-619-3), « I wish you luck », p. 371.
  61. (en) Neva Chonin, « The New Vanilla Ice Leaves Bland Taste At Maritime Hall », San Francisco Chronicle,‎ (consulté le 26 mars 2009).
  62. (en) Mike Musgrove, « At the 9:30, Pain Vanilla »,‎ (consulté en 13 déembre 2009).
  63. (en) Dave Karger, « Vanilla Ice cracks », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 13 février 2009).
  64. (en) Sorelle Saidman, « Vanilla Ice Picks Skabz On Next LP », MTV News,‎ (consulté le 5 février 2008).
  65. a et b Tina Johnson, « Vanilla Ice Wrestles ICP For New Album », MTV News,‎ (consulté le 5 février 2008).
  66. a et b (en) « Vanilla Ice discography – Bi-Polar », Ultrax Records (consulté le 4 avril 2008).
  67. (en) Joseph Bruce et Hobey Echlin, ICP: Behind the Paint, Royal Oak, Michigan, 2nd,‎ , 470–496 p. (ISBN 978-0-9741846-0-9), « Hatchet Rising ».
  68. (en) Bradley Torreano, « Review of Bipolar », Allrovi (consulté le 5 janvier 2008).
  69. (en) Robert Wilonsky, « Ice Ice Maybe », Dallas Observer (consulté le 10 novembre 2007).
  70. a et b (en) Vanilla Ice, « Hot Sex » (consulté le 20 janvier 2012).
  71. (en) « Book Vanilla Ice, Vanilla Ice booking fees, Vanilla Ice booking agency », Book the Best! (consulté le 10 avril 2012).
  72. (en) « Dan Spitz/Nicko McBrain Collaboration: First Music Posted Online! », Blabbermouth.net,‎ (consulté le 15 décembre 2009).
  73. (en) « Iron Maider Drummer Comments On Collaboration With Vanilla Ice », Blabbermouth.net,‎ (consulté le 15 décembre 2009).
  74. (en) Timothy Flynn, « 90s rapper Vanilla Ice puts new twists on old hits »,‎ 19 septembre 2008 (consulté le 10 mars 2009).
  75. Spence D., « Review of Vanilla Ice Is Back! », IGN,‎ (consulté le 27 février 2009).
  76. (en) « Forces for One-Night Hammer Pants and Ice Show », Rolling Stone,‎ (consulté le 10 mars 2009).
  77. (en) « Twitter / Vanilla Ice: You can pre order the new », Twitter,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  78. (en) « Vanilla Ice–Dancing on Ice », ITV (consulté le 31 janvier 2011).
  79. « Vanilla Ice DIY Series – Home Makeover Series, The Vanilla Ice Project », National Ledger,‎ (consulté le 5 août 2010).
  80. « The Vanilla Ice Project: Learn to Make Money in Real Estate… from the Man Himself », Vanilla Ice Real Estate, Vanilla Ice Real Estate (consulté le 9 juillet 2012).
  81. « Vanilla Ice Lands Role in Adam Sandler Movie », BoomBox (consulté le 3 avril 2011).
  82. (en) Amanda Crum, « Vanilla Ice To Record Album With Adam Sandler? », WebProNews,‎ (consulté le 25 novembre 2012).
  83. Kevin Rutherford, « Down With the Clown: ICP Gathering of the Juggalos Diary, Day 2 », Rovi Corporation,‎ (consulté le 16 août 2011).
  84. (en) « Wtf: Vanilla Ice: MP3 Downloads », Amazon.com (consulté le 10 avril 2012).
  85. (en) « Connecting to the iTunes Store », Itunes.apple.com (consulté le 10 avril 2012).
  86. (en) « Vanilla Ice to Play Captain Hook in U.K. Peter Pan Pantomime », Broadway (consulté le 31 mars 2011).
  87. (en) MR. FREEZE: Reverse Blast Launches with Street Concert by Vanilla Ice - Six Flags Official Press Release, consulté le 10 mai 2012.
  88. (en) « Texans bash Vanilla Ice, but why should they have all the fun? ».
  89. (en) Jordan Zakarin, « Vanilla Ice: Madonna 'Was A Great Lover' », Huffingtonpost.com,‎ (consulté le 9 janvier 2014).
  90. « Vanilla Ice | Vanilla Ice And Wife Split », Contactmusic,‎ (consulté le 10 avril 2012).
  91. (en) « I’m A Survivor: Vanilla Ice », Interviews, The Entertainment Nexus,‎ (consulté le 9 avril 2009)
  92. (en) Laura Perez, « Vanilla Ice Opens Up About Vegetarian Diet », Ecorazzi,‎ (consulté le 10 avril 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]