Kool G Rap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kool G Rap
Description de cette image, également commentée ci-après

Kool G Rap en concert en 2006.

Informations générales
Surnom G Rap, Kool Genius of Rap, Giancana
Nom de naissance Nathaniel Thomas Wilson
Naissance (48 ans)
Queens, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis[1]
Activité principale Rappeur, producteur
Genre musical Hip-hop, rap East Coast, mafioso rap, rap hardcore, rap politique
Années actives Depuis 1986

Kool G Rap, de son vrai nom Nathaniel Thomas Wilson, né le dans le Queens à New York, est un rappeur américain. Il lance sa carrière au milieu des années 1980 en tant que membre des groupes Kool G Rap and DJ Polo et Juice Crew. Il est souvent cité par la presse spécialisée comme l'un des rappeurs les plus influents de tous les temps[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10] et un pionnier du mafioso rap/street/hardcore[4],[10],[11],[12],[13],[14] et de la rime multi-syllabe[15]. Sur son album The Giancana Story, il explique que « G » signifie « Giancana » ou à l'occasion « Genius »[6],[16].

Biographie[modifier | modifier le code]

Kool G Rap lance sa carrière dans les années 1980 avec le collectif de Queensbridge, Juice Crew[17],[6] (avec Marley Marl, Mr. Magic, Roxanne Shanté, MC Shan, Craig G, Big Daddy Kane, Biz Markie, DJ Polo, Masta Ace et Tragedy the Intelligent Hoodlum). Ses premiers succès vinrent après son association avec DJ Polo avec notamment le tube Road to the Riches sur l'album éponyme. En 1995, Kool G Rap commence sa carrière solo en sortant son premier album personnel, 4,5,6, qui rencontre un succès mitigé malgré la présence du morceau Fast Life avec Nas, l'album se classe tout de même premier du Top US R&B/Hip-Hop albums de l'année 95, le succès du second album Roots of Evil sorti en 1998 fût moins palpable sauf chez les puristes du genre.

Kool G Rap signe alors sur le label Rawkus Records et sort son troisième album solo en 2002, The Giancana Story, qui relance sa carrière. L'année suivante, il sort un album avec The 5 Family Click, Click of Respect. En 2006, il apparaît dans le documentaire musical de Michel Gondry, Dave Chappelle's Block Party. Son cinquième album, Half a Klip, sort en février 2008.

Postérité[modifier | modifier le code]

Kool G Rap est considéré comme un rappeur influent issu de l'âge d'or du hip-hop[6]. Le critique musical Peter Shapiro suppose qu'il aurait « posé le pavé pour Nas, Biggie et tous ceux qui ont suivis[18]. » Kool G est décrit par Kool Moe Dee comme « celui qui a lancé Biggie, Jay-Z, Treach, Nore, Fat Joe, Big Pun, et plus de vingt-cinq autres rappeurs hardcore[2] » ; Kool Moe Dee considère également Kool G Rap comme le « plus lyrique » de tous les musiciens mentionnés[19]. MTV décrit Kool G Rap comme un « père fondateur du hip-hop », ajoutant qu'il s'est imposé auprès des autres MCs[4]. Rolling Stone explique que « G Rap est l'un des MCs du Queens qui définiront plus tard Nas (qui s'est largement inspiré de G Rap à ses débuts) et Mobb Deep[10]. »

D'autres artistes et groupes qui disent s'être inspiré de Kool G Rap incluent The Notorious B.I.G.[20], Eminem[21], Jay-Z[22], Tajai des Souls of Mischief[23], Vinnie Paz des Jedi Mind Tricks[24], Steele de Smif-n-Wessun[25], Havoc de Mobb Deep[25], Rock de Heltah Skeltah[25], MC Serch[26], Termanology[27], Black Thought des Roots[28] M.O.P.[29], R.A. the Rugged Man[30], Bun B d'UGK[7], Rah Digga[8],[31], RZA[9], Ghostface Killah, Raekwon[32] du Wu-Tang Clan, The Lady of Rage[33], Big Pun[1], O.C. des D.I.T.C.[34], Memphis Bleek[35], Kurupt[36], Pharoahe Monch[37], Action Bronson[38],[39], Mathematic$, et Twista[40],[41], entre autres.

Il est également très acclamé pour ses capacités techniques[4],[5],[7],[8],[9],[42],[19] et souvent classé aux côtés de ses pairs de l'âge d'or du hip-hop comme Big Daddy Kane, Rakim, et KRS-One[11],[15]. Dans la chanson Encore de Jay-Z, Jay-Z chante « m'entendre rapper c'est comme entendre G Rap à son sommet (hearing me rap is like hearing G Rap in his prime)[43],[44]. » AllMusic le nomme comme l'« un des meilleurs rappeurs de tous les temps », de « maître » et de « légende »[5],[42]. D'autres rappeurs comme Ice Cube, Rakim, Big Daddy Kane, Lloyd Banks, et Nas le nomment comme l'un de leurs rappeurs préférés[45]. Kool Moe Dee le classe 14e dans son ouvrage intitulé There's a God on the Mic: The True 50 Greatest MCs[19].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Paul W Arnold, « Kool G Rap: These Are Our Heroes | Rappers Talk Hip Hop Beef & Old School Hip Hop », HipHopDX,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  2. a et b (en) Kool Moe Dee, 2003, There's A God On The Mic: The True 50 Greatest MCs, Thunder's Mouth Press, p. 225, 228.
  3. (en) Shapiro, Peter, 2005, The Rough Guide To Hip-Hop, 2nd Edition, Penguin, p. 213-214.
  4. a, b, c et d (en) « The Greatest MCs Of All Time », MTV,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  5. a, b et c (en) (en) Kool G Rap sur AllMusic
  6. a, b, c et d (en) « Craig C Biography », AllMusic (consulté le 27 janvier 2011)
  7. a, b et c (en) Alvin aqua Blanco and Bun B, UGK, Pimp C, « Reviews / Music : Top 5 Dead or Alive: Bun B », AllHipHop,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  8. a, b et c (en) « Reviews / Music : Top 5 Dead or Alive: Rah Digga » (version du 30 janvier 2009 sur l'Internet Archive).
  9. a, b et c (en) Alvin Aqua Blanco, « Reviews / Music : Top 5 Dead or Alive: RZA », Allhiphop,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  10. a, b et c (en) « Kool G Rap Biography » (version du 18 juin 2008 sur l'Internet Archive). The New Rolling Stone Album Guide.
  11. a et b (en) Cobb, William Jelani, 2007, To The Break Of Dawn: A Freestyle On The Hip Hop Aesthetic, NYU Press, p. 59.
  12. (en) Hess, Mickey, 2007, Icons Of Hip Hop, Greenwood Publishing Group, p. 57.
  13. (en) Kool Moe Dee, 2003, There's A God On The Mic: The True 50 Greatest MCs, Thunder's Mouth Press, p. 228.
  14. (en) (en) Kool G Rap sur AllMusic
  15. a et b ,Shapiro, Peter, 2005, The Rough Guide To Hip-Hop, 2nd Edition, Penguin, p. 213.
  16. (en) Hip Hop Icon Series: Kool G Rap, Half Time Online
  17. (en) « Juice Crew », hiphop.sh (consulté le 12 décembre 2010).
  18. (en) Shapiro, Peter, 2005, The Rough Guide To Hip-Hop, 2nd Edition, Penguin, p. 214.
  19. a, b et c (en) Kool Moe Dee, 2003, There's A God On The Mic: The True 50 Greatest MCs, Thunder's Mouth Press, p. 225.
  20. (en) The Source magazine : octobre 1995, #73, page 13, (consulté le 23 avril 2013).
  21. (en) Edwards, Paul, 2009, How to Rap : The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, p. VIII, 88, 324.
  22. (en) Edwards, Paul, 2009, How to Rap : The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, p. VIII, 324.
  23. (en) Edwards, Paul, 2009, How to Rap : The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, p. 44.
  24. (en) Edwards, Paul, 2009, How to Rap: The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, page 65.
  25. a, b et c Edwards, Paul, 2009, How to Rap : The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, page 77.
  26. (en) Edwards, Paul, 2009, How to Rap : The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, page 98.
  27. (en) Edwards, Paul, 2009, How to Rap : The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, page 106.
  28. (en) « The Thinking Man’s Rapper | Entertainment », Black Power,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  29. (en) Coleman, Brian, 2007, Check The Technique : Liner Notes For Hip-Hop Junkies, Villard, Random House, p. 285.
  30. (en) US, « R.A. the Rugged Man | Free Music, Tour Dates, Photos, Videos », Myspace.com (consulté le 13 novembre 2011).
  31. (en) Edwards, Paul, 2009, How to Rap : The Art & Science of the Hip-Hop MC, Chicago Review Press, p. X.
  32. (en) Raekwon, in The Source: Issue 233, August 2009, pg. 87, article – Jessica Bennett, "The Takeover".
  33. (en) US, « Lady of Rage | Free Music, Tour Dates, Photos, Videos », Myspace.com (consulté le 13 novembre 2011).
  34. (en) Hip Hop Icon Series: O.C. Half Time Online, (consulté le 13 novembre 2012).
  35. (en) Chuck "Jigsaw" Creekmur, « Reviews / Music : Top 5 Dead or Alive: Memphis Bleek », Allhiphop.com,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  36. Niki Gatewood, « Reviews / Music : Top 5 Dead or Alive: Kurupt », Allhiphop.com,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  37. Jake Crates, « Reviews / Music : Top 5 Dead or Alive: Pharaohe Monch », AllHipHop,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  38. The Special Ingredient: Action Bronson, Clashmusic, (consulté le 28 août 2012).
  39. (en) Action Bronson Responds To Comparisons With Ghostface Killah, Other White Rappers, HipHopDX, (consulté le 28 mai 2012).
  40. (en) « // Twista Interview (June 2009) // West Coast News Network // », CNN (consulté le 13 novembre 2011).
  41. (en) Niki Gatewood, « Reviews / Music : Top 5 Dead or Alive: Twista », AllHipHop,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  42. a et b (en) Kool G Rap sur AllMusic
  43. (en) J-23, « Kool G Rap – Half A Klip | Read Hip Hop Reviews, Rap Reviews & Hip Hop Album Reviews », HipHopDX,‎ (consulté le 13 novembre 2011).
  44. (en) Jay-Z, 2003, 'Encore', The Black Album, Roc-A-Fella/Island Def Jam.
  45. (en) « They Told Us: 50 Cent, Nas, Mary J., Rakim Give Their 'Greatest MCs Of All Time' », MTV,‎ (consulté le 13 novembre 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :