Espace Go

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ESPACE GO est situé au 4890 boulevard Saint-Laurent à Montréal
Texte gravé sur la façade du théâtre

ESPACE GO est un théâtre à Montréal, situé sur le boulevard Saint-Laurent. La capacité de sa salle principale est de 160 à 320 fauteuils, en fonction de sa configuration variable. Depuis 1981, sa directrice générale et artistique est Ginette Noiseux.

ESPACE GO témoigne d'un engagement absolu envers un théâtre contemporain, ouvert à tous les dialogues, curieux des recherches de son temps, et caractérisé par la contribution des femmes à cette aventure ininterrompue depuis 1979.

ESPACE GO a une double vocation de producteur et de diffuseur.

Historique[modifier | modifier le code]

Issu du Théâtre Expérimental des Femmes (TEF), fondé en 1979 à Montréal, ESPACE GO est né du désir de femmes artistes de dire et de montrer le monde autrement.

1979 Fondation du Théâtre Expérimental des Femmes (TEF) par Pol Pelletier, Louise Laprade et Nicole Lecavalier. Les premières années sont marquées par des créations collectives, l’émergence d’une dramaturgie de femmes et les festivals de créations de femmes.

La compagnie occupe la Maison Beaujeu dans le Vieux-Montréal.

1980 1er Festival de créations de femmes. Les organisatrices, comme les participantes, doivent inventer ce pour quoi il n’existe pas encore de mode d’emploi : travailler entre filles.

À l’ordre du jour, toutes les dimensions d’une équation à deux inconnues : femme et création.

Pol Pelletier signe le texte et la mise en scène de LA LUMIÈRE BLANCHE.

1981 Ginette Noiseux est invitée à se joindre à la cellule de base. Jovette Marchessault signe la pièce LA TERRE EST TROP COURTE, VIOLETTE LEDUC. Pour la première fois au TEF, des hommes partagent la scène avec leurs consœurs pour de faire entendre une parole de femme.

1982 Lise Vaillancourt se joint à l’équipe du TEF.

1983 Le bail de la Maison Beaujeu n’est pas renouvelé. Les spectacles du TEF seront nomades pour les deux saisons à venir.

Une auteure, Lise Vaillancourt, et une administratrice, Jeannette Laquerre, formeront avec Ginette Noiseux le nouveau collectif de direction.

De 1983 à 1985, le TEF partage avec le Festival de théâtre des Amériques (FTA) et le Playwrigths’ Workshop un local situé au 4379, rue de Bullion.

1985 Reprise de LA LUMIÈRE BLANCHE au Théâtre d’Aujourd’hui en avril 1985, dans le cadre du FTA. Michel Beaulieu signe la conception des éclairages et devient le premier collaborateur masculin à participer à une création du TEF.

Déménagement des activités vers « La petite manufacture » située au 5066, rue Clark. Ce lieu, qui comprend deux petites salles, prend le nom d’ESPACE GO. Pour les rénovations, la compagnie bénéficie du soutien du poète, alors député de notre circonscription, Gérald Godin.

La compagnie se positionne comme un jeune Théâtre d’avant-garde, dynamique et prometteur.

1986 La pièce SI TU M’ABANDONNES… de Pauline Harvey et Lise Vaillancourt inaugure la première saison du nouveau Théâtre.
4e Festival de créations de femmes, dont le thème est l’érotisme. Au milieu du festival, on retrouve l’ahurissante SOIRÉE DES MURMURES qui, autour de l’idée de peep-show, réunit 45 artistes animant 21 installations dans tous les coins et recoins de GO.

1987 Pour sauver le TEF d’une faillite imminente, Hélène Pedneault appelle à la rescousse ses amis du monde de la chanson (Geneviève Paris, Michel Rivard, Marie-Claire Séguin, Richard Séguin et Sylvie Tremblay) pour le BEAU SHOW, un spectacle-bénéfice présenté au Spectrum.

Ginette Noiseux assume dorénavant seule la direction artistique de la compagnie. LA SOIRÉE DES MURMURES, dont elle a été l’initiatrice, est reprise dans le cadre du FTA.

1988 Hélène Pedneault signe LA DÉPOSITION. Surprise : pour la première fois à GO, un homme signe la mise en scène. Et il se nomme Claude Poissant.

Le Théâtre Expérimental des Femmes présente LA TEMPÊTE dans le cadre du Printemps Shakespeare, événement qui comprend également des spectacles du Théâtre du Nouveau Monde et d’Omnibus. Alice Ronfard confie le rôle de Prospero, le vieux mage, à Françoise Faucher. Ce mini-festival remporte le Grand Prix du Conseil des arts de Montréal.

1989 Un spectacle du TEF sort de ses murs de l’ESPACE GO. La pièce L’ANNONCE FAITE À MARIE de Paul Claudel, dans une mise en scène d’Alice Ronfard, est jouée dans la chapelle du Grand Séminaire, lieu d’ordinaire fermé au public.

1990 Les spectacles s’affichent dorénavant sous l’étiquette « Productions ESPACE GO ». La compagnie a le vent dans les voiles. Toutefois, elle traverse aussi une importante crise de croissance. ESPACE GO doit déménager à court terme, sous peine d’asphyxie.

1991 Le 9 mars, le conseil d’administration procède officiellement au changement de nom de la compagnie. Le Théâtre Expérimental des Femmes appartiendra dorénavant à l’histoire d’ESPACE GO.

L’Association québécoise des critiques de théâtre décerne à Ginette Noiseux un prix spécial pour sa direction artistique de la saison 1990-1991.

1994 La compagnie s’incorpore sous le nom ESPACE GO. Elle mène le plus ambitieux projet de son histoire, la construction d’un nouveau Théâtre à Montréal, premier édifice culturel construit depuis celui de la Place des Arts. Fait exceptionnel, le projet est rendu dans les échéances et respecte le cadre budgétaire. On doit cette réussite au tandem Ginette Noiseux et Francine D’Entremont, soutenu par André Lapalme, Pierre Matuszewski et Jean-Marc Eustache.

1995 Le 10 janvier, ESPACE GO ouvre son nouveau Théâtre. L’édifice est dessiné par l’architecte Éric Gauthier, avec la complicité avisée de Guy Simard, consultant scénographe senior. Le projet remporte le Prix d’excellence dans la catégorie institutionnelle décerné par l’Ordre des architectes du Québec.

La pièce INVENTAIRES de Philippe Minyana, dans une mise en scène d’une des fondatrices, Louise Laprade, inaugure ce nouveau lieu culturel de Montréal.

ESPACE GO invite la compagnie Petit à Petit (aujourd’hui Théâtre PÀP), dirigée à l’époque par René Richard Cyr, Marie-France Bruyère et Claude Poissant, à s’installer à demeure.

ESPACE GO reçoit le Prix secteur théâtre du Conseil des arts de Montréal pour la pièce ALBERTINE, EN CINQ TEMPS de Michel Tremblay, dans une mise en scène de Martine Beaulne. Le spectacle remportera de nombreux prix, connaîtra des tournées d’envergure et fera l’objet d’une adaptation pour le cinéma par André Melançon et Martine Beaulne.

1996 Brigitte Haentjens crée une véritable onde de choc avec QUARTETT, un texte de l’auteur allemand Heiner Müller.

ESPACE GO met sur pied sa première soirée-hommage dédiée à Françoise Berd. Désormais, une fois l’an, les artistes de théâtre de différentes générations se rencontreront pour célébrer des femmes (et quelques hommes) qui ont marqué l’art dramatique au Québec.

1999 Pour la première fois, ESPACE GO accueille une production étrangère, REQUIEM POUR SREBRENICA, et présente le travail d’un jeune metteur en scène de talent, Olivier Py.

2000 Cette décennie confirmera les complicités avec les compagnies Théâtre de l’Opsis, Transthéâtre, Sibyllines et UBU qui se produisent au Théâtre ESPACE GO, de même qu’avec le Festival de théâtre des Amériques (FTA), Les Coups de théâtre, Tangente, le Festival International de la Littérature (FIL) et le Festival Voix d’Amériques.

2001 Avec la présentation successive de L’AMANTE ANGLAISE de Marguerite Duras par le Théâtre Le Point du Jour (Lyon), de J’AI GÊNÉ ET JE GÊNERAI de Daniil Harms par le Théâtre du Fust (Montélimar) et des BONNES de Jean Genet par le Groupe TSE d’Alfredo Arias (Paris), la Saison de la France à GO crée un pont avec les forces vives du théâtre français qui explorent les nouvelles avenues de la création.

2002 L’accueil du spectacle LA BÊTE DANS LA JUNGLE s’inscrit dans la démarche de réciprocité avec l’Europe, entreprise en 1999. Le spectacle est signé Éric Vigner, avec qui ESPACE GO développera d’autres projets de création.

2003 À la fin de sa vie, Marie Cardinal travaille — à la suggestion de Ginette Noiseux — à une traduction d’ŒDIPE À COLONE de Sophocle, sa dernière œuvre. Deux ans après son décès, son compagnon, l’homme de théâtre Jean-Pierre Ronfard, signe la mise en scène de cette tragédie grecque. L’histoire résonnera au-delà de la production : dix jours après la première, Jean-Pierre Ronfard décède.

2004 Vingt-cinq ans après la fondation du TEF, ESPACE GO fait un clin d’œil à ses origines expérimentales avec la création collective LES HOMMES AIMENT-ILS LE SEXE, VRAIMENT, AUTANT QU’ILS LE DISENT?

Pour marquer les célébrations, Pol Pelletier effectue un retour à GO avec NICOLE, C’EST MOI…

2005 Le Conseil des arts de Montréal décerne à ESPACE GO son 20e Grand Prix pour son rôle éminent dans l’évolution de la pratique théâtrale au Québec, soulignant son engagement absolu envers un théâtre contemporain, ouvert à tous les dialogues.

2006 Avec la présentation de DÉSORDRE PUBLIC, ESPACE GO entreprend une relation privilégiée avec Evelyne de la Chenelière, une des voix théâtrales les plus singulières aujourd’hui, initiant aussi une rencontre féconde entre l’auteure et la metteure en scène Alice Ronfard.

LA FIN DE CASANOVA, de Marina Tsvetaïeva, est l’occasion d’une première coproduction avec UBU et le metteur en scène Denis Marleau, un lien qui se poursuit.

2007 ESPACE GO présente FORÊTS, le dernier volet de la trilogie de Wajdi Mouawad, Le Sang des promesses, dont font partie les pièces LITTORAL et INCENDIES. Cet ambitieux projet nécessite la réunion de plusieurs partenaires d’ici et de la France.

2009 ESPACE GO franchit ses 30 ans d’existence et marque le coup avec SEXTETT, un texte de Rémi de Vos mis en scène par Éric Vigner, un projet qui unit ESPACE GO et le Centre dramatique de Bretagne – CDDB Théâtre de Lorient. La pièce, qui compte une distribution composée de comédiens du Québec et de la France, s’inscrit également au cœur de la programmation du Théâtre du Rond-Point à Paris et de quelques autres salles en France.

2011 Avec PROJET ANDROMAQUE, Serge Denoncourt signe une remarquable mise en scène de la pièce de Jean Racine et remporte un immense succès.

Pour faire bouger et vibrer le projet artistique d’ESPACE GO, Ginette Noiseux propose à la comédienne Sophie Cadieux une résidence d’artiste de trois ans. BLANCHE-NEIGE & LA BELLE AU BOIS DORMANT, un texte d’Elfriede Jelinek auquel Martin Faucher donne vie avec fougue, inaugure cette collaboration.

2012 TRISTESSE ANIMAL NOIR, une pièce d’Anja Hilling, est l’occasion d’une première coproduction entre ESPACE GO et le Théâtre PÀP, et ce, après 17 ans d’heureuse cohabitation.

La même année, Alice Ronfard crée UNE VIE POUR DEUX [LA CHAIR ET AUTRES FRAGMENTS DE L’AMOUR] d’Evelyne de la Chenelière. La pièce reçoit un accueil plus qu’enthousiaste de la part de la critique et du public. Elle fait l’objet d’une adaptation pour le cinéma par Luc Bourdon et Alice Ronfard.

2013 Sophie Cadieux réalise le projet phare de sa résidence d’artiste en plongeant dans l’œuvre de Nelly Arcan. LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE est l’un des moments forts de la saison et marque également le début d’une riche collaboration avec la metteure en scène Marie Brassard. Son travail lui vaut une nomination aux prix de l’Association québécoise des critiques de théâtre.

2014 Evelyne de la Chenelière démarre le deuxième cycle d’artiste en résidence en plaçant l’écriture au cœur des activités de sa première saison.

Serge Denoncourt provoque une onde de choc avec sa version décomplexée d’UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR. Céline Bonnier y joue une Blanche DuBois troublante de vérité.

Le spectacle LES DEUX VOYAGES DE SUZANNE W., créé sous le titre VANISHING POINT au Théâtre National de Chaillot à Paris, puis présenté à ESPACE GO, remporte deux prix de la critique en France, celui de la meilleure création en langue française décerné au metteur en scène Marc Lainé et celui du meilleur compositeur de musique remis au groupe Moriarty.

Artistes en résidence[modifier | modifier le code]

En 2011, pour faire bouger et vibrer le projet artistique d’ESPACE GO, la directrice Ginette Noiseux a mis sur pieds le projet d’artiste en résidence.

Au-delà des créations que l’artiste en résidence entreprend et inspire, ce sont ses questionnements, sa pratique et sa passion qui colorent librement l’ensemble de la saison, et ce, par la création d’objets dans l’espace, de performances et d’invitations à d’autres artistes.

Après un premier cycle en compagnie de la comédienne Sophie Cadieux (2011-2014), la directrice artistique Ginette Noiseux a convié l’auteure et comédienne Evelyne de la Chenelière à investir à son tour ESPACE GO (2014-2017).

Compagnies en résidence[modifier | modifier le code]

Le Théâtre PÀP est en résidence à ESPACE GO depuis 1995.

La compagnie Orange Noyée est en résidence à ESPACE GO depuis 2014.

Compagnie associée[modifier | modifier le code]

UBU compagnie de création est compagnie associée à ESPACE GO depuis 2006.

Partenaire international[modifier | modifier le code]

Le Centre Dramatique National de Haute-Normandie, en France, est partenaire internationational d'ESPACE GO depuis 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]