Jean-Pierre Siméon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siméon.

Jean-Pierre siméon

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Pierre Siméon aux XXe Lectures sous l'Arbre ; Cheyne, Le Chambon-sur-Lignon ; août 2011

Naissance 6 mai 1950
Paris 13e
Activité principale
Poète, dramaturge, directeur artistique, romancier, écrivain pour la jeunesse
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Jean-Pierre Siméon est un poète et dramaturge français né à Paris (XIIIe) le 6 mai 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de lettres modernes, Jean-Pierre Siméon a enseigné à l’IUFM de Clermont-Ferrand. Il a parallèlement composé une œuvre variée : une quinzaine de recueils de poèmes mais également cinq romans, des livres pour la jeunesse et des pièces de théâtre. Il a collaboré à de nombreuses revues de création littéraires (Commune, Jungle, Faites entrer l'infini, Les Cahiers de l’Archipel, etc.).

Pour ces différentes œuvres, il a obtenu le prix Théophile-Briant en 1978, le prix Maurice-Scève en 1981, le prix Artaud en 1984 pour Fuite de l’immobile, le prix Guillaume-Apollinaire en 1994 pour Le Sentiment du monde, le Grand Prix du Mont-Saint-Michel en 1999 et le prix Max-Jacob en 2006 pour Lettre à la femme aimée au sujet de la mort.

Il dirige, avec Jean-Marie Barnaud, la collection Grands Fonds chez Cheyne éditeur et a écrit régulièrement dans l’Humanité comme critique littéraire et dramatique.

Pendant six ans « poète associé » au Centre dramatique national de Reims, il l’est désormais au Théâtre national populaire, à Villeurbanne, à l’invitation de son directeur Christian Schiaretti. Dans ce cadre, en 2009 sa pièce Philoctète a été créée à l’Odéon-Théâtre de l'Europe dans une mise en scène de Christian Schiaretti. Laurent Terzieff en était l’interprète principal.

Il est également directeur artistique du Printemps des Poètes.

Son dernier recueil de poésie, le Traité des sentiments contraires, a été publié en 2011 chez Cheyne Editeur.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Jean-Pierre Siméon est essentiellement poétique. L'auteur se lance parfois dans une rêverie surréaliste, préférant la puissance évocatrice des mots, et la force des images invoquées, au sens qu'on leur donne. Il explique que "on fait de la poésie avec des mots non avec des idées"[1] Il revendique notamment l'influence du poète surréaliste Paul Éluard, dont il préface le recueil "Poésie volontaire et poésie involontaire", et celle d'Andrée Chedid, dont il préface avec Mathieu Chedid le recueil "Au cœur du cœur"[2]. Sa Poésie est surtout caractérisée par la force de ses métaphores, le rythme musical de ses vers, l'indéniable beauté recherchée par le poète, la force et le nombre très important d'images, la recherche sur les mots.

À partir de 1996, il s’intéresse également au théâtre, et s’installe au Centre Dramatique National de Reims à l'invitation de son directeur Christian Schiaretti puis suit ce dernier au Théâtre National Populaire de Villeurbanne, d’abord en tant que « poète associé », puis en tant que dramaturge, avec ses pièces Stabat Mater Furiosa, Philoctète entre autres.

Dans son avant-propos au Traité des Sentiments contraires (2011), il affirme sa distance par rapport « aux lois qui régissent les goûts poétique de ce temps ». Il s’attaque notamment au « déni de la métaphore, refus de l’harmonie rythmique au profit de la dissonance et du discontinu, la rétention de la langue ou à l’inverse son débondage »[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Pour la jeunesse
  • À l'aube du buisson, Le Chambon-sur-Lignon, France, Cheyne éditeur, coll. « Poèmes pour grandir »,‎ 1985, 41 p. (ISBN 978-2-903705-16-9)
  • La nuit respire, Le Chambon-sur-Lignon, France, Cheyne éditeur, coll. « Poèmes pour grandir »,‎ 1987, 39 p. (ISBN 978-2-903705-30-5)
  • L'étrange, curieuse, bizzare, étonnante, stupéfiante, inquiétante, fabuleuse et véridique histoire de Népomucène, d'Iphigénie et du poivron flottant, Le-Puy-en-Velay, France, Atelier Poisson Soluble,‎ 1995 (ISBN 978-2-9504568-3-0)
    avec Anne Siméon, Stéphane Queyriaux et Frédéric Siméon
  • Contes et légendes d'Auvergne, Paris, Nathan Jeunesse, coll. « Contes et légendes »,‎ 1996, 193 p. (ISBN 978-2-09-282238-8)
  • La Mouche qui lit, Voisins-le-Bretonneux, France, Éditions Rue du Monde, coll. « Pas Comme les Autres »,‎ 1998, 40 p. (ISBN 978-2-912084-08-8)
    avec Isabelle Simon (Illustrations)
  • Un homme sans manteau, Le Chambon-sur-Lignon, France, Cheyne éditeur, coll. « Poèmes pour grandir »,‎ 2000, 43 p. (ISBN 978-2-84116-002-0)
  • Sans frontières fixes, Le Chambon-sur-Lignon, France, Cheyne éditeur, coll. « Poèmes pour grandir »,‎ 2001, 2e éd., 43 p. (ISBN 978-2-84116-053-2, LCCN 2001462517)
  • Aïe ! Un poète, Paris, France, Seuil Jeunesse, coll. « Seuil-Crapule »,‎ 2003, 48 p. (ISBN 978-2-02-059093-8)
    avec Nicole Claveloux (Illustrations), Henri Galeron (Illustrations), Tina Mercié (Illustrations)
  • Ceci est un poème qui guérit les poissons, Voisins-le-Bretonneux, France, Éditions Rue du monde, coll. « Couleur carré »,‎ 2005, 40 p. (ISBN 978-2-915569-22-3)
    avec Olivier Tallec (Illustrations)
  • Ici, Le Chambon-sur-Lignon, France, Cheyne éditeur, coll. « Poèmes pour grandir »,‎ 2009, 40 p. (ISBN 978-2-84116-143-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Siméon, Traité des sentiments contraires, Cheyne éditeur, 2011
  2. Andrée Chedid, Au cœur du cœur, poèmes choisis et préface par Jean-Pierre Siméon et de Mathieu Chedid, Librio Poésie

Sur les autres projets Wikimedia :