Cussac (Haute-Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cussac.
Cussac
L'église Saint-Pierre-ès-Liens.
L'église Saint-Pierre-ès-Liens.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Rochechouart
Canton Rochechouart
Intercommunalité Communauté de communes Ouest Limousin
Maire
Mandat
Luc Gabette
2014-2020
Code postal 87150
Code commune 87054
Démographie
Gentilé Cussacois
Population
municipale
1 242 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 21″ nord, 0° 51′ 05″ est
Altitude Min. 264 m – Max. 476 m
Superficie 31,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Cussac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Cussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cussac

Cussac (Cussac en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord-Limousin.

Ses habitants sont appelés les Cussacois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Cussac en Haute-Vienne.

Cette commune est à environ 45 km au sud-ouest de Limoges[2]. Elle est très connue dans le monde du motocross et du quad grâce à son championnat de France du motocross qui s'y déroule en avril depuis 2013[3] sur le terrain moto-cross de Piégut à Cussac[4].

Rose des vents Saint-Bazile
Saint-Mathieu
Oradour-sur-Vayres Oradour-sur-Vayres Rose des vents
Saint-Mathieu N Champagnac-la-Rivière
O    Cussac    E
S
Marval La Chapelle-Montbrandeix Champagnac-la-Rivière

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune pourrait trouver son origine par la géographie de la région qui était très boisée de chênes, « Cass » issu de « Cassano » et suivie du suffixe « ac » dérivant du gaulois latinisé « acu » signifiant la possession d’un domaine, le préfixe désignant souvent le nom du propriétaires[5].

Le nom de Cussac apparaît pour la première fois dans un document remontant à 1242 relatant le mariage de Marguerite de Limoges, petite fille d’Henri Ier, avec Aymeric VIII, Vicomte de Rochechouart. (« …par sentence arbitrale du 3 des nones d’avril 1242, elle eut pour dot les forteresses et ville de Cussac, d’Oradour… »)[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Le village appartenait à la seigneurie de Cromières.

L’église de Cussac date du XIe siècle. Il existait aussi le monastère de Boubon, qui fut vendu et détruit après la Révolution française ; il abritait l’ordre de Fontevrault.

Au XVIIIe siècle, des fondeurs de cloches (« campaniers ») et des potiers d’étain (« estagners ») viennent s’installer à Cussac.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Cussac (Haute-Vienne).svg

Les armoiries de Cussac[6] se blasonnent ainsi :

Tiercé en pairle renversé : au 1er la bogue de châtaignier, au 2e d'or à la quenouille de sable garnie d'argent, au 3e d'azur à trois divises ondées d‘argent ; au chef d'azur chargé de deux divises ondées d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Cussac

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1936 inconnu Charles François Blancher[8]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Guy Desplas[9]    
mars 2014 en cours Luc Gabette[10] Cussac Développement (DVD)  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 242 habitants, en augmentation de 4,11 % par rapport à 2009 (Haute-Vienne : 0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 579 1 638 1 629 698 1 895 1 991 2 007 2 020 2 042
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 935 1 864 1 906 1 811 1 896 1 955 2 097 2 037 2 073
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 038 2 023 2 027 1 755 1 586 1 468 1 368 1 334 1 252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 155 1 183 1 253 1 252 1 206 1 123 1 214 1 193 1 242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Pierre-ès-Liens.
  • Les souterrains sous la place de l’Église.
  • Le monastère de Boubon.
  • Le manoir du Puy.
  • La Jalade.
  • Clédier rond.
  • La voie antique (le chemin La Pouge), proche du bourg.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Bonne fontaine de La Mazaurie.

La commune fait partie du parc naturel régional « Périgord-Limousin »[17].

Elle est concernée par la vaste « réserve de biosphère du bassin de la Dordogne », un espace protégé et géré Natura 2000. Si elle manque de peu d'entrer dans sa « zone tampon »[18] (5 070,0106 km²) dont elle jouxte la limite sud-ouest, la commune fait partie de la zone qui l'entoure, dite « zone de transition »[19] (188 025,62 km²).

La ZNIEFF continentale de type 2 de la « vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) »[20], soit 2 130,31 hectares, concerne dix communes[note 1] dont Cussac.
La ZNIEFF continentale de type 1 de l'« étang de la Monnerie (vallée de la Tardoire) »[21], soit 30,11 hectares, concerne Cussac et Oradour-sur-Vayres. Cette ZNIEFF comprend une chênaie mésophile et une aulnaie-saulaie marécageuse, une mégaphorbiaie de plaine à angéliques, des bras morts de la Tardoire et des mares. On y trouve le râle d'eau (Rallus aquaticus ), la loutre (Lutra lutra), l'hespérie à miroirs (Heteropterus morpheus, papillon menacé en Limousin), le galéruque à 4 taches (Phyllobrotica quadrimaculata) ou le Gnorimus variabilis octopunctatus. Cette ZNIEFF est complètement incluse dans la ZNIEFF de la « Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) »[20].
La ZNIEFF continentale de type 1 du « bois des Essarts »[22], soit 702,41 hectares, concerne Châlus, Champagnac-la-Rivière, La Chapelle-Montbrandeix, Cussac et Dournazac. Elle comprend l'étang de Masselièvre à l'ouest (sur La Chapelle) et le ruisseau de Brie à l'est (sur Champagnac). Entre les deux, une châtaigneraie intéressante pour les insectes saproxyliques qu'elle abrite.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Duvoisin de Laserve (1756-1814), député de la Haute-Vienne.
  • Amédée Frugier-Puyboyer (1835-1893), député-maire de Cussac.
  • Léonard Chambonnaud (1837-1953), auteur de manuels scolaires.
  • L'abbé Paul Elias est né à Cussac en 1897. Il fit édifier le lieu de pèlerinage de Notre-Dame-de-la-Paix à Saint-Auvent et reçut la médaille de Juste parmi les nations par l'institut du Yad Vashem[23].
  • Eugène Pinte (1902-1951), dit commandant “Athos”, Dès fin 1940, ce patriote prend contact avec d'autres officiers et constitue les premiers embryons de réseaux de l'Organisation de résistance armée (ORA), dans les secteurs de Cussac et Séreilhac.
  • Jean Fredon (1911-1944), résistant fusillé à Tulle le 2 avril 1944, né à Cussac.
  • Michel Oudot de Dainville (1915-2001), général de brigade, né à Cussac.
  • René Rougerie est un éditeur français de poésie, né à Cussac le 5 janvier 1926, et mort le 12 mars 2010 à Lorient.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Macaire, Cussac et sa région : histoire d'une agglomération rurale en Poitou[24].
  • Pierre de Fontaine de Resbecq, Cussac : une page d'histoire : familles et châteaux[25].
  • André Grasset, Cussac au 20e siècle. La vie dans nos villages[26].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les dix communes de la ZNIEFF de la « Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) » sont :
    Châlus, Champagnac-la-Rivière, Champsac, Chéronnac, Cussac, Maisonnais-sur-Tardoire, Oradour-sur-Vayres, Saint-Bazile, Saint-Mathieu et Les Salles-Lavauguyon.
  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 27 mars 2011)
  2. Cussac et communes environnantes. Sur geoportail.fr.
  3. Deux jours de courses, près de 240 pilotes attendus. Sur lepopulaire.fr, 06/05/13.
  4. Terrain moto-cross de Cussac-Piégut, fiche sur le site mxcircuit.fr.
  5. a et b « Historique de Cussac - Origine Etymologique de Cussac », sur www.cussac87.fr (consulté le 27 mars 2011)
  6. « Les armoiries de la commune », sur blason-des-villes.e-monsite.com (consulté le 27 mars 2011)
  7. « Les maires de la commune » (consulté le 27 mars 2011)
  8. « Maires de Cussac - francegenweb.org » (consulté le 20 septembre 2014)
  9. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  10. « Cussac 87150 - Résultats des municipales 2014 » (consulté le 20 septembre 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Domaine de Cromières », notice no PA00100527, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. L'eau et le sacré, les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moyen Âge à nos jours, Brigitte Caulier, Beauchesne, presses de l'université Laval, (ISBN 2 7010 1214 7)
  17. « Parc naturel régional Périgord-Limousin » - FR8000035. Fiche et cartographie espace protégé Natura 2000.
  18. « Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne, zone tampon » - FR6400011. Fiche et cartographie espace protégé Natura 2000.
  19. « Réserve de biosphère du bassin de la Dordogne, zone de transition » - FR6500011. Fiche et cartographie espace protégé Natura 2000.
  20. a et b « Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) » - 740000072. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  21. « Étang de la Monnerie (vallée de la Tardoire) » - 740120048. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  22. « Bois des Essarts » - 740008249. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  23. « Le comité français pour Yad Vashem - Dossier 5158 », sur Le comité français pour Yad Vashem (consulté le 12 septembre 2014)
  24. Pierre Macaire, Cussac et sa région, Copenhague, Le plein des Sens, , 207 p. (ISBN 87-88896-01-3)
  25. Pierre de Fontaine de Resbecq, Cussac - Une page d'histoire : Familles et chateaux, Paris, Livre d'histoire-Lorisse (Le), coll. « Monographie des villes et villages de France », (réimpr. Fac-sim. de l'éd. de : Rochechouart : Impr. Dupanier frères, 1906) (1re éd. 1906), 100 p., 14,0 cm × 20,0 cm × 0,6 cm (ISBN 978-2-7586-0006-0, ISSN 0993-7129)
  26. André Grasset, Cussac au XXe siècle. : La vie dans nos villages., Cussac, A. Grasset, , 476 p. (notice BnF no FRBNF41244287)
  27. TF1, « Les "bonnes fontaines" de Cussac, un lieu aux vertus apaisantes », sur www.wat.tv, (consulté le 20 septembre 2014)