Combava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Combawa)

Citrus hystrix

Combava est le nom du Citrus hystrix agrume du sous-genre papeda [1]. Il désigne l'arbre, le fruit et l'aromate.

Le nom combava (ou combawa, cumbava, cumbaba, makrut, citron combera) provient des anciennes cartes maritimes où l'île indonésienne de Sumbawa, à l’est de Bali dans l'archipel de la Sonde (mer des Moluques), est nommée Combava par les marins occidentaux[2],[3]. L'arbre est originaire de ces îles.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier, G. E. Rumphius (1628-1702) a dessiné un combava en provenance d'Amboine (Indonésie). Pierre Sonnerat (1748-1814) en a collecté des spécimens en 1771-72 et il figure dans l'Encyclopédie Méthodique de Lamarck (1796) [4]. Le portugais utilise également le mot combava (Amboine était portugaise au XVIe siècle) pour désigner la plante et son fruit.

La plante a été introduite à l'île Maurice, par Pierre Poivre à la fin du XVIIIe siècle et de là, par M. Rolland, en 1808 au jardin botanique de Montpellier où Augustin de Candolle l'a décrite sans en voir la floraison (1813) sous le nom de Citrus hystrix ainsi que le mentionne Ernst Gottlieb von Steudel en 1821[1],[4],[5],[6]. Jusqu'à la publication d'Henri Chapot (1952), « Le Combava, Citrus de la Réunion et de Madagascar », la systématique est confuse, y compris l'orthographe longtemps Combara chez Rafinesque, Guillaumin, Swingle, jusqu'à l'adoption de Combava par Paul Hubert en 1912[7],[8]. Le combava est longtemps confondu avec Citrus macroptera dont il est génétiquement très proche [9].

En 1816, le combava était cultivé vendu par la pépinière Audibert, près de Tarascon [10]. Sa présence à La Réunion est relatée depuis son introduction. En 1902, La Réunion envoie de la « très bonne » liqueur de combava à l'Exposition Coloniale[11]. Le mot combava entre visiblement dans le français dans la décennie 80 du XXe siècle pour devenir fréquent au XXIe siècle [12].

Le combava apparaît dans les textes anglophones sous le nom de kaffir lime en 1868, à Ceylan où frotter ses jambes avec son jus prévient des morsures de sangsues [13]. La dénomination est également incertaine dans cette langue : en 1871, Cyclopædia of India and of Eastern and Southern Asia la nomme sweet lime of the Moluccas : lime douce des Moluques et ajoute qu'elle est cultivée en Inde [14].

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom binomial Citrus hystrix donné par De Candolle signifie agrume épineux, hystrix est le nom latin du porc-épic chez Pline [15],[16]. Il existe de nombreux synonymes dont Citrus combara Raf.[17].

L'anglais kaffir lime est fréquent. En 2014, une campagne fut menée aux États-Unis pour que cesse l'usage de ce nom au profit de ceux de k-lime ou de makrut lime. Kafir, de l'arabe كافر (kāfir), infidèle, est méprisant, offensant et raciste en Afrique du Sud où il désignait les Noirs de la Cafrerie [18],[19]. Elle est parvenue à augmenter l'usage de makrut mais kaffir lime reste de loin le terme usuel [20]. Ce nom évoque le néerlandais kaffir limoen, qui donne l'allemand Kaffir Limette, le hongrois Kaffir citrom[21],[22]. Selon certains auteurs l'origine serait un terme neutre: le portugais cafre, introduit dans cette langue au XVIe siècle, qui désignait simplement les habitants de la Cafrerie ou encore les bantous [23].

En indonésien (pays d'origine) jeruk puruk. Makrut provient du thaï มะกรูด (makrūd). Le caractère piquant de la plante n'a pas échappé au chinois : 箭叶橙 (jiàn yè chéng), littéralement flèche/feuille/orange (fruit), 箭叶橙 (jiàn yè chéng) épée/feuille/orange et 馬蜂橙 (mǎfēng chéng) frelon orange, il est produit dans le Yunnan et la Guangxi [24].

Jeune feuille de combava

Description[modifier | modifier le code]

L'arbre de petite taille ( 3 à 6 m. de haut, 2.5 à 3 m. de large) est épineux, ses feuilles ( 7.5–10 cm de long) ont le pétiole largement ailé des papeda [25]. Le fruit est sphérique (diamètre de 4 à 6 cm) avec une écorce grumeleuse caractéristique et un col. Il est parfois confondu avec la bergamote (fruit du bergamotier) dont le goût est totalement différent.

Le fruit et la feuille sont riches d'une huile essentielle fortement parfumée, d'un parfum rappelant la citronnelle. « Le fruit globuleux est verruqueux et a quelque peu l'odeur de mélisse» écrit le Bulletin du Jardin colonial et des jardins d'essai des colonies françaises de 1911 [26]. Les fleurs sont petites, parfumées, blanches avec un calice cuspidé à 4 lobes, blanc à frange violette, 4 ou 5 pétales ovales-oblongs, blanc jaunâtre teinté de rose et 24 à 30 étamines [25].

Dans une analyse en composantes principales des génomes de 92 agrumes, une équipe franco-brésilienne (2019) situe le combava à proximité de kumquat marumi (Fortunella japonica); du citronnier épineux (Poncirus trifoliata) et du buis de Chine (Severina buxifolia), proche du primitif cédrat dont il constitue un cluster distinct aux côtés du macroptère (Citrus macroptera) [27],[25].

Le combava n'est pas une plante domestiquée, mais une plante sauvage cultivée dont il existe des hybrides et mutants naturels[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Écorce sèche de combava

Parties de la plante utilisées[modifier | modifier le code]

  • Le fruit est utilisé pour son zeste, pour son jus, et aussi entier confit.
Les feuilles fraiches, puissamment aromatiques, s'utilisent crues ou dans les cuissons.

Utilisation culinaire[modifier | modifier le code]

La principale utilisation de la feuille et du fruit du combava est comme aromate en cuisine.

Utilisation pharmaceutique[modifier | modifier le code]

En médecine traditionnelle asiatique, les extraits de combava sont utilisés en cas d'affection pulmonaire et de maux d'estomac[25]. L'huile essentielle est stimulante : en aromathérapie, elle soulage la dépression et le stress[31] ; les compresses des massages thaïlandais contiennent du combava[5]. Margaret Landon (1949) parle d'un bain rituel thaï dans l'eau chaude avec des feuilles de combava[32].

L'extrait de combava a montré (2005, 2017) une activité anti-proliférative de cancers humains ou murins, la concentration inhibitrice médiane IC50 mesurée sur des cellulesde carcinome de la bouche humaines leucémiques du rat était légèrement supérieure pour le fruit que pour la feuille [33],[34],[25]. Une brève communication japonaise (2009) avait signalé la présence dans les feuilles ( y compris après 10 min. de cuisson) de 2 dérivés de la furanocoumarine, l'époxypeucedanine et l'époxybergamottine qui sont des anti-mutations, ils inhibent l'enzyme hépatique (cytochrome P450) qui active le mutagène [35].

Depuis 2017, les publications académiques se multiplient sur une capacité antioxydante de la feuille, du zeste et du jus, antidiabétique et hépato-protectrice [25],[36],[37] : chez le rat, l'extrait de feuille de combava réduit considérablement l'hépato-toxicité du paracétamol [38]. Chez le rat hypercholestérolémique l'extrait alcoolique de zeste réduit sensiblement la cholestérolémie totale [39]. Certains de ses composés phytochimiques soumis à des études précliniques montrent des effets antibactériens, antifongiques, anticancéreux, chimiopréventifs, antioxydants, anticholinestérases, cardio et hépatoprotecteurs (2013) [40].

Une publication indonésienne (2020) montre que le jus a un pouvoir anti-oxydant ( flavonoïdes et vitamine C) du même ordre que le jus d'orange[41]. In vitro sur des cellules humaines les extraits de combava protègent de la sénescence neuronale induite par le glucose et améliorent les fonctions des cellules neuronales [42].

Feuilles fraiches

Utilisation antibactérienne et fongicide[modifier | modifier le code]

Antibactérien[modifier | modifier le code]

L'huile essentielle crue présente un large spectre d'inhibition contre les bactéries gram-positives dont le Staphylocoque doré et Listeria monocytogenes, les levures et moisissures, ce qui la rend précieuse pour le préservation des aliments [43],[44]. In vitro, la macération de feuilles pulvérisée dans l'alcool inhibe le plus efficacement la croissance de Staphylococcus aureus à une concentration de 20% [45].

Cette activité antibactérienne est également démontrée chez les pathogènes du système respiratoire (Streptococcus pneumoniae notamment) [46] et les bactéries causes de l’acné : les Propionibacterium acnes [47]. À noter une publication rapportant l'inhibition de Vibrio cholerae par des micro-capsules d'huile essentielle de combava (2012)[48].

Fongicide[modifier | modifier le code]

In vitro, la microémulsion faiblement dosée (1,08 mg / ml) d'huile essentielle de feuilles de combava dans l'eau présente une puissante activité antifongique contre Trichophyton mentagrophytes var. interdigitale (champignon de la teigne fréquent chez les animaux). Elle est active contre Aspergillus niger ( moisissure noire des fruits et légumes) et Candida albicans (candidoses des muqueuses digestive et gynécologique humaines) [49].

La microémulsion d'huile de feuilles de combava est stable entre à 4° C et 30° C pendant 1 mois, instable à 45° C.

Utilisation comme répulsif, déodorant et cosmétique[modifier | modifier le code]

L'huile essentielle est insecticide, un bio larvicide efficace et un acaricide[50],[25]. L'extrait alcoolique de feuilles de combava peut être utilisé pour l'éradication de Aedes aegypti, l'huile essentielle de la feuille (petit grain de combava) est un répulsif contre le moustique Aedes aegypti, l'essence de fruit est plus efficiente contre Anopheles minimus. Lors de tests réalisées en Nouvelle-Zélande (2001) l'huile essentielle de combava extraite par distillation vapeur a montré un faible pouvoir de répulsion et une très faible persistance (durée de protection) contre divers moustiques comparé à la citronnelle ou au DEET[51].

Le jus du combava, comme celui du citron sert à débarrasser les mains ou les couteaux des odeurs, ajouté au bain il élimine les odeurs corporelles [52],[25].

En Asie tropicale, la feuille et le fruit servent aussi de shampoing. Le jus est utilisé en Malaisie pour adoucir la peau [25].

Le zeste serait utilisé par les populations rurales d'Asie du Sud-Est (Cambodge, Thaïlande, Laos) pour repousser les serpents.[réf. nécessaire].

Production[modifier | modifier le code]

Le fruit vert a une peau granuleuse caractéristique, 5 cm de diamètre et 40 g. lors de la commercialisation.

Le combava est produit dans les pays tropicaux consommateurs : la Thaïlande, l'Inde, l'Indonésie[53]. Dans l'Union européenne le Portugal qui se trouve dans l'espace de libre circulation de végétaux européen (à la différence de La Réunion) distribue des feuilles fraîches accompagnées d'un certificat phytosanitaire [54].

Une publication indonésienne détaille la production dans la Tulungagung (est de Java) où 2080 ha donnent 8300 t. de feuilles par an (40000 arbres par ha avec 100 g. par arbre [environ 120 feuilles]), le fruit n'est pas demandé. La récolte en 2 saisons de 2 mois est totalement manuelle, le marché est celui du frais comme aromate et la production de l'huile essentielle de feuille par extraction à la vapeur [55].

En climat tempéré, le combava est cultivable en pot, sa rusticité est faible: zones USDA 10 a à 11, éviter le gel [56],[57].

Les huiles essentielles[modifier | modifier le code]

Essence et petitgrain[modifier | modifier le code]

L'huile essentielle est extraite soit de la feuille (Petit grain de combava) soit du zeste (essence de combava) [58]. Même si le parfum sui generis du combava, dû aux fortes concentrations de citronellol, de limonène et de nérol, se retrouve dans toutes les parties de la plante, la composition de ces 2 extraits est différente (et variable selon la saison de récolte, les conditions agro-climatiques, le stade de maturité, et les conditions d'extraction) [59],[60].

L'huile essentielle de feuille, petitgrain de combava, est très riche en citronellal (de 61 à 80% selon les sources), β-citronellol (13%) et limonène (6%) [61]. En revanche dans l'essence de combava (zeste du fruit) il n'est présent qu'à 8 à 23% alors que dominent le limonène (40%), terpinene-4-ol (14%) et α-terpinéol (13%), avec présence de β-pinène (23 à 32% contre 0.1 dans la feuille) et sabinène (16 à 20% contre 2 dans la feuille) [61],[60],[62],[63],[64]. Akihama (1985) décrit le parfum du petit grain de combava comme un mélange d'huile de citronnelle et d'huile de lime, Muhammad Nor (1992, 1999) le classe comme aldéhydé, typé agrume, floral et légèrement épicé, l'essence elle est florale et fruitée, fortement épicée avec une odeur proche du citron avec un fort caractère de melon[61]

L'huile essentielle est utilisée dans les industries pharmaceutique, agronomique, alimentaire, sanitaire, cosmétique et de la parfumerie [65]. La méthode d'extraction influence le rendement et la composition : l'hydro-distillation donne un rendement de 1.1% moyen, l'extraction à la vapeur peut aller jusqu'à 4% et au-delà sous pression. Les autres méthodes (solvant, fluide supercritique, etc.) ne semblent pas employées hors des laboratoires.[66]. En Europe, la méthode SFMA (extraction par micro-ondes sans solvant) qui produit une huile essentielle aussi proche que possible de celle naturellement présente dans la plante est utilisée à petite échelle [67],[54],[59],[68].

Elle se fait à partir de feuilles séchées (5 jours maximum à température ambiante) ou de feuilles fraiches [69].

Allergies - toxicité[modifier | modifier le code]

Les huiles essentielles de combava se caractérisent par le grand nombre de constituants, notamment les aldéhydes (41 dans la feuille, 29 dans le fruit), des cas de photodermatites étendues attribuées au psoralène photosensibilisant ont été signalés chez des randonneurs (1999) [61],[70].

Une expérimentation (2015) in vivo sur des souris conclut «Aucun des extraits de feuille de combava n'a montré d'effet toxique aiguë. Les extraits de feuilles de cette plante présentent une certaine activité antipyrétique et une activité anti-nociceptive significative sans induire de toxicité perceptible» [71].

Conservation[modifier | modifier le code]

Avec le temps le parfum de l'huile essentielle de combava évolue : avec l'oxydation le contenu en citronellal diminue rapidement au profit de divers monoterpènes. Les panels de consommateurs préfèrent une huile essentielle de 2 ans dans les produits de parfumerie ou cosmétiques, alors que les huiles jeunes conviennent mieux à l'alimentation [72].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « hystrix_2454 », sur citrusvariety.ucr.edu (consulté le 18 mai 2019)
  2. (en) John Seller, William Hacke et John Carter Brown Library, A Collection of original voyages (1699) : a facsimile reproduction, Published for the John Carter Brown Library by Scholars' Facsimiles & Reprints, (lire en ligne)
  3. Joseph Francois Charpentier de Cossigny, Voyage a Canton, capitale de la province de ce nom, a la Chine; par Goreée, le Cap de Bonne-Espérance, et les isles de France et de la Réunion; suivi d'observations sur le voyage à la Chine, de lord Macartney et du citoyen Van-Braam, et d'une esquisse des arts des indiens et des chinois. Par le c. Charpentier Cossigny.., chez André, imp.-libraire, rue de la Harpe, no 477, (lire en ligne)
  4. a et b (en) D. J. Mabberley, « Limau Hantu and Limau Purut. The Story of Lime-Leaves (Citrus hystrix DC, Rutaceae) », Gardens' Bulletin Singapore n° 54,‎ , p. 185-197. (lire en ligne)
  5. a et b (en) K. V. Peter, Handbook of Herbs and Spices, Elsevier, , 624 p. (ISBN 978-0-85709-568-8, lire en ligne)
  6. (la) Ernst Gottlieb von Steudel, Nomenclator botanicus enumerans ordine alphabetico nomina atque synonyma tum generica tum specifica et a Linnaeo et recentioribus de re botanica scriptioribus plantis phanerogamis imposita, sumtibus I.G. Cottae, (lire en ligne)
  7. Henri Chapot, « Le Combava, Citrus de la Réunion et de Madagascar », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, vol. 32, no 357,‎ , p. 377–385 (DOI 10.3406/jatba.1952.6517, lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  8. Paul Hubert, Fruits des pays chauds, H. Dunod et E. Pinat, (lire en ligne)
  9. (en) Iqrar A. Khan, Citrus Genetics, Breeding and Biotechnology, CABI, (ISBN 978-1-84593-193-3, lire en ligne)
  10. Etienne Michel, Traité du citronnier, Paris, Artus Bertrand et Deterville, , p. 42, t 18
  11. Rapports du Jury international ..., Imprimerie nationale, (lire en ligne)
  12. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le 16 novembre 2020)
  13. (en) John Henderson (capt 78th Highlanders.), The History of the Rebellion in Ceylon During Lord Torrington's Government: Affording a Comparison with Jamaica and Governor Eyre, Ch. J. Skeet, (lire en ligne), p. 58
  14. (en) Edward Balfour, Cyclopædia of India and of Eastern and Southern Asia, Commercial, Industrial and Scientific: Products of the Mineral, Vegetable and Animal Kingdoms, Useful Arts and Manufactures, Printed at the Scottish & Adelphi presses, (lire en ligne), p. 248
  15. Dictionnaire des sciences naturelles: dans lequel on traite méthodiquement des différens êtres de la nature, considérés soit en eux-mêmes, d'après l'état actuel de nos connoissances, soit relativement à l'utilité qu'en peuvent retirer la médecine, l'agriculture, le commerce et les arts, suivi d'une biographie des plus célèbres naturalistes : ouvrage destiné aux médecins, aux agriculteurs, aux commerçans, aux artistes, aux manufacturiers, et à tous ceux qui ont intérêt à connoître les productions de la nature, leurs caractères génériques et spécifiques, leur lieu natal, leurs propriétés et leurs usages. Huit - Idye. 22, Levrault, (lire en ligne), p. 403
  16. Alfred de Wailly, Nouveau dictionnaire latin-français..., A. Guyot et Scribe, (lire en ligne)
  17. « Citrus hystrix DC. », sur www.gbif.org (consulté le 4 novembre 2020)
  18. (en-US) « Why the Name 'Kaffir Lime' Is Wildly Offensive to Many », sur Modern Farmer, (consulté le 2 novembre 2020)
  19. (en-US) « 'Kaffir' lime has racist history, and some want the citrus renamed | CBC News », CBC,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2020)
  20. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le 16 novembre 2020)
  21. (en) Masayoshi Sawamura, Citrus Essential Oils: Flavor and Fragrance, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-118-07438-1, lire en ligne)
  22. (en) P. N. Ravindran, The Encyclopedia of Herbs and Spices, CABI, (ISBN 978-1-78064-315-1, lire en ligne), p. 488
  23. (en) « A Food Has a Historic, Objectionable Name. Should We Change It? », sur National Geographic, (consulté le 2 novembre 2020)
  24. (zh) « 箭叶橙 », sur baike.baidu.com,‎
  25. a b c d e f g h et i « A Review of Genetic Taxonomy, Biomolecules Chemistry and Bioactivities of Citrus Hystrix DC. - ProQuest », sur search.proquest.com (consulté le 18 mai 2019)
  26. Bulletin du Jardin colonial et des jardins d'essai des colonies françaises, A. Challamel., (lire en ligne)
  27. (en) Milena do Amaral, Marcia Fabiana Barbosa de Paula, Frederique Ollitrault, Ronan Rivallan, Edson Mario de Andrade Silva, Abelmon da Silva Gesteira, François Luro, Dominique Garcia, Patrick Ollitrault, Fabienne Micheli, « Phylogenetic Origin of Primary and Secondary Metabolic Pathway Genes Revealed by C. maxima and C. reticulata Diagnostic SNPs », Frontiers in Plant Science, vol 10 article 1128,‎ , voir figure 5 (lire en ligne)
  28. « Citrus hystrix DC. », sur www.mi-aime-a-ou.com (consulté le 18 mai 2019)
  29. (en) P. N. Ravindran, The Encyclopedia of Herbs and Spices, CABI, (ISBN 978-1-78064-315-1, lire en ligne), p. 488
  30. (en) JamieOliver.com, « Best Thai green chicken curry recipe », sur Jamie Oliver (consulté le 4 novembre 2020)
  31. (en) Tapanee Hongratanaworakit et Gerhard Buchbauer, « Chemical composition and stimulating effect of Citrus hystrix oil on humans », Flavour and Fragrance Journal, vol. 22, no 5,‎ , p. 443–449 (ISSN 1099-1026, DOI 10.1002/ffj.1820, lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  32. (en) Margaret Landon, Never Dies the Dream, Doubleday, (lire en ligne)
  33. « ScienceDirect », sur www.sciencedirect.com (consulté le 18 mai 2019)
  34. (en-US) Woro Anindito Sri Tunjung et Elsa Dilla Dertyasasa, « Volatile Organic Compounds of Kaffir Lime (Citrus Hystrix DC.) Leaves Fractions and Their Potency as Traditional Medicine », Biosciences Biotechnology Research Asia, vol. 14, no 4,‎ , p. 1235–1250 (lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  35. (ja) Kazuhiko Nakahar, Mitsuru Yoshida, G. Trakoontivakorn, P. Tangkanakul, « コブミカン(Citrus hystrix)の葉に含まれる抗変異原物質フラノクマリンの同定 Identification de la flanocoumarine antimutante contenue dans les feuilles de Cobmican (Citrus hystrix) », Information sur les résultats de la recherche internationale sur l'agriculture, la foresterie et la pêche n ° 17,‎ , p. 2 pages (lire en ligne)
  36. (en) Wenny Irawaty et Aning Ayucitra, « Assessment on antioxidant and in vitro antidiabetes activities of different fractions of Citrus hystrix peel. », International Food Research Journal, vol. 25,‎ , p. 2467–2477 (lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  37. Md Mohabbulla Mohib, Kazi Afnan, Tasfiq Zaman Paran et Salma Khan, « Beneficial Role of Citrus Fruit Polyphenols Against Hepatic Dysfunctions: A Review », Journal of Dietary Supplements, vol. 15, no 2,‎ , p. 223–250 (ISSN 1939-0211, PMID 28641051, DOI 10.1080/19390211.2017.1330301, lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  38. « ScienceDirect », sur www.sciencedirect.com (consulté le 18 mai 2019)
  39. Henas Deliara, Arum Kartikadewi et Dyah Mustika Nugraheni, « Ekstrak Ethanol Kulit Jeruk Purut (Citrus hystrix) Berpotensi sebagai Agen Penurun Kolesterol : Studi In Vivo », Medica Arteriana (Med-Art), vol. 2, no 1,‎ , p. 1–9 (ISSN 2657-2389, DOI 10.26714/medart.2.1.2020.1-9, lire en ligne, consulté le 5 juillet 2020)
  40. (en) Arumugam Abirami, Gunasekaran Nagarani and Perumal Siddhuraju, « The Medicinal And Nutritional Role of Underutilized Citrus Fruit- Citrus hystrix (Kaffir Lime): A Review », Drug Invention Today Vol.6.(1),‎ , p. 5 pages (ISSN 0975-7619, lire en ligne)
  41. (id) Anita Dwi Puspitasari, Sumantri, « Aktivitas antioksidan perasan jeruk manis (Citrus sinensis) dan jeruk purut (Citrus hystrix) menggunakan metode abts », Journal of Unhas Acad.,‎ , p. 4 pages (de 48 à 51) (ISSN 1410-7031, lire en ligne)
  42. (en) Nattaporn Pattarachotanant et Tewin Tencomnao, « Citrus hystrix Extracts Protect Human Neuronal Cells against High Glucose-Induced Senescence », Pharmaceuticals, vol. 13, no 10,‎ , p. 283 (DOI 10.3390/ph13100283, lire en ligne, consulté le 7 octobre 2020)
  43. (en) Sumonrat Chanthaphon et al., « Antimicrobial activities of essential oils and crude extracts from tropical Citrus spp. against food-related microorganisms », Songklanakarin J. Sci. Technol. 30 (Suppl.1),,‎ , pp 125-131 (lire en ligne)
  44. « Preservative effects of kaffir lime (Citrus hystrix DC) leaves oleoresin incorporation on cassava starch-based edible coatings for refrigerated fresh beef - ProQuest », sur search.proquest.com (consulté le 18 mai 2019)
  45. (id) Siti maimunah, Raihana, Yosy Cinthya et Eriwaty Silalahi, « Antibacterial Activity Extract of Leaves of Kaffir Lime (Citrus hystrix DC) Againts of Staphylococcus aureus Bacteria », Jurnal Pembelajaran Dan Biologi Nukleus Vol 6 (2),‎ , p. 129 à 138 (ISSN 2442-9481)
  46. (en) Vimol Srisukh et al., « Antibacterial activity of essential oils from Citrus hystrix (makrut lime) against respiratory tract pathogens », ScienceAsia 38,‎ , p. 212 à 217 (lire en ligne)
  47. (en) S. Luangnarumitcha et al., « Antimicrobial Activity of Essential Oils Against Five Strains of Propionibacterium acnes », Mahidol University Journal of Pharmaceutical Sciences 34(1-4),‎ , p. 60 à 64 (lire en ligne)
  48. J. Adamiec, C. Borompichaichartkul, G. Srzednicki et W. Panket, « Microencapsulation of Kaffir Lime Oil and Its Functional Properties », Drying Technology, vol. 30, no 9,‎ , p. 914–920 (ISSN 0737-3937, DOI 10.1080/07373937.2012.666777, lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  49. (en) Piyapong Pumival, Sarin Tadtong, Sirivan Athikomkulchai, Chuda Chittasupho, « Antifungal Activity and the Chemical and Physical Stability of Microemulsions Containing Citrus hystrix DC Leaf Oil », Natural Product Communications Volume 15(9),‎ , p. 1 à 12 (lire en ligne)
  50. (en) Narong Chungsamarnyarti et Weerapol Jansawanz, « Acaricidal Activity of Peel Oil of Citrus spp. on Boophilus microplus », Kasetsan J. (Nat. Sci.) 30,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  51. (en) Apiwat Tawatsin et al., « Repellency of Volatile Oils from Plants against Three Mosquito Vectors », Journal of Vector Ecology, Vol. 26, No. 1,‎ , p. 76 à 82 (lire en ligne)
  52. Bangkok Post Public Company Limited, « Clean up in kitchen with versatile fruit », sur https://www.bangkokpost.com (consulté le 2 novembre 2020)
  53. (en) Edi Santosa, « Production, Post-Harvest and Marketing of Kaffir Lime (Citrus hystrix DC) In Tulungagung, Indonesia », Journal of Tropical Crop Science, vol. 6, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 28 décembre 2019)
  54. a et b « FEUILLES DE COMBAVA FRAICHES Feuilles de Combava cultivées en Europe », sur Kaffir Lime Leaves (consulté le 2 novembre 2020)
  55. (en) Rahmat Budiarto, Roedhy Poerwanto, Edi Santosa, Darda Efendi, Andria Agusta, « Production, Post-Harvest and Marketing of Kaffir Lime (Citrus hystrix DC) In Tulungagung, Indonesia », Journal of Tropical Crop Science Vol. 6 No. 2,‎ , p. 138 à 143 (lire en ligne)
  56. (en) « PlantFiles: Citrus Species, Kaffir Lime, Porcupine Orange, Thai Bai Makrut », sur Dave's Garden (consulté le 4 novembre 2020)
  57. Christophe Köppel, « Un agrume pour gastronomes : le combava, kaffir (citrus hystrix) », sur Réseau de permaculture d'Alsace, (consulté le 16 juillet 2017).
  58. Didier Ramiandrasoa, Parcours d’un Aromatologue Malgache: L’aromathérapie essentiellement, Editions Edilivre, (ISBN 978-2-414-37616-2, lire en ligne)
  59. a et b Name, « Kaffir Lime Oil (Indonesia) », sur Ultra International B.V. (consulté le 18 mai 2019)
  60. a et b (en) Sreepian A., Sreepian P.M., Chanthong C., Mingkhwancheep T., et Prathit P., « Antibacterial activity of essential oil extracted from Citrus hystrix (Kaffir Lime) peels: An in vitro study », Tropical Biomedicine 36(2,‎ , p. 531 à 541 (lire en ligne)
  61. a b c et d (en) Muhammad Nor Omar, « Volatile aroma compounds in Citrus hystrix oil », Journal of tropical agriculture and food science 27(2),‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2020)
  62. (en) Jean Waikedre, Annabelle Dugay, Isabel Barrachina et Christine Herrenknecht, « Chemical Composition and Antimicrobial Activity of the Essential Oils from New Caledonian Citrus macroptera and Citrus hystrix », Chemistry & Biodiversity, vol. 7, no 4,‎ , p. 871–877 (ISSN 1612-1880, DOI 10.1002/cbdv.200900196, lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  63. Akiyoshi Sato, Kenichi Asano et Toshiya Sato, « The Chemical Composition of Citrus Hystrix DC (Swangi) », Journal of Essential Oil Research, vol. 2, no 4,‎ , p. 179–183 (ISSN 1041-2905, DOI 10.1080/10412905.1990.9697857, lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  64. Akiyoshi Sato, Kenichi Asano et Toshiya Sato, « The Chemical Composition of Citrus Hystrix DC (Swangi) », Journal of Essential Oil Research, vol. 2, no 4,‎ , p. 179–183 (ISSN 1041-2905, DOI 10.1080/10412905.1990.9697857, lire en ligne, consulté le 4 novembre 2020)
  65. (en) Anuja Suresh, Sangeetha Velusamy, Sudha Ayyasamy et Menaha Rathinasamy, « Techniques for essential oil extraction from kaffir lime and its application in health care products—A review », Flavour and Fragrance Journal, vol. n/a, no n/a,‎ (ISSN 1099-1026, DOI 10.1002/ffj.3626, lire en ligne, consulté le 8 novembre 2020)
  66. (en) Suhaila Mohd Sauid, Faris Azri Aswand, « Extraction methods of essential oil from kaffir lime (Citrus hystrix): A review », Malaysian Journal of Chemical Engineering & Technology,‎ , p. 56 à 64 (lire en ligne)
  67. Asma Farhat, Vapo-diffusion assistée par micro-ondes: conception, optimisation et application, Avignon, Thése Université d‟Avignon et des Pays de Vaucluse & L‟Ecole Nationale d‟Ingénieurs de Gabès, 137 p. (lire en ligne)
  68. N. Kasuan, M. Yunus, M. H. F. Rahiman et S. R. S. Aris, « Essential oil composition of Kaffir lime: Comparative analysis between controlled steam distillation and hydrodistillation extraction process », 2009 IEEE Student Conference on Research and Development (SCOReD),‎ , p. 479–482 (DOI 10.1109/SCORED.2009.5442958, lire en ligne, consulté le 18 mai 2019)
  69. (en) Y W Wulandari, C Anwar et S Supriyadi, « Effects of drying time on essential oil production of kaffir lime (Citrus hystrix DC) leaves at ambient temperature », IOP Conference Series: Materials Science and Engineering, vol. 633, no 1,‎ (ISSN 1757-899X, DOI 10.1088/1757-899x/633/1/012011/meta, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2019)
  70. D. Koh et C. N. Ong, « Phytophotodermatitis due to the application of citrus hystrix as a folk remedy », The British Journal of Dermatology, vol. 140, no 4,‎ , p. 737–738 (ISSN 0007-0963, PMID 10233333, DOI 10.1046/j.1365-2133.1999.02782.x, lire en ligne, consulté le 6 novembre 2020)
  71. (en) Laboni Barai, Rumana Akhter, Mohammad Ali, « IN-VIVO PHARMACOLOGICAL INVESTIGATIONS OF CITRUS HYSTRIX », International Journal of Pharmacy,‎ , p. 1149 à 1154 (ISSN 2249-1848, lire en ligne)
  72. (en) Masayoshi Sawamura, Citrus Essential Oils: Flavor and Fragrance, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-118-07438-1, lire en ligne), p. 103

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :