Antibactérien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le mot antibactérien (du latin anti : « contre » et bacteria : « bactérie ») diffère de sens selon qu'on l'emploie comme adjectif ou comme nom.

Adjectif[modifier | modifier le code]

L'adjectif « antibactérien » a conservé son sens premier et propre. Il qualifie tout ce qui sert à lutter contre les bactéries, agents de très nombreuses maladies infectieuses telles que le choléra, la lèpre, la syphilis, le tétanos, la tuberculose ou le typhus.

Nom[modifier | modifier le code]

Un antibactérien est un dispositif clinique qui permet soit de détruire les bactéries affectant le patient soit d'affecter la virulence de la bactérie[1].

Dans le premier cas, on parle d'antibactérien bactéricide et dans le second cas d'antibactérien bactériostatique.

Les trois premiers types d'antibactériens ci-après sont nommés antibiotiques.

Antibactérien d'origine végétale[modifier | modifier le code]

La pénicilline provient du champignons Penicillium notatum[2],

Antibactérien d'origine bactérienne[modifier | modifier le code]

Dans le vivant, les bactéries sont en concurrence et certaines bactéries développent des molécules pour détruire d'autres bactéries[3].

La thyrothricine est obtenue à partir de la bactérie bacillus subtilis[4] ; la streptomycine est isolée à partir de Streptomyces griseus[5]; l'érythromycine est produite par une souche de Saccharopolyspora_erythraea[6]; la vancomycine est isolée à partir de Amycolatopsis orientalis [7].

Antibactérien d'origine fossile[modifier | modifier le code]

La quinolone est dérivée de la quinoléine qui a été extraite pour la première fois par F. Runge en 1834 du goudron de houille.

Antibactérien d'origine animale[modifier | modifier le code]

Avec l'importance grandissante de la résistance des bactéries aux antibiotiques - les antibactériens décrits ci-avant - les chercheurs et praticiens redécouvrent des antibactériens plus anciennement connus.

C'est le cas du miel[8]. C'est un antibactérien efficace contre, en particulier, Bacillus subtilis, Escherichia coli, les staphylocoques dorés, Pseudomonas aeruginosa et Enterococcus faecium[9]. L'effet antibactérien du miel est dû à une multiplicité de facteurs[10].

Antibactérien naturel viral[modifier | modifier le code]

Dans la nature on le nomme bactériophage, lorsqu'il est préparé comme dispositif clinique il est nommé bactériophagique.

L'utilisation des bactériophages pour combattre les bactéries est millénaire[11]. L'exemple cité est celui des eaux de la rivière Yamuna étudié par le médecin militaire britannique Ernest Hankin.

Composés végétaux antibactériens[modifier | modifier le code]

Pour la même raison que les deux précédents - BMR - les recherches sur les plantes et extraits de plantes à vertu antibactérienne se multiplient[12].

En 1884, l'origan du Comtat, composé de 64 plantes dont la marjolaine/origan, protège ses utilisateurs d'une épidémie de choléra[13].

Code ATC[modifier | modifier le code]

Dans la Classification anatomique, thérapeutique et chimique (ATC) utilisée par l'Organisation mondiale de la santé, les agents antibactériens sont répertoriés sous le code J01, parmi les anti-infectieux systémiques (lettre J).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Universalis, Paris, Encyclopædia Universalis France, 1968
  2. Sir Howard Florey Prix Nobel Biographical
  3. Antibiotic Discovery and Development Editors: Dougherty, Thomas J., Pucci, Michael J. (Eds.) Springer 2012 [1]
  4. Thyrothricin DrugBank
  5. Streptomycin DrugBank
  6. Erythromycin DrugBank
  7. Vancomycin DrugBank
  8. P.C. Molan, « The role of honey in the management of wounds », Journal of Wound Care, vol. 8, no 8,‎ , p. 415 (DOI 10.12968/jowc.1999.8.8.25904, lire en ligne)
  9. (en) Paulus H. S. Kwakman, Anje A. te Velde, Leonie de Boer et al., « How honey kills bacteria », The FASEB Journal, Federation of American Societies for Experimental Biology, vol. 24, no 7,‎ , p. 2576-2582 (ISSN 1530-6860, DOI 10.1096/fj.09-150789, résumé, lire en ligne)
  10. Propriétés antibiotiques naturelles du miel Bogdanov S., Blumer P. Recherche Agronomique Suisse 8(10), 446-450, 2001 [2]
  11. Intérêt des bactériophages dans les infections à Pseudomonas aeruginosa résistant aux antibiotiques, chez les patients atteints de la mucoviscidose Thèse pour le doctorat de pharmacie Jérémy Vallot ; sous la direction de Jocelyne Caillon [3]
  12. E. Guinoiseau. Molécules antibactériennes issues d’huiles essentielles: séparation, identification et mode d’action. Sciences du Vivant [q-bio]. Université de Corse, 2010. Français. tel-00595051 [4]
  13. Herbier provençal Jean-Paul Clébert

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :