Augustin Pyrame de Candolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Candolle.
Augustin Pyrame de Candolle
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Augustin Pyrame de Candolle réalisé en 1893.

Naissance
Genève (Suisse)
Décès (à 63 ans)
Genève (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Domaines Botanique
Distinctions Médaille royale

Augustin Pyrame de Candolle, né le à Genève et mort le à Genève, est un botaniste suisse.

Augustin Pyrame de Candolle fut l'un des fondateurs de la géographie botanique en tant que discipline scientifique. Il fut également un descripteur et classificateur du monde végétal. Dans le cadre de ses travaux horticoles, il identifia comment se répartissaient quantitativement les caractères de la descendance chez le hêtre pourpre, devançant largement Gregor Mendel sur cette loi génétique de répartition des caractères[1].

Il est le père de Alphonse Pyrame de Candolle, lui aussi botaniste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Augustin de Candolle descend d'une ancienne famille de la noblesse de Provence, dont la branche cadette subsistait alors encore à Marseille. Son chef, le marquis de Candolle, était consul à Nice (1823).

Fuyant les persécutions religieuses du XVIe siècle, la branche calviniste de de la famille s'expatrie. L'ancêtre, Pyramus de Candolle, après s'être converti au protestantisme, se réfugie en 1591 à Genève auprès de son oncle Bernardin de Candolle, qui avait été reçu bourgeois en 1555 et membre du Conseil des Deux-Cents en 1562[réf. nécessaire]. Pour services rendus, Pyrame de Candolle y est lui aussi reçu bourgeois et élu membre du Deux-Cents ; il fonde à Cologny, puis à Yverdon, l'imprimerie caldorienne qui a publié l'une des premières traductions françaises de Tacite et de Xénophon.[réf. nécessaire]

Quant à Augustin Pyrame, initié à la botanique dès l'âge de 16 ans dans le jardin de la Société d'Histoire naturelle de Genève, il sait tirer parti d'enseignements aussi divers que ceux de Jean-Pierre Vaucher (1763-1841) et Jean Senebier (1742–1809) à Genève, puis de René Desfontaines (1750-1833) et Jean-Baptiste de Lamarck (1744–1829) à Paris, où il étudie la médecine à partir de 1798. Il donne dès 1799 une Histoire Plantarum Succulentarum (Histoire des plantes grasses), et en 1802 son Astragalogia., Il aide ensuite Lamarck à refondre la Flore française (1803-1815). En 1804, il obtient son titre de docteur en médecine à la Faculté de Paris avec un Essai sur les propriétés médicales des plantes.

Il s'est notamment intéressé à la botanique des dunes. S'étonnant que « les historiens romains, qui nous décrivent la Batavie, ne font nulle part mention des dunes qui auroient dû cependant mériter leur attention », et regrettant qu'on ne puisse les mettre en culture, il décide de se rendre sur place, et il parcourt à pied tout le littoral dunaire, depuis le Nord de la France (en visitant le hameau de Latann, où les pêcheurs ont réussi à faire pousser de l'orge et diverses plantes de potager, des pins et quelques arbres) jusqu'aux Pays-Bas (« depuis Dunkerque jusqu'à l'Isle du Texel ; je n'ai négligé aucune occasion d'examiner les essais qui ont été faits jusques à présent pour fertiliser ces sables. Dans le but de m'éclairer sur la végétation des dunes, j'ai ramassé avec soin les différens végétaux qui y croissent spontanémen »). Il tirera de ce voyage une riche information sur la flore dunaire. Le nombre et la diversité des plantes l'incitent à penser qu'une fertilisation des dunes serait possible:

« De Gorter, dans sa Flore des sept Provinces-Unies, indique cent trente espèces de plantes indigènes des dunes. M. J. Kops, secrétaire de la Commission sur les dunes, en a, depuis lors, trouvé cent cinquante-six espèces qui avoient échappé à de Gorter, et dont il a bien voulu me communiquer la liste. Moi-même, enfin, en herborisant dans les dunes, j'y ai rencontré quatre-vingt-cinq plantes qu'on n'y avoit pas encore indiquées, d'où l'on voit que le nombre des espèces qu'on sait croître dans les dunes s'élève à trois cent soixante-onze[2]. »

Maison de Genève où vécurent et travaillèrent aussi ses fils, petit-fils et arrière-petit-fils, tous botanistes.

Il reçoit en 1806 la mission de parcourir tout l'Empire pour reconnaître l'état de l'agriculture et publie à son retour, dans les Mémoires de la Société d'agriculture 1807-1813, trois importants rapports sur ce sujet. À la mort de Pierre Marie Auguste Broussonet (1761-1807), il obtient la chaire de botanique à la Faculté de Médecine de Montpellier. En 1813, il fait paraître sa Théorie élémentaire de la botanique[3], son chef-d'œuvre : il y enseigne les rapports naturels qu'ont entre elles les diverses parties de la plante et analyse la valeur de chacune de ces parties.

En 1807, il effectue une traversée d'est en ouest des Pyrénées, dans le but de répertorier la flore locale[4]. Il identifie notamment une fleur qui a été depuis nommée en son honneur, l'Orpin de Candolle, Sedum candollei. Cette traversée a été rééditée en 1999[5] et 2007 pour remettre à jour les données scientifiques acquises.

Persécuté en 1815 pour avoir accepté pendant les Cent-Jours les fonctions de recteur de l'Académie de Montpellier, la Restauration l'oblige à quitter la France et il regagne Genève en 1816. Sa ville lui crée une chaire d'histoire naturelle, avec le premier jardin botanique de la ville, dans le Parc des Bastions, et il est élu membre du conseil souverain (parlement cantonal). Karl Wilhelm von Nägeli (1817-1891) fut un de ses étudiants.

Il entreprend en 1818 un travail titanesque : donner la description de toutes les plantes connues. Il publie les deux premières parties de ce grand travail (Regni vegetabilis systema naturale, 1818-1821) ; mais ce projet, conçu sur de trop vastes proportions, n'ayant pu se poursuivre, il le reprend dans un ouvrage abrégé, Prodromus Systematis Naturalis Regni Vegetabilis, continué après sa mort par son fils Alphonse Pyrame de Candolle (1806-1893) puis son petit-fils Casimir de Candolle (1836-1918) (17 vol. in-8, 1824-1873). Il y travaille jusqu'à sa mort, notamment dans sa villa du bord du lac de Genève, où Christian von Steven vint lui rendre visite en 1821. Cet ouvrage immense décrit 58 975 espèces de plantes. Augustin Pyrame de Candolle a été un mentor pour le botaniste Jean-Louis Berlandier.

On lui doit encore l'Organographie (2 vol. in-8, 1827) et la Physiologie végétale (3 vol. in-8, 1832), ainsi que la Théorie élémentaire. Outre ces divers ouvrages, De Candolle a donné un grand nombre de mémoires et d'articles détachés, parmi lesquels on remarque ses Expériences relatives à l'influence de la lumière sur les végétaux (1800) et son Essai élémentaire de Géographie botanique (1820). S'attachant à découvrir les lois intimes, il suit les organes des plantes dans toutes leurs transformations, et explique les anomalies apparentes ; il fait triompher définitivement la méthode naturelle et pousse aussi loin que possible la classification : à la fin de sa carrière, il porte le nombre des espèces connues à 80 000. Candolle était associé étranger de l'Institut de France. Pierre Flourens a prononcé son Éloge à l'Académie des sciences, en 1842.

Augustin Pyrame de Candolle - Cimetière des Rois

Il a laissé lui-même des Mémoires sur sa vie, qu'il a selon ses dires commencé à écrire en 1821 et qui seront publiées de manière posthume, en 1862, par son fils[6]. Il est lauréat de la Royal Medal en 1833 pour ses travaux de physiologie végétale.

Augustin Pyrame de Candolle est enterré au Cimetière des Rois à Genève.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (la) Augustin Pyrame de Candolle (vol. 1-7), Alphonse Pyrame de Candolle (vol. 8-17) et al., Prodromus Systematis Naturalis Regni Vegetabilis : sive, enumeratio contracta ordinum generum specierumque plantarum huc usque cognitarum, juxta methodi naturalis normas digesta, Paris, Sumptibus Sociorum Treuttel et Würtz, 1824-1873.

Hommages[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Monument à Candolle par James Pradier.

(liste non exhaustive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Candolle, Théorie élémentaire de la botanique,, Paris, éditions Deterville, .
  2. Augustin Pyramus de Candolle (1803), Mémoire sur la fertilisation des Dunes ; extrait des Annales de l'Agriculture Françoise ; tome XIII (version numérisée par Google) Ed : Huzard, 1803.
  3. Présentation en ligne.
  4. http://www.terranoos.org/fr/de-candolle/prologue.html.
  5. Voyage de Tarbes, 1807 : première grande traversée des Pyrénées ; Un voyage dans le Midi de la France, Augustin Pyramus de Candolle; Journal et lettres à Fanny transcrits, annotés et présentés par Alain Bourneton, Loubatières, Portet-sur-Garonne, 1999.
  6. Augustin Pyramus de Candolle, Alphonse de Candolle 1862), Mémoires et souvenirs de Augustin-Pyramus de Candolle, écrits par lui-même et publiés par son fils à Genève avec books.google.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Flourens, Éloge historique de Pyramus de Candolle, lu à la séance publique du 19 décembre 1842, dans Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, 1845, tome 19, p. I-XLVIII (lire en ligne)
  • Ses Mémoires et Souvenirs (1778-1841) ont été réédités par Jean-Daniel Candaux, Jean-Marc Drouin, Patrick Bungener et René Sigrist en 2004 dans la collection Bibliothèque d'histoire des sciences chez Georg Éditeur : xv + 591 p. (ISBN 2-8257-0832-1). L'édition est précédée d'une utile introduction et est enrichie d'un index. Un système de notes permet de replacer les très nombreux noms cités par Candolle.
  • Le Voyage de Tarbes, 1807, Première grande traversée des Pyrénées, en voyage dans le Midi de la France, Journal et lettres à Fanny transcrits, annotés et présentés par M. Alain Bourneton, première édition, Loubatières, Portet-sur-Garonne, 1999, (ISBN 2-86266-297-6).
  • Carole Christen et Pierre-Yves Kirschleger, « Augustin Pyramus de Candolle », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 560-561 (ISBN 978-2846211901).
  • (de) Flavio Häner, « Wie die Natur in die Städte kam. Augustin-Pyramus de Candolle und die Entstehung der naturhistorischen Museen in der Schweiz », dans Patrick Kupper, Bernhard C. Schär (éd.), Die Naturforschenden. Auf der Suche nach Wissen über die Schweiz und die Welt, 1800-2015, Baden, Hier und Jetzt, (ISBN 978-3-03919-338-7), p. 35-49.

Liens externes[modifier | modifier le code]

DC. est l’abréviation botanique standard de Augustin Pyrame de Candolle.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI