Cutibacterium acnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Propionibacterium acnes)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cutibacterium acnes
(Propionibacterium acnes)
Description de l'image Propionibacterium acnes.tif.
Classification
Règne Bacteria
Embranchement Actinobacteria
Ordre Actinomycetales
Famille Propionibacteriaceae
Genre Propionibacterium

Nom binominal

Cutibacterieum acnes
(Scholz and Kilian, 2016[1],[2]

Cutibacterium acnes — organisme anciennement répertorié sous l’appellation Propionibacterium acnes[1],[2],[3],[4] — est une bactérie — bacilliforme, anaérobique et saprophyte de type Gram positif — liée à l’éclosion de l’acné.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Identifiée à l’origine comme Bacillus acnes[5], son appellation est ensuite subrogée par Propionibacterium acnes en vertu de sa capacité à générer de l’acide propionique[6]. En 2016, P. acnes est reclassé taxonomiquement à la suite d’études biochimiques et génomiques. En effet, au regard de sa structure phylogénétique et de sa teneur en ADN G + C, l’espèce cutanée se distinguait des autres catégories précédemment répertoriées sous P. acnes[2],[7]. Dans le cadre d’une nouvelle restructuration, la désignation sous Cutibacterium a finalement été adoptée par rapport à la sphère cutanée[2] en y incluant d’autres cibles précédemment identifiées sous Propionibacterium acnes, Propionibacterium avidum et Propionibacterium granulosum[1]. La caractérisation des phylotypes afférents à C. acnes relève d’un domaine de recherche en constante évolution[3],[8],[9].

Pathogénèse[modifier | modifier le code]

Dermatologie[modifier | modifier le code]

Cutibacterium acnes appartient à une espèce largement commensale et partie intégrante de la flore cutanée présente sur la peau de la plupart des humains adultes en bonne santé[10]. Elle est généralement à peine détectable sur le tissu cutané des préadolescents sains. Entre autres apports, elle se nourrit principalement des acides gras contenus dans le sébum sécrété par les glandes sébacées des follicules. Elle est également décelable dans l’ensemble du tractus gastro-intestinal[11].

Une étude ayant procédé au séquençage du génome inhérent à cette bactérie a démontré que plusieurs gènes peuvent engendrer des enzymes participant à la dégradation de l’état dermatologique en raison de protéines spécifiques susceptibles de devenir immunogènes par activation du système immunitaire[12]. La bactérie digère les triglycérides présents dans le sébum et produit des acides gras libres qui exhaussent l’inflammation des glandes sébacées qui s’en trouvent ainsi colonisées, notamment durant l’adolescence, lorsque ces glandes se trouvent d’autant plus actives, particulièrement chez les 12-16 ans au cours de la puberté.

Ophtalmologie[modifier | modifier le code]

La présence de Cutibacterium acnes peut contribuer à l’apparition d’une blépharite chronique avec risque consécutif — par exemple à l’occasion d’une chirurgie intraoculaire — d’émergence collatérale d’endophtalmie[13].

Orthopédie[modifier | modifier le code]

Les germes issus de P. acnes — formant des biofilms colonisant diverses surfaces : tissu cutané, système ostéoarticulaire, muqueuses. etc. — peuvent contribuer à la survenue de bactérioses chez l’homme, notamment à l’occasion de pose de prothèse de l’épaule, de la hanche ou des genoux[14].

Rhumatologie[modifier | modifier le code]

Une étude danoise publiée en 2013 par l’European Spine Journal suggère une possible interaction entre nombre de pathologies inter-discales — sciatique, hernie discale, lombalgie chronique, dégénérescence articulaire, oligoarthrite, etc. — et la présence interstitielle de propionibacterium acnes au cœur même des foyers incriminés[15],[16],[17],[18],[19].

Dans le même ordre d’idées, l’International Journal of Spine Surgery — sous l’égide de l’International Society for the Advancement of Spine Surgery — publie en avril 2019 le résultat d’une étude clinique effectuée sur 120 patients victimes de hernie discale : au niveau L4-L5 chez 63 participants et L5-S1 chez 57 autres. Les prélèvements effectués pendant la discectomie révélent la présence de micro-organismes sensibles à l’antibiothérapie dans 50% des cas au sein desquels la bactérie désormais nommée cutibacterium acnes apparait massivement dans plus de 35% des échantillons. Le rapport en conclut que la mise en évidence de ce germe serait de facto en mesure de reposer sur une assomption selon laquelle ce dernier pourrait potentiellement constituer l’un des éventuels éléments causaux — voire, a minima, concomitants — susceptibles de participer à la genèse de la pathologie incriminée[20].

Il appert toutefois que l’ensemble des corrélations précitées demeure encore passablement controversé en l’état, voire quelque peu sujet à caution, quand bien même le professeur Thierry Schaeverbeke — rhumatologue spécialiste de la relation entre agents infectieux et système immunitaire au CHU de Bordeaux — arguait déjà en 2013 combien « ce serait une faute scientifique [que de] ne pas chercher à confirmer ou infirmer une telle hypothèse[21]. »

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Genus: Cutibacterium », sur Prokaryotic Nomenclature Up-to-Date, DSMZ (consulté le 17 août 2018)
  2. a b c et d (en) Christian F. P. Scholz et Mogens Kilian, « The natural history of cutaneous propionibacteria, and reclassification of selected species within the genus Propionibacterium to the proposed novel genera Acidipropionibacterium gen. nov., Cutibacterium gen. nov. and Pseudopropionibacterium gen. nov », International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology, vol. 66, no 11,‎ , pp. 4422–4432 (PMID 27488827, DOI 10.1099/ijsem.0.001367, lire en ligne)
  3. a et b (en) B. Dréno, S. Pécastaings, S. Corvec, S. Veraldi, A. Khammari et C. Roques, « Cutibacterium acnes (Propionibacterium acnes) and acne vulgaris: a brief look at the latest updates », Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology, vol. 32,‎ , pp. 5–14 (PMID 29894579, DOI 10.1111/jdv.15043)
  4. (en) « Genus Cutibacterium », sur LPSN (consulté le 17 août 2018)
  5. (en) T. C. Gilchrist, « A bacteriological and microscopical study of over 300 vesicular and pustular lesions of the skin, with a research upon the etiology of acne vulgaris », Johns Hopkins Hospital Report, vol. 9,‎ , pp. 409–430
  6. (en) HC Douglas et SE Gunter, « The Taxonomic Position of Corynebacterium acnes. », Journal of Bacteriology, vol. 52, no 1,‎ , pp. 15–23 (PMID 16561149, lire en ligne)
  7. (en) « Propionibacterium Cutibacterium - late breaking news and a new name », sur Shoulder Arthritis / Rotator Cuff Tears: causes of shoulder pain, (consulté le 17 août 2018)
  8. (en) M.-A. Dagnelie, A. Khammari, B. Dréno et S. Corvec, « Cutibacterium acnes molecular typing: time to standardize the method », Clinical Microbiology and Infection,‎ mars2018 (PMID 29544912, DOI 10.1016/j.cmi.2018.03.010, lire en ligne)
  9. (en) Valérie A. Zeller, Valérie-Anne Letembet, Vanina A. Meyssonnier, Beate Heym, Jean-Marc Ziza et Simon D. Marmor, « Cutibacterium (Formerly Propionibacterium) avidum : A Rare but Avid Agent of Prosthetic Hip Infection », The Journal of Arthroplasty, vol. 33, no 7,‎ , pp. 2246–2250 (PMID 29544969, DOI 10.1016/j.arth.2018.02.008, lire en ligne)
  10. (en) H. Bruggemann, A Henne, F Hoster, H Liesegang, A Wiezer, A Strittmatter, S Hujer, P Dürre et G Gottschalk, « The Complete Genome Sequence of Propionibacterium Acnes, a Commensal of Human Skin », Science, vol. 305, no 5684,‎ , pp. 671–3 (PMID 15286373, DOI 10.1126/science.1100330, Bibcode 2004Sci...305..671B)
  11. (en) Alexandra Perry et Peter Lambert, « Propionibacterium acnes: Infection beyond the skin », Expert Review of Anti-infective Therapy, vol. 9, no 12,‎ , pp. 1149–56 (PMID 22114965, DOI 10.1586/eri.11.137)
  12. (en) J. Liu, A. Cheng, N.J. Bangayan, E. Barnard, E. Curd, N. Craft et H. Li, « Draft Genome Sequences of Propionibacterium acnes Type Strain ATCC6919 and Antibiotic-Resistant Strain HL411PA1 », Genome Announcements, vol. 2, no 4,‎ , e00740–14 (PMID 25125638, PMCID 4132614, DOI 10.1128/genomeA.00740-14)
  13. (en) P. Dali, E. R. Giugliano, E. M. Vellozzi et M. A. Smith, « Susceptibilities of Propionibacterium acnes Ophthalmic Isolates to Moxifloxacin », Antimicrobial Agents and Chemotherapy (en), vol. 45, no 10,‎ , pp. 2969–70 (PMID 11583007, PMCID 90767, DOI 10.1128/AAC.45.10.2969-2970.2001)
  14. Philippe Boisrenoult, Eve Marie Leroy, Infections de prothèses articulaires à Propionibacterium acnes : diagnostic et traitement (Conférences d’enseignement 2017), Service d’orthopédie et traumatologie, Centre hospitalier de Versailles, Le Chesnay, Elsevier Masson, (lire en ligne)
  15. (en) Hanne B. Albert, Joan S. Sorensen, Berit Schiott Christensen, Claus Manniche, « Antibiotic treatment in patients with chronic low back pain and vertebral bone edema (Modic type 1 changes): a double-blind randomized clinical controlled trial of efficacy » [« Traitement antibiotique administré chez des patients souffrant de lombalgie chronique et d’œdème des os vertébraux (modifications opérées de type Modic 1) : efficacité thérapeutique jaugée au travers d’un essai clinique randomisé en double aveugle »], European Spine Journal, vol. 22, no 4,‎ avril 2013 (première publication le 13 février 2013), pp. 697–707 (résumé)
  16. (en) Ofer Levy, Shabnam Iyer, Ehud Atoun, Noel Peter, Nir Hous, Dave Cash, Fawaz Musa, A. Ali Narvani, « Propionibacterium acnes: an underestimated etiology in the pathogenesis of osteoarthritis? » [« Propionibacterium acnes : une étiologie sous-estimée dans la pathogenèse de l’arthrose ? »], Journal of Shoulder and Elbow Surgery (en), Elsevier, vol. 22, no 4,‎ , pp. 505-511 (PMID 22981447, DOI 10.1016/j.jse.2012.07.007, résumé, lire en ligne)
  17. [e0174518] (en) Manu N. Capoor, Filip Ruzicka, Jonathan E. Schmitz, Garth A. James, Tana Machackova, Radim Jancalek, Martin Smrcka, Radim Lipina, Fahad S. Ahmed, Todd F. Alamin, Neel Anand, John C. Baird, Nitin Bhatia, Sibel Demir-Deviren, Robert K. Eastlack, Steve Fisher, Steven R. Garfin, Jaspaul S. Gogia, Ziya L. Gokaslan, Calvin C. Kuo, Yu-Po Lee, Konstantinos Mavrommatis, Elleni Michu, Hana Noskova, Assaf Raz, Jiri Sana, A. Nick Shamie, Philip S. Stewart, Jerry L. Stonemetz, Jeffrey C. Wang, Timothy F. Witham, Michael F. Coscia, Christof Birkenmaier, Vincent A. Fischetti, and Ondrej Slaby, « Propionibacterium acnes biofilm is present in intervertebral discs of patients undergoing microdiscectomy » [« Présence de biofilm inhérent au germe propionibacterium acnes dans les disques intervertébraux de patients subissant une microdiscectomie »], PLoS One, Holger Brüggemann, vol. 12, no 4,‎ , e0174518 (ISSN 1932-6203, PMID 28369127, PMCID PMC5378350, DOI 10.1371/journal.pone.0174518, Bibcode 2017PLoSO..1274518C, lire en ligne)
  18. Joël Ignasse, « Le mal de dos provoqué par... la bactérie de l’acné », Sciences et Avenir,‎ (lire en ligne)
  19. Caroline Gaymard Adhumeau, À propos de 42 cas : place du propionibacterium acnes dans les infections ostéo-articulaires (thèse pour le diplôme d’état de docteur en pharmacie obtenu après soutenance du mémoire du diplôme d’études spécialisées de biologie médicale), université de Limoges, faculté de pharmacie, (lire en ligne [PDF])
  20. (en) Firooz Salehpour, Javad Aghazadeh, Farhad Mirzaei, Ehsan Ziaeii and Seyed Ahmad Naseri Alavi, « Propionibacterium acnes Infection in Disc Material and Different Antibiotic Susceptibility in Patients With Lumbar Disc Herniation » [« Infection à Propionibacterium acnes dans le noyau du disque intervertébral et sensibilité aux antibiotiques chez des patients présentant une hernie discale lombaire »], International Journal of Spine Surgery, International Society for the Advancement of Spine Surgery, vol. 13, no 2,‎ (DOI oi.org/10.14444/6019, résumé, présentation en ligne, lire en ligne [PDF])
  21. « Mal de dos : et si c’était la faute d’une bactérie ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]