Pinaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille des Pinacées (Pinaceae), ou Abiétacées, regroupe des plantes gymnospermes ; elle compte 220-250 espèces réparties en 11 genres.

Ce sont des arbres ou des arbustes, des régions tempérées, soit à feuilles persistantes en aiguille ou en écailles, soit caduques comme celles des mélèzes. Dans cette famille, les espèces indigènes en France se trouvent parmi les genres Abies (les sapins), Picea (les épicéas), Larix (le mélèze d'Europe), Pinus (les pins). De nombreuses autres espèces ou variétés ont été acclimatées pour la sylviculture et la culture d'ornement.

Description[modifier | modifier le code]

Les Pinacées sont des arbres sempervirents, à l'exception des mélèzes (Larix et Pseudolarix) dont les feuilles sont caduques. Un petit nombre d'entre eux sont des arbustes. Ils contiennent de la résine et ont souvent une odeur particulière. Selon les espèces, leur écorce peut être lisse, sillonnée ou bien écailleuse.

De manière générale, ils ont des racines ligneuses et des racines fibreuses. Les racines ligneuses se terminent la plupart du temps par une extrémité fine, non-ligneuse et couverte d'ectomycorhizes, qui a une durée de vie d'au plus un an.

Les feuilles sont en forme d'aiguilles, et sont insérés en spirale ou en touffe. Leur situation sur l'arbre diffère selon les genres. Elles peuvent être situées uniquement sur les rameaux longs, à la fois sur les rameaux longs et courts, ou bien sur les rameaux longs dans le jeune âge et sur les rameaux courts ensuite.

Le plus grand pinacée connu est un Sapin de Douglas qui atteint la hauteur de 73,8 m et dont le diamètre à hauteur du poitrine est de 4,02 m[réf. nécessaire]. Il se trouve sur l'île de Vancouver. L'épicéa de Sitka peut être presque aussi grand. Certains atteignent 70 m (et presque 3 m de diamètre à hauteur de poitrine) dans le parc national Olympique[réf. nécessaire]. Le plus vieil individu de la famille des Pinacées est un pin de Bristlecone qui vit depuis plus de 4 000 ans[réf. nécessaire].

Historique et aire de répartition[modifier | modifier le code]

On trouve des fossiles de pinacées depuis le Crétacé[réf. nécessaire]. La plupart des genres apparaissent au début du Tertiaire, aux hautes latitudes et aux altitudes élevées du continent nord-américain[réf. nécessaire].

Son aire de répartition se trouve majoritairement dans l’hémisphère nord. Elles s'étendent vers le sud jusque sur les îles des Caraïbes, en Amérique centrale, au Japon, en Chine, en Indonésie (une essence, le Pin de Sumatra, traverse l'équateur à Sumatra), dans l'Himalaya et en Afrique du Nord. On trouve dix genres et 106 espèces en Chine (en comptant à la fois les indigènes et les introduites), contre six genres et environ 66 espèces en Amérique du Nord (dont deux seulement sont introduites)[réf. nécessaire].

Les Pinacées dominent la végétation sur de larges zones. En Amérique du Nord, ils dominent les régions boréales et pacifiques, les chaînes de montagnes de l'ouest et les plaines côtières au sud. Certaines espèces (par exemple le pin de Monterey en Australie, Nouvelle-Zélande, en Amérique du Sud et en Afrique subsaharienne) sont cultivés par un grand nombre de personnes à travers le monde pour la production de bois.

Systématique[modifier | modifier le code]

Les Pinacées sont répartis en 11 genres au sein de quatre sous-familles :

  • Sous-famille Abietoideae Pilger: Les cônes se trouvent sur les rameaux longs. Six genres :
    • Abies Mill. (les Sapins), avec 46 espèces de sapins[1].
    • Keteleeria Carrière, avec trois espèces.
    • Cedrus Trew (les Cèdres), avec trois espèces.
    • Nothotsuga Hu ex C. N. Page, qui ne comprend qu'une seule espèce.
    • Tsuga Carr. (les Pruches ou Tsugas), avec huit espèces.
    • Pseudolarix Gordon (le mélèze de Chine), qui ne comprend qu'une seule espèce.
  • Sous-famille Laricoideae Melch. & Werd.: Les cônes se trouvent sur les rameaux courts. Trois genres :
  • Sous-famille Piceoideae Frankis: Avec un seul genre :
  • Sous-famille Pinoideae Frankis: Avec un seul genre :

Reconnaître le sapin, l'épicéa et le pin[modifier | modifier le code]

Utilisations[modifier | modifier le code]

La résine et le pignon de pin sont exploités depuis la préhistoire.

La majeure partie du bois résineux utilisé dans le monde (pour la construction navale, l'industrie papetière et l'industrie chimique et pharmaceutique).

De nombreuses espèces et leurs variétés sont utilisées comme plantes ornementales dans les parcs et les jardins. Des plantations sont exécutées pour opérer des protections brise-vent, fixer des dunes, enrayer l'érosion des sols en montagne, mais aussi pour le reboisement des terrains secs.

Les Pinacées ont également des utilisations alimentaires : l'« écorce intérieure » (cambium) est comestible crue mais est coriace. Elle est plus utilisée comme nourriture de survie : mise à sécher puis moulue, elle est mélangée à de la farine de céréales pour faire des bouillies ou des galettes, voire du pain. Le jeune feuillage vert clair au printemps a une texture tendre et un goût d'agrume dû à une huile essentielle renfermant du limonène. Les aiguilles adultes sont trop coriaces pour être mangées, mais sont parfois utilisées pour la préparation de sirops, d'infusions (thé, tisane) ou aromatiser des vins. Les jeunes pousses sont excellentes crues, ajoutées aux salades ou à divers plats (desserts…). Les jeunes inflorescences mâles emplies de pollen se consomment crues ou cuites[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aljos Farjon: A handbook of the worlds's conifers. Vol. 1, Brill, Leyde-Boston 2010, (ISBN 978-90-04-17718-5)
  2. Ces cônes se désarticulent sur l'arbre, libérant graines et écailles, ne laissant sur la branche que leur axe dressé (appelé chandelle ou bougie), ce qui fait que l'on ne trouve jamais de « pomme de sapin » au pied des arbres.
  3. Ces bandes stomatales correspondent chacune à plusieurs rangées de milliers de stomates.
  4. Ces cônes tombent au sol avant de se désarticuler. On trouve des « pommes d'épicéa » au pied des arbres.
  5. Ces cônes tombent au sol avant de se désarticuler. On trouve des « pommes de pin » au pied des arbres.
  6. Catherine Vadon, À l'ombre des arbres. Un guide de terrain pour découvrir la forêt, Dunod, , p. 5.
  7. François Couplan, Le régal végétal : plantes sauvages comestibles, éditions Ellebore, , p. 56 et 97

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvette de Ferré, Les Formes de jeunesse des abiétacées : ontogénie – phylogénie, Toulouse, Travaux du Laboratoire forestier, , 284 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]