Zinaïda Serebriakova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zinaïda Serebriakova
Serebryakova SefPortrait.jpg

Zinaïda Serebriakova (autoportrait, 1909)

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité

Zinaïda Evguenievna Serebriakova (en russe : Зинаи́да Евге́ньевна Серебряко́ва ; née Lanceray le à Neskoutchnoïe, décédée le à Paris) est une artiste peintre russe. Son nom de jeune fille, d'origine française Lanceray, se transcrit parfois directement du russe en Lansere (Лансере).

Elle signait habituellement ses toiles : Z. Serebriakova en caractères latins ou cyrilliques. Elle se faisait aussi appeler à l'ancienne manière française de transcription des noms russes (usitée jusque dans les années 1960) Serebriakoff avec deux f[1]. Ses intimes l'appelaient affectueusement Zika ou Zina[2]. Elle fut la première femme russe à être reconnue comme peintre important.

Elle est enterrée au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, à côté de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zinaïda Serebriakova naquit dans la propriété familiale de Neskoutchnoïe (littéralement Sans-Souci), près de Kharkov, aujourd'hui en Ukraine. Les Lanceray, d'ancienne famille d'origine française, étaient alliés aux Benois, célèbre dynastie d'artistes russes émigrée de France au XVIIIe siècle. Son grand-père maternel était l'architecte Nicolas Benois, son oncle le peintre Alexandre Benois, fondateur du Mir Iskousstva. Sa mère, née Benois, dessinait avec adresse et son père Eugène était sculpteur. Ses frères étaient aussi doués : Eugène Lanceray fut un sculpteur, peintre et graphiste de talent et Nikolaï Lanceray un architecte reconnu.

Après être sortie du lycée féminin en 1900, elle entra à l'école d'art fondée par la princesse Maria Tenicheva, dont la propriété à Talachkino était un rendez-vous d'artistes, et fut l'élève de Répine.

Elle voyagea en 1902-1903 en Italie et s'établit à Paris en 1905-1906, où elle étudia à l'Académie de la Grande Chaumière, elle venait alors d'épouser son cousin germain, Boris Anatolievitch Sérébriakov, futur ingénieur des chemins de fer de l'Empire russe. Leur fils Alexandre Serebriakov et leur fille Catherine Serebriakova furent également des peintres de renom.

Premières années de création[modifier | modifier le code]

Après la révolution[modifier | modifier le code]

Zinaïda Serebriakova se trouvait dans la propriété familiale de Neskoutchnoïe, lorsqu'éclata la Révolution d'Octobre et sa vie se trouva brutalement transformée. Son mari Boris mourut en 1919 du typhus contracté dans les prisons bolchéviques. Ruinée après la confiscation des biens familiaux et sans un sou avec quatre enfants et sa mère malade à charge, elle abandonna l'huile pour dessiner au fusain et au crayon. Elle refusa de dessiner dans le style futuriste en vogue ou de faire les portraits de commissaires politiques puissants. Elle trouva donc un emploi au musée archéologique de Kharkov où elle était chargée de reproduire les collections du musée. Elle décida finalement de déménager à Petrograd en décembre 1920 chez son grand-père. Son grand appartement avait été divisé en chambres communautaires (les kommunalka), mais heureusement avaient été attribuées à des artistes et acteurs de théâtre. Zinaïda en partageant cet appartement communautaire put dessiner leurs portraits et reprendre des forces morales.

Cependant la situation devenant de pire en pire et la ville souffrant de la faim (suites de la guerre civile entre les communistes et les armées blanches), elle se résolut à émigrer à Paris en 1924.

Paris et Bruxelles[modifier | modifier le code]

Arrivée à l'automne 1924 à Paris, où elle reçoit la commande de décorer de grands panneaux, Zinaïda Serebriakova ne peut plus retourner en Russie, où sont restés ses enfants et sa mère (ses deux cadets la rejoindront plus tard). Elle profite de voyages en Afrique (sous passeport Nansen) grâce à l'invitation du baron Jean de Brouwer, son mécène belge, en 1928 et en 1930 et se rend au Maroc. Elle est fascinée par les paysages de l'Atlas et dessine des femmes arabes et des paysages aux couleurs vives. Elle séjourne avec son mari à Camaret en 1925 et 1926 et revient en Bretagne en 1934, cette fois-ci à Pont-l'Abbé, puis à Lesconil et à partir de 1937 à Concarneau.

À cette époque, elle peint un cycle de tableaux voués à la Bretagne et aux marins, représentant aussi de nombreux portraits de bigoudènes. Elle reçoit la nationalité française en 1947. Après la mort de Staline, elle arrive à reprendre contact par courrier avec ses proches restés en Russie et plus encore à l'époque de Khrouchtchev. Une grande exposition rétrospective de ses œuvres se tient en URSS en 1960, après 36 ans d'absence, organisée par sa fille Tatiana, décoratrice au théâtre d'art de Moscou. À partir de 1966, ses tableaux sont de plus en plus exposés en Union soviétique, surtout à Moscou, Léningrad et Kiev.

Œuvres[modifier | modifier le code]

La liste ci-après est très incomplète[3]:

  • Autoportrait à la toilette (1909, galerie Tretiakov)
  • La Baigneuse (1911, Musée russe de Saint-Petersbourg)
  • Bania (1913, Musée russe de Saint-Petersbourg)
  • La Moisson (1915, Musée d'Odessa)
  • Les Blanchisseuses (1917, galerie Tretiakov)
  • Plage près de Camaret-sur-Mer (gouache, 1925, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Les Tas de Pois (gouache, 1925, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Femme (de Camaret) faisant du crochet (pastel, 1926, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Peintre dessinant la plage à Camaret-sur-Mer (gouache sur carton, 1926, collection fondation Sérébriakoff, Paris
  • Portrait d'Anne Cornu (Camaret) (pastel, 1926, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Le marché à Pont-l'Abbé (gouache, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • La place du marché à Pont-l'Abbé (pastel, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Femme de Pont-l'Abbé en costume traditionnel (pastel sur papier, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Bigoudène près de son lit ou Bigoudène les mains croisées (pastel sur papier, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Bretonne (Bigoudène) avec son enfant (pastel sur papier, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Maison à la Vierge à Pont-l'Abbé (gouache et aquarelle, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Intérieur de l'église de Pont-l'Abbé (gouache et aquarelle, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Denis Larzul, pêcheur à Lesconil (pastel, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Marché de Lesconil (pastel, 1934, collection fondation Sérébriakoff, Paris)
  • Bretonne de Concarneau (pastel, 1937, collection fondation Sérébriakoff, Paris)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf Rusakova, 2006.
  2. cf Serebriakova, 1987.
  3. Les quinze dernières œuvres citées sont reproduites dans le livre : Musée départemental breton, "Peintres Russes en Bretagne", éditions Palantines, 2006, [ISBN 2-911434-56-0]