Pierre-Karl Fabergé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Karl Fabergé
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
PullyVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Карл Гу́ставович Фаберже́Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Bijoutier, inventeur, artiste, orfèvreVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Gustav Fabergé (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Charlotte Maria Fabergé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Agathon Fabergé (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Augusta Julia Fabergé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Evgeny Karlovich Fabergé (d)
Agaton Fabergé (en)
Alexander Julius Fabergé (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinctions
Œuvres principales
Big2089975592.jpg
Plaque commémorative Karl Fabergé à Kiev (Ukraine)
Cannes 2008-05-25 041.JPG
Tombe familiale Fabergé à Cannes (France)

Pierre-Karl Fabergé (sur sa pierre tombale il est écrit Charles Fabergé) (né le à Saint-Pétersbourg en Russie et mort le à Pully en Suisse) est un joaillier russe d'origine germano-danoise mieux connu sous le nom de Karl Fabergé. Il est connu pour ses œufs de Fabergé, bijoux ayant la forme des œufs de Pâques, réalisés à partir de métaux et de pierres précieuses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Karl Fabergé est issu par son père d'une famille protestante allemande de la Baltique, dont la branche paternelle est originaire de La Bouteille (Picardie) et a émigré en Germanie après la révocation de l'Édit de Nantes, puis dans la province balte de Livonie faisant alors partie de la Russie impériale en 1800, avant de rejoindre finalement Saint-Pétersbourg dans les années 1830.

Façade de la maison de joaillerie Fabergé à Saint-Pétersbourg

Il est le fils de Gustave Fabergé, joaillier, et de Charlotte Jungstedt, de nationalité danoise. La famille fréquente la paroisse suédoise de Saint-Pétersbourg. En 1842, son père ouvre à son compte une joaillerie au 24 rue Bolchaïa Morskaïa, à Saint-Pétersbourg (la maison sera reconstruite par l'architecte Carl Schmidt (en) et cousin du joaillier, en 1899-1900).

Ayant passé toute son enfance à Saint-Pétersbourg, Pierre-Karl suit ses parents qui déménagent pour Dresde, en 1860, laissant l'entreprise familiale entre les mains de gestionnaires de confiance. À Dresde, Pierre-Karl suit des cours à l’École des arts et métiers. En 1864, Pierre-Karl part pour réaliser un Grand Tour d'Europe. Il complète sa formation auprès d'orfèvres respectés en Allemagne, en France et en Angleterre, et découvre les objets exposés dans les galeries des plus grands musées d'Europe. Il poursuit son voyage d'étude jusqu'en 1872 lorsque, à l'âge de 26 ans, il revient à Saint-Pétersbourg et épouse Augusta Julia Jacobs. Pendant les dix années qui suivent, l'artisan Hiskias Pendin, employé par son père, deviendra son mentor et tuteur.

À la suite de son père Gustave, Karl prend en main les destinées de la maison Fabergé en 1870. À cette époque, la société participe au catalogage, à la réparation et à la restauration des objets de l'Ermitage. En 1881, l'entreprise emménage dans des locaux plus spacieux de plain-pied au 16-18 rue Bolchaïa Morskaïa.

À la mort de Hiskias Pendin en 1882, Pierre-Karl Fabergé est désormais seul pour gérer la société. Il reçoit le titre de maître orfèvre, qui lui permet d'utiliser son propre poinçon en plus de celui de l'entreprise. La réputation de Fabergé était telle que le délai d'examen habituel de trois jours ne fut pas nécessaire à l'octroi de la distinction[réf. nécessaire]. Son frère, Agathon, créateur talentueux, rejoint l'entreprise depuis Dresde, où il avait également étudié à l'École des arts et métiers [réf. nécessaire]. La maison Fabergé diversifie sa production et commence à exécuter des objets fantaisie, et non plus seulement des bijoux. Karl et Agathon font sensation à l'exposition pan-russe qui se tient à Moscou en 1882. Karl y reçoit la médaille d'or de l'Exposition et la médaille de Saint-Stanislas. Au cours de cette exposition, Fabergé est remarqué par Alexandre III qui lui commande des boutons de manchettes en forme de cigales. Une des pièces de Fabergé présentée lors de l'exposition était une réplique d'un bracelet en or du IVe siècle av. J.-C. faisant partie du trésor des Scythes exposé à l'Ermitage. L'empereur déclara qu'il ne pouvait pas distinguer le travail de Fabergé de l'original et ordonna que les objets de la Maison Fabergé soient présentés à l'Ermitage comme des exemples superbes de l'artisanat russe contemporain.

Fournisseur de la Cour impériale[modifier | modifier le code]

En 1884, Alexandre III lui accorde le privilège d'être le fournisseur de la Cour impériale, le plaçant en concurrence directe du bijoutier suédois Bolin. Il le restera sous Nicolas II. Il fut également reconnu auprès des cours du Royaume-Uni, de Thaïlande, de Suède et de Norvège. La firme fabriquait plus de 100 000 pièces en 1914. Il ouvre deux autres magasins, l'un à Moscou et l'autre à Odessa[1].

Le comité des employés de la coopérative K. Fabergé prendra la direction de la société à la suite de la Révolution russe de 1917. Karl quitte la Russie en craignant d'être arrêté[Note 1].

L'exil[modifier | modifier le code]

Il quitte illégalement Saint-Pétersbourg déguisé en courrier de l'une des ambassades étrangères, et se rend en train jusqu'à Riga[Note 2]. Peu de temps après, il fuit en Allemagne : il s'installe à Berlin, mais la révolution y commence aussi en novembre 1918[Note 3]. Fabergé déménage à Francfort-sur-le-Main, puis à Hombourg puis à Wiesbaden, où il s'arrête finalement. Fabergé ne s'est jamais remis des événements révolutionnaires qui l'ont choqué. Pendant ce temps, il répète souvent : « Il n'y a plus de vie ». En mai 1920, son cœur tombe malade. Lorsque sa santé s'est quelque peu améliorée, sa famille le déplace en Suisse dans les environs du lac Léman, connu pour son climat sain.

Il meurt à Pully le matin du , après avoir fumé un demi-cigare peu avant sa mort. Il est inhumé au cimetière du Grand Jas de Cannes en France.

Créations[modifier | modifier le code]

L'Œuf des muguets de la Madone réalisé par Fabergé en 1899 pour Nicolas II.

Il est connu pour ses créations d'objets décoratifs raffinés : œufs, fleurs, bijoux, figurines, cadres, pendules, boîtes, etc.

En 1885, le tsar Alexandre III offre le premier œuf de Pâques Fabergé à sa femme Marie Fedorovna. À première vue, cet œuf avait l'aspect d'un œuf ordinaire, en émail blanc, mais à l'intérieur se trouvait une surprise : une poule multicolore en or, avec à l'intérieur une couronne, et dans la couronne un petit œuf en rubis.

L'impératrice fut tellement ravie que chaque année le tsar commandait pour elle un œuf à Pierre-Karl Fabergé. À la mort d'Alexandre III en , son fils, Nicolas II, continue la tradition et commande deux œufs à Fabergé, l'un pour sa jeune épouse, Alexandra Fedorovna, et l'autre pour sa mère. En tout 52 œufs impériaux furent réalisés, dont 2 prévus pour 1918, les œufs Constellation et Bouleau de Carélie, qui n'ont pas été présentés à cause de l'abdication du tsar Nicolas II, le . Sept de ces cinquante-deux œufs sont encore portés disparus...

Dans la conception de ses œufs, Fabergé utilisait en priorité des pierres semi-précieuses de l'Oural, dont les plus caractéristiques sont la néphrite (sorte de jade vert), la bowénite (pierre vert clair à blanc), la rhodonite (rouge marbré de noir), mais également, entre autres, le cristal de roche et l'agate ; les émaux souvent guillochés de façon remarquable et les métaux nobles, dont l'or de quatre couleurs (jaune, blanc, rose et vert)[2].

Il diversifie ses styles – beaucoup de « néo » : rococo, Louis XVI, Empire, Renaissance, un peu d'art nouveau (l'œuf au muguet, quelques vases et plats) et, dans la succursale de Moscou, un style panslave.

Certaines pièces préfigurent de façon troublante l'art déco, voire le modernisme. Ses objets évoquent l'art de vivre de la dynastie des Romanov juste avant sa chute.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Père : Gustav Fabergé (en)(1814-1893/1894), bijoutier.
  • Fils : Evgeniy Fabergé (1874-1960), artiste, bijoutier.
  • Fils : Agathon Fabergé (en) (1876-1951), bijoutier, collectionneur, philatéliste.
  • Fils : Alexandre Fabergé (1877-1952), artiste, bijoutier.
  • Fils : Nikolai Fabergé (1884-1939), bijoutier.
  • Petite-fils : Fédor Fabergé (1904-1971), bijoutier.
  • Arrière-petite-fille : Tatiana Fabergé (1930-2020), artiste, bijoutière, historienne de la maison Fabergé.

Hommages[modifier | modifier le code]

Monument à St Pétersbourg (Russie)
  • Plaque commémorative à Odessa (Ukraine), rappelant qu'au début du XXe siècle, une succursale de la Maison Fabergé était située dans cette ville.
  • Place Karl Fabergé à Saint-Pétersbourg.
  • En 1996, un monument a été érigé à Saint-Pétersbourg devant le bâtiment de la Russian Gems Company[3].
  • En 1996, le Fonds commémoratif Carl Fabergé a été créé.
  • À Odessa, sur le bâtiment de l'hôtel Passage, où se trouvait le salon de joaillerie de Carl Fabergé dans la galerie marchande à la mode avant la révolution bolchevique, une plaque commémorative a été installée en 2006.
  • A Baden-Baden se trouve un musée Fabergé, le premier au monde, entièrement dédié au travail d'une maison de joaillerie. Il a été inauguré le .
  • En 2011, une plaque commémorative a été installée rue Khreshchatyk à Kiev (Ukraine).
  • À Saint-Pétersbourg en 2011, son nom a été donné au Lycée artistique et professionnel.
  • Le à Saint-Pétersbourg dans le palais Narychkine-Chouvalov (en) a été ouvert le musée Fabergé.
  • Les salles commémoratives Fabergé fonctionnent au musée de l'Ermitage depuis octobre 2014.
  • À Moscou, son nom a été donné au Collège des Arts Décoratifs et Appliqués.
  • En 2020, les Musées du Kremlin de Moscou deviennent propriétaires des archives Fabergé, léguées à la Russie par sa conservatrice, Tatiana Fabergé[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuf Rothschild (en), 1902, Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, Russie

Documentaire[modifier | modifier le code]

Marché de l'art[modifier | modifier le code]

  • Une horloge Fabergé, en argent émaillé guilloché et or bicolore, ayant appartenu à la princesse Margaret a été vendue aux enchères par la maison de vente Christie's pour 1,24 million de livres sterling (1,55 million d'euros) le [5].
  • Le , l’œuf Rothschild de Fabergé a été vendu aux enchères pour près de neuf millions de livres (12,5 millions d'euros) par la maison de vente Christie's. L'acheteur, le milliardaire russe et collectionneur d'art Alexandre Ivanov, l'a offert ensuite à la Russie. Vladimir Poutine l'a remis officiellement au Musée de l'Ermitage, le [6].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Dans un James Bond (Octopussy), on peut voir une reproduction d'un chef-d'œuvre de Fabergé.
  • Le film d'animation Le Magicien de la fin du siècle, de la série Détective Conan, sorti en 1998 au Japon et en 2008 en France, relate une enquête à propos d'un œuf de Fabergé.
  • Dans Ocean's Twelve, le défi lancé par le célèbre voleur Toulour est de voler un œuf de Fabergé.
  • Dans Intouchables, l’œuf volé par Driss (Omar Sy) pendant l'entretien d'embauche est un œuf de Fabergé.
  • Dans The Code (en français Comme un voleur), Morgan Freeman engage Antonio Banderas pour l'aider à voler deux œufs Fabergé d'une valeur de 40 millions de dollars.
  • Google lui consacre un Doodle en l'honneur de son 166e anniversaire, le .
  • Dans l'épisode Un casse sans casse des Simpson, Marge et ses nouvelles amies tentent de voler les œufs de Fabergé de Monsieur Burns.
  • Dans le film français Fantôme avec chauffeur, sorti le , la conversation prouvant le meurtre de Philippe Bruneau-Teissier, interprété par Philippe Noiret, par Édouard Martigues, interprété par Jean-Luc Bideau, est enregistrée sur une cassette cachée dans un œuf de Fabergé.
  • Dans le manga The Qwater of Stigmata, un œuf de Fabergé est une clé pour ouvrir le temple contenant le Theotokos of Tsarytsin
  • Dans le 5e épisode de la saison 3 de Peaky Blinders, un œuf de Fabergé fait partie des bijoux choisis par Alfie Solomons pour Tommy Shelby comme paiement de blindés destinés aux contre-révolutionnaires russes.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fabergé craignait les mesures punitives des bolcheviks pendant la guerre civile en Russie (1917-1923), période connue sous le nom de terreur rouge.
  2. Territoire allemand depuis le mais la République de Lettonie déclare son indépendance, le .
  3. La révolution de novembre 1918 a conduit à l'établissement en Allemagne d'un régime de démocratie parlementaire connu sous le nom de République de Weimar.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :