Chevroches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chevroches
Chevroches
La mairie et l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Haut Nivernais-Val d'Yonne
Maire
Mandat
Jean-Louis Lebeau
2014-2020
Code postal 58500
Code commune 58073
Démographie
Gentilé Cavarocois
Population
municipale
125 hab. (2016 en diminution de 6,02 % par rapport à 2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 02″ nord, 3° 32′ 47″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 229 m
Superficie 3,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevroches

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevroches

Chevroches est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Cavarocois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chevroches est située entre le canal du Nivernais, l'Yonne et le vestige fossilisé d'un ancien méandre de cette rivière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Armes, Clamecy et Dornecy ; la commune comprend le hameau de Chantenot.

Rose des vents Armes Rose des vents
Clamecy N Dornecy
O    Chevroches    E
S
Villiers-sur-Yonne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cavaroca en 935, cava ruppe ou Cava ruppis au XIIIe siècle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles réalisées en 2001 et 2002 ont mis au jour une occupation importante du territoire surplombant le village actuel attribuée au néolithique moyen, une agglomération répartie en cinq îlots reliés par des voies révélant une intense activité métallurgique de la seconde moitié du IIe siècle à la fin du IVe siècle, ainsi qu'une grande nécropole du haut Moyen Âge.

Parmi les nombreux objets découverts se trouve une calotte zodiacale ayant pu appartenir à un devin itinérant. Réalisée en tôle de bronze, mesurant six centimètres et demi de diamètre, elle est gravée de trois lignes concentriques d'inscriptions en caractères grecs. En allant vers l'intérieur de l'objet, on lit successivement les noms des douze mois égyptiens ; les noms des signes du zodiaque ; les noms des douze mois romains.

Cette calotte zodiacale et les objets découverts dans les fouilles ont été déposés au musée d'Art et d'Histoire Romain Rolland de Clamecy[2], où ils sont présentés dans une salle d'exposition permanente.

En 849, le village existait comme paroisse et avait déjà son église.

En 995, Chevroches se nommait Cava Roca, puis Cava Ruppe en 1287. Ces deux termes et le nom de ses habitants signifient « roche creuse », ce qui évoque les carrières aujourd'hui abandonnées, d'où l'on extrayait des calcaires karstiques.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Jean-Louis Lebeau PS Conseiller général

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 125 habitants[Note 1], en diminution de 6,02 % par rapport à 2011 (Nièvre : -4,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
116127132143193217228250254
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
270257291257243262241183167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
200213195171149125127126166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
129123110108116139146133125
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6]. |recens-prem=2006 |nom.)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Devevey, « L'agglomération antique de Chevroches (Nièvre), Ier siècle-Ve siècle ap. J.-C. », Les Nouvelles de l'Archéologie no 107, Mai 2007, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, Errance, p. 4-26.
  • Pierre-Antoine Jacquin, « Chevroches à la croisée des voies antiques », Archéologia, no 512, Juillet-août 2013, p. 8.
  • Collectif, Chevroches à la croisée des voies antiques, [Clamecy], Musée d'Art et d'Histoire Romain Rolland de Clamecy, [2017], 63 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hippolyte Cocheris-Entretiens sur la langue française: Origine et formation des noms de lieux, Volume 2, page 183.
  2. Pierre-Antoine Jacquin, « Chevroches à la croisée des voies antiques », Archéologia, no 512, Juillet-août 2013, p. 8.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.