Corvol-l'Orgueilleux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Corvol-l'Orgueilleux
Corvol-l'Orgueilleux
Mairie.
Blason de Corvol-l'Orgueilleux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Intercommunalité Communauté de communes Haut Nivernais-Val d'Yonne
Maire
Mandat
Marie-Francine Houdin
2020-2026
Code postal 58460
Code commune 58085
Démographie
Gentilé Corvolois
Population
municipale
753 hab. (2019 en diminution de 1,57 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 00″ nord, 3° 24′ 30″ est
Altitude Min. 166 m
Max. 297 m
Superficie 30,22 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Clamecy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Clamecy
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Corvol-l'Orgueilleux
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Corvol-l'Orgueilleux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corvol-l'Orgueilleux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corvol-l'Orgueilleux

Corvol-l'Orgueilleux (en nivernais Courvou) est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Sauzay, et ses affluents, la Sainte-Eugenie et la rivière des Forges, qui sont les trois cours d'eau principaux. Le Sauzay longe le village au sud, et se jette plus loin dans le Beuvron, affluent de l'Yonne ; le territoire se trouve donc en bordure du bassin hydrographique de la Seine.

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Corvol-l'Orgueilleux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clamecy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (57,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (39,9 %), terres arables (32,6 %), prairies (19,3 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %), zones urbanisées (2,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Corvallis au Ve siècle ; Corvacus au VIIe siècle ; Corvillio en 696 ; Corvol en 1167 - 1181[8],[9] ; Corvolium Superbum en 1239 ; Courvaul Lourguilleux et Courvol en 1289 ; Corvol Lorguilleux en 1335 ; Corvaul en 1453 ; Courvaul en 1510[8].

Corvallis est un composé toponymique qui s'explique par le latin curva « courbe » et vallis « val, vallée »[9] (comprendre bas latin). On attendrait *Corval, vocalisé en *Corvau (cf. un val, des vaux), forme d'ailleurs attestée dès le XIIIe siècle Courvaul à laquelle a été ajouté fautivement un -l, d'après le latin vallis[9], d'où la forme actuelle Corvol. Le sens global de Corvol est celui de « vallée courbe ».

Le déterminant complémentaire -l'Orgueilleux apparaît au XIIIe siècle (voir supra) et permet désormais de faire la différence avec Corvol-d'Embernard situé à près de 20 km. Il se retrouve dans la commune voisine de Trucy-l'Orgueilleux et on le rencontre ailleurs, par exemple dans Pressagny-l'Orgueilleux (Eure, Pressagny Lorguellox début XIIIe siècle; [Presseium] superbum au XIIIe siècle) ou Charmois-l'Orgueilleux (Vosges, Charmou XIIIe siècle), etc. Le qualificatif l'Orgueilleux a pu désigner autrefois la vaillance et la force[10], voire plutôt la fierté de ses habitants. La transcription latine Superbum de 1239 renvoie d'ailleurs à superbus qui signifie « fier, insolent, superbe, magnifique », « fier de son origine » et sŭperbĭa « orgueil, arrogance, dédain, hauteur ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La ferme fortifiée de Sauzay.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

C'est une communauté fort ancienne : elle est citée dès le Ve siècle et faisait partie du patrimoine de l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre, puis de l'oratoire de Saint-Maurice. Elle est érigée en paroisse en 691 sous Saint Tétrice. Prise par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans au début XIVe, elle est reprise par Claude de Chastellux en 1427.

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1851, lors des insurrections, des répressions eurent lieu vis-à-vis des habitants montés à Clamecy ou supposés séditieux.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté provisoirement le nom de Corvol-le-Belliqueux[11].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« De gueules à la croix ancrée d'or cantonnée en chef de deux étoiles d'argent. »
Commentaires : ce blason est en fait celui de Corvol-d'Embernard situé à quelques kilomètres de cette commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1990 2002 Jean Perraudin    
mars 2002 2014 Chantal Boulnois   Retraitée
mars 2014 2020 Jean-Pierre Guillou    

Maire actuel depuis Juillet 2020 Marie-Francine Houdin

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2019, la commune comptait 753 habitants[Note 3], en diminution de 1,57 % par rapport à 2013 (Nièvre : −5 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1841 2911 2571 3031 3931 4561 5021 5971 585
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5351 6221 7121 6441 5811 6061 6091 5541 485
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5061 5131 3041 1801 1041 0259611 014969
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
9871 047949828776735764770750
2015 2019 - - - - - - -
794753-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[14]. |recens-pr.)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La principale entreprise de la commune les Transports Eric Rousseau employait 321 personnes fin 2016[15].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Civils
Deux sarcophages provenant de la nécropole mérovingienne.
  • Une nécropole mérovingienne a été découverte en 1980 et fouillée en 1983. Elle a révélé 16 sarcophages et 8 inhumations en terre, une originalité quant à la grande quantité des premiers par rapport au nombre d'inhumations en terre. On y a aussi trouvé plusieurs éléments de mobilier intéressants[16]. Trois sarcophages peuvent être vus au musée d'art et d'histoire Romain-Rolland de Clamecy.
  • Papeteries de Vilette, créées en 1815 sur une ancienne forge ; Gilbert Thomas-Varenne avait obtenu l'autorisation du procédé de papier en continu, bâtiment inscrit aux Monuments historiques pour sa toiture et sa charpente et son pavillon[17].
  • Château de Vilette, qui accueille dès 1945 la colonie de vacances du S.K.I.F.
Religieux
  • Église Saint-Vincent, bâtie sur l'emplacement d'un ancien couvent bénédictin dont subsistent les piliers de la nef d'époque romane. Le reste de l'édifice fut construit entre 1670 et 1672 dans le style néo-classique. Ouverte tous les jours[18].

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Général Guiton, né le 8 juin 1761 à Corvol, baron d'Empire.
  • Thomas-François Belin (1768-1826), médecin prospère dans la commune et qui a inspiré le personnage du Dr Minxit dans le roman Mon Oncle Benjamin de Claude Tillier.
  • Jules Jaluzot (1834-1916), né dans la commune, fondateur des magasins du Printemps.
  • Frédéric Boulé (1843), syndicaliste né dans la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clamecy », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique de la Nièvre, Paris, 1865, p. 55. (lire en ligne sur DicoTopo) [1]
  9. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 214ab
  10. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (BNF 36174448), p. 78
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « Transports Rousseau Eric - Corvol L'orgueilleux 58460 (Nièvre), Quartier De La Gare Quai ..., SIREN 393 635 230 », sur fr.kompass.com (consulté le ).
  16. H. Gaillard de Sémainville, directeur. Archéologie à Corvol-l'Orgueilleux. Dans Fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine - Circonscription de Bourgogne. Gallia, 1985, Volume 43, Numéro 2. p. 263.
  17. notice de classement sur la base Mérimée
  18. Dépliant touristique du diocèse de Nevers, Visitez les églises de la Nièvre, Pastorale Tourisme & Loisirs 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Docteur Letinois, Étude démographique sur Corvol-l’Orgueilleux, Éditions de la Revue du Centre, 1935.